Dossier à la UneNation

RDC : Les derniers hommages à Chérubin Okende

Famille et cadres du parti Ensemble pour la République comprennent mieux «l’émotion personnelle et politique» que ressent encore Moïse Katumbi, ces mardi 19 et mercredi 20 mars, en faisant personnellement le déplacement de la capitale pour fleurir la dépouille de celui qui était à la fois un fidèle lieutenant, un député de sa formation politique et son porte-parole. Pour rendre les derniers hommages à Chérubin Okende, retrouvé mort le 14 juillet à Kinshasa et dont la justice a conclu à un suicide très contesté par sa famille et l’Opposition, le défilé des visiteurs a débuté mardi à l’espace Ave Maria, sur l’avenue ex-24 novembre, à un jet de salive de la morgue de l’hôpital du Cinquantenaire, où son corps a été gardé pendant près de neuf mois depuis le jour de la découverte macabre. Martin Fayulu, Albert Moleka, Seth Kikuni, Dieudonné Bolengetenge, Mwando Nsimba, Hervé Diakiese, Dominique Munongo et bien d’autres figures d’Ensemble pour la République et de l’Opposition sont venus consoler la famille et le parti avant les témoignages débutés à 22 heures, complétés par le folklore tetela, ethnie dont le défunt était originaire, et la musique catholique.

Arrivé à Kinshasa mardi dans la soirée, Katumbi a rejoint toute la troupe peu avant minuit. «Il y tenait, le président Katumbi. Il voulait honorer la mémoire de cet homme qui avait cru en lui et lui avait témoigné loyauté et fidélité», a assuré un membre du pré carré.

Ces ultimes honneurs à Chérubin Okende se poursuivent ce mercredi à la morgue du Cinquantenaire, où la levée du corps intervient à 8 heures pour une exposition de deux heures consacrées à la lecture de la biographie de l’illustre disparu, les interventions et les témoignages, l’oraison funèbre, le mot de la famille et le dépôt des gerbes de fleurs. Le programme prévoit enfin le départ à 10h30 pour une messe en la Cathédrale Notre Dame de Lingwala jusqu’à 12h30, quand le cortège funèbre va devoir prendre la direction de la Nécropole entre Ciel et Terre pour l’inhumation de l’ancien ministre des Transports.

Aucun officiel n’a été invité à ces obsèques. Les membres des institutions qui vont s’y rendre le feront à titre personnel, a expliqué la famille aux médias il y a quelques jours.

Sur le plan judiciaire, les avocats de la famille Okende ont confirmé avoir reçu les pièces de l’enquête menée par le procureur, selon RFI. D’après un membre du collectif de défense, certains documents manquent au dossier, comme l’interprétation du rapport d’autopsie par l’expert sud-africain, ou encore le rapport complet de la balistique. On sait qu’aucune autopsie supplémentaire n’a été réalisée en dehors de celle supervisée par les autorités du pays.

Par ailleurs, des contacts très avancés ont été pris avec un cabinet international pour une analyse du dossier remis par le parquet à la famille. L’objectif, selon Me Laurent Onyemba, principal avocat de la famille, est d’intenter une action en justice à Kinshasa ou à l’étranger. En attendant, la thèse de suicide évoquée par le parquet reste contestée. «Elle frise le mépris à l’égard du défunt», a estimé un membre de la défense.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page