Ecofin

La RD-Congo bénéficie d’USD 45 millions pour l’amélioration des statistiques économiques et des activités de recensement

Le système statistique national de la RD-Congo va désormais accroitre sa production et diffusion des statistiques économiques et sociales de base dans les domaines de la démographie, l’agriculture et la pauvreté. Le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale -BM- en a décidé ainsi. Cette institution financière a dernièrement approuvé un don d’USD 45 millions de l’Association internationale de développement -IDA- pour l’exécution de ce projet.
 
USD 45 millions. C’est le don de la Banque mondiale -BM- à la RD-Congo. Il est destiné à accroître la capacité du système statistique national de la RD-Congo. Le projet permettra au pays de produire des données plus exactes et plus accessibles qui pourront contribuer à l’amélioration de la planification des activités de développement. Cet appui significatif vaut réellement son pesant d’or, étant donné que les pouvoirs publics ont, ces dernières années, pris d’importantes mesures visant au renforcement du système statistique national.
Malheureusement, les infrastructures nécessaires pour aboutir à la production de données fiables et exactes font encore cruellement défaut. Pour Ahmadou Moustapha Ndiaye, directeur des opérations de la BM pour la RD-Congo, son institution continue de soutenir les efforts engagés par la RD-Congo pour mettre en œuvre des réformes fondamentales en faveur d’une croissance économique soutenue et durable à même d’améliorer les conditions de vie de la population.«La réalisation de ce projet accroîtra les capacités statistiques de l’État et lui permettra de recueillir les données dont il a besoin pour formuler les politiques indispensables à la réduction de la pauvreté et des inégalités», poursuit-il.
 
L’objectif, à travers ce don, est de répondre aux besoins immédiats de RD-Congo en matière de statistiques et de jeter les bases de la production de données de qualité. Le projet soutiendra les efforts déployés pour collecter et diffuser des statistiques économiques et sociales essentielles, à l’échelle du pays. Ce, grâce à diverses activités qui seront menées sur terrain notamment la réalisation d’enquêtes auprès des ménages, le recensement agricole et l’enquête annuelle sur la production agricole.
A cela s’ajoutent également des mesures destinées à améliorer la méthodologie appliquées aux principales sources de données des statistiques des comptes nationaux.«La production de données de qualité est essentielle, car elle est le fondement de la transparence et la condition d’une utilisation plus efficiente des ressources publiques», laisse entendreFranck Adoho, chef d’équipe du projet à la Banque mondiale.
Le projet s’efforcera de remédier à une pénurie criante de ressources humaines et à promouvoir la formation du personnel et l’amélioration des compétences, renseigne un communiqué de la BM. Et les fonds affectés contribueront entre autres au financement d’une nouvelle école nationale de la statistique et d’un programme de bourses d’études destiné à former des hommes et des femmes dans les écoles régionales de statistique.
Ce n’est pas tout.  Ils visent également le développement d’un programme pour jeunes cadres visant à rajeunir les effectifs du système statistique national, sous réserve de la mise en œuvre de réformes institutionnelles déterminées. Par ailleurs, l’IDA, une institution du Groupe de la BM, figure parmi les principaux bailleurs de fonds des 77 pays les plus pauvres du monde, dont 39 se trouvent en Afrique. Elle accorde des dons et des crédits sans intérêts ou à faible taux d’intérêt destinés à financer des projets et programmes de nature à stimuler la croissance économique, réduire la pauvreté et améliorer les conditions de vie des populations démunies.
 
PN

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer