Dossier à la UneDossier spécial électionsPolitique

RDC : RDC : Katumbi lance un défi au pouvoir, il annonce un très grand rassemblement pour obtenir une CENI consensuelle

Moïse Katumbi a entrepris de se battre pour une CENI dirigée par des animateurs issus du consensus. Jeudi à la Kenya, dans une sortie perçue par les analystes politiques comme un défi au pouvoir 24 heures après le courrier adressé au Président Félix Tshisekedi, le leader d’Ensemble pour la République a fait d’une pierre cinq coups. Il a rendu une visite de réconfort à la population et à Gabriel Kyungu wa Kumwanza, annoncé sa tournée dans toutes les communes de Lubumbashi, appelé la population à la vigilance sur le dossier CENI en exigeant le consensus sur le choix des animateurs de cette institution d’appui à la démocratie, avant de dévoiler son programme d’un très grand rassemblement populaire.

La veille, Katumbi a emprunté la voie d’une correspondance pour s’adresser directement au Président Félix Tshisekedi. Il a demandé à ce dernier de «rejeter purement et simplement la liste entérinée par l’Assemblée nationale». «Cautionner les irrégularités qui ont émaillé le processus d’entérinement des membres de la CENI conduira inévitablement le pays vers un nouveau cycle de désordres», a expliqué Katumbi dans sa missive, non sans s’employer à motiver sa demande en tentant de prendre Tshisekedi par ses propres déclarations.

Il a rappelé au Chef de l’Etat l’assurance donnée lors du discours d’appel à la constitution d’une Union sacrée pour la nation en déclarant qu’il ne laissera «aucun engagement politique de quelque nature que ce soit primer sur l’intérêt supérieur du peuple congolais»; et qu’il ne ménagerait «aucun effort pour préserver la paix et l’unité nationale».

Poursuivant sur la lancée de rappel des faits les plus significatifs, Katumbi a écrit: «Hier, vous avez rejeté une première fois et à juste titre une première liste non consensuelle. Nul ne peut envisager un seul instant qu’aujourd’hui vous puissiez avaliser le travail partisan d’une Commission paritaire contestée au risque de jeter sur la CENI un tel voile de suspicion qu’il lui sera impossible d’accomplir sa mission d’organiser, en toute indépendance, neutralité et impartialité, des scrutins libres, démocratiques, transparents et inclusifs».

De l’avis du leader d’Ensemble pour la République, le Président de la République se doit de «forger cet indispensable consensus, seule voie à même de garantir un cycle électoral apaisé». Mettant le Chef de l’Etat, en sa qualité de visionnaire de l’USN, devant ses responsabilités, Katumbi l’a invité à «rassurer» le peuple congolais de sa volonté de «mettre en œuvre les engagements que vous avez pris en nous appelant tous à bâtir avec vous l’Union sacrée pour la nation. Des millions de Congolais espèrent que vous serez au rendez-vous de l’histoire».

Au travers de sa lettre du 18 octobre 2021 adressée à Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi lui a également demandé «d’imposer aux responsables de l’Union sacrée le respect des textes afin de ne pas y laisser prospérer les antivaleurs, notamment la corruption, le débauchage, l’achat des consciences, contre lesquels vous avez engagé une lutte sans merci».

Tino MABADA

Articles similaires

Fermer
Fermer