Dossier à la UneEcofinSociété

RDC : FPI et FOGEC s’engagent à financer des projets portés par des jeunes entrepreneurs

Le Fonds de promotion de l’industrie -FPI- et le Fonds de garantie de l’entrepreneuriat au Congo – FOGEC- ont convenu d’appuyer financièrement les projets des jeunes entrepreneurs dans le cadre de la promotion de l’industrie locale. Pour ce faire, ces deux établissements publics ont signé, lundi 18 mars dernier au siège social du FPI à Kinshasa, un protocole de collaboration en vue de faciliter les financements des projets portés par les jeunes entrepreneurs dont l’âge varie entre 18 et 35 ans.

Ce protocole d’accord prévoit la mise à la disposition des fonds par le Fonds de promotion de l’industrie en faveur du Fonds de garantie de l’entrepreneuriat au Congo, dans le but de financer les projets sur l’industrialisation portés par les jeunes entrepreneurs éligibles et encadrés par les incubateurs ou par d’autres structures d’encadrement et d’accompagnement. Présent à cette cérémonie, Julien Paluku, ministre de l’Industrie, a, au nom du gouvernement de la République, exprimé sa satisfaction pour l’aboutissement de ce processus.

«Les jeunes avaient des difficultés pour accéder au crédit alors que le FPI avait des moyens. En signant ce protocole, ça va permettre de vérifier en amont tous les projets présentés par les jeunes pour nous rassurer que ces projets sont bancables», a-t-il indiqué. Et d’ajouter: «il y a un plan d’affaires qui doit être adopté par le FOGEC avant de le ramener au FPI pour le financement. Comme c’est le FOGEC qui est la garantie, il doit se rassurer que tout projet présenté respecte tous les critères exigés par le FPI».

Pour sa part, le Directeur général du FPI, Bertin Mudimu Tshisekedi, a expliqué que suivant les instructions du ministère de l’Industrie, une réflexion sur la mise en place d’une stratégie d’appui aux projets des jeunes avait été initiée. Et c’est dans ce cadre, a-t-il renchéri, que le FPI a identifié à travers le pays les incubateurs et structures d’encadrement des jeunes pour envisager des pistes de collaboration et des modes opératoires novateurs.

«Mais cette vision a été butée à un obstacle majeur qui a été le fonds de garantie. Le principal obstacle à l’accès des jeunes au crédit en RD-Congo et même ailleurs, réside dans l’incapacité de produire des biens ou une caution bancaire permettant de couvrir le risque que prendrait un éventuel prêteur. C’est pourquoi, il faut se féliciter ici de la création par l’Etat RD-congolais du Fonds de garantie de l’entrepreneuriat RD-congolais qui est venu combler un vide dans le dispositif national d’appui financier au secteur privé», a fait savoir le DG Bertin Mudimu Tshisekedi.

Mêmes sentiments de satisfaction pour la Directrice générale du FOGEC qui a, elle aussi, salué ce protocole d’accord qui, selon elle, intervient dans le cadre de la vision du Président de la République qui voudrait voir l’émergence des millionnaires RD-congolais. «Cette initiative traduit notre engagement commun de matérialiser ensemble la vision du Chef de l’Etat dans l’appui à l’entrepreneuriat industriel, moteur du développement, qui favorise l’innovation, la création d’emplois et le développement économique de notre pays. Elle incarne, en outre, notre volonté partagée de stimuler l’esprit d’entreprise, d’encourager la créativité et de favoriser l’émergence des entreprises industrielles et semi-industrielles répondant aux défis actuels et futurs», a signifié la patronne du FOGEC.

La facilitation voulue à travers ce protocole de collaboration entre le Fonds de promotion de l’industrie et le Fonds de garantie de l’entrepreneuriat au Congo vise le financement des projets portés par les jeunes entrepreneurs âgés entre 18 et 35 ans, avec un taux réduit à 4%. Il est prévu également une évaluation trimestrielle du processus afin de mieux encadrer ce protocole d’accord.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page