Dossier à la UneNationSociété

RDC: Cardinal Monsengwo fait «Grand Cordon»

Le troisième Cardinal de la RD-Congo devient ainsi le premier homme d’Eglise à atteindre cette haute distinction honorifique de la RD-Congo. Il rejoint à ce rang des figures de proue de l’histoire du pays tels que Léon Kengo, Antoine Gizenga, Etienne Tshisekedi, Justin-Marie Bomboko…

Tout s’est joué à l’esplanade du Palais du Peuple, siège du Parlement RD-congolais, mardi 20 juillet. C’est ici où il y a 41 ans, l’abbé Laurent Monsengwo Pasinya était ordonné Évêque par le Pape Jean- Paul II, que la population RD-congolaise est venue nombreuse rendre un dernier hommage, bien mérité, à son Cardinal.

Dans un contexte particulier de la Covid-19, seulement 10 000 places assises ont été aménagées à cet espace ouvert, pouvant en contenir 10 fois plus de monde en temps ordinaire. Dans ce décor, la quasi-totalité de la sphère politique et religieuse du pays s’est mobilisée pour participer à messe de dernier hommage.

La tribune affiche, au premier plan, le Président de la République Felix-Antoine Tshisekedi assis aux côtés de son homologue du Congo Brazza Denis Sassou-N’guesso, ayant traversé le fleuve Congo tôt le matin avec son Premier ministre et près de la moitié de son gouvernement, les présidents de deux chambres du Parlement et des nombreuses personnalités du Congo Brazzaville.

Au milieu d’archevêques et évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo -CENCO-, Fridolin Cardinal Ambongo, Archevêque de Kinshasa, vêtu de sa tunique religieuse, a reçu, pour concélébrer cette messe, le Cardinal John Onaiyekan, Archevêque Émérite d’Abuja; le Cardinal Philippe Ouedraogo, Archevêque de Ouagadougou et président de la Conférence épiscopale d’Afrique et de Madagascar -SCEAM-; le Cardinal Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui. Au podium, d’autres délégations religieuses venues de N’Djamena, Brazzaville, Kigali, Kinkala, Owando y ont été installées. Elles ont assisté à cette messe et salué la mémoire du premier exégète africain et seul Cardinal originaire du continent noir à faire partie des 9 Cardinaux de la Curie romaine, choisis par le Pape François.

Ambongo vante Monsengwo

Dans une ambiance de deuil où se mélangent la douleur et la compassion, sur fond de joie d’avoir eu un serviteur de Dieu, le Cardinal Fridolin Ambongo, Archevêque métropolitain de Kinshasa, a, dans son homélie, relevé les qualités humaines et spirituelles de son prédécesseur à l’Archidiocèse de Kinshasa. «Maintenant que cet éminent Pasteur est parti, il nous laisse un lourd héritage. Le meilleur chemin pour honorer la mémoire du Cardinal Monsengwo, c’est de continuer son combat et d’accomplir l’œuvre de Dieu pour notre humanité, dont il n’a été que l’humble serviteur», a-t-il proclamé.

Puis: «L’œuvre de Dieu dans la situation actuelle de notre pays, c’est de voir le Congo debout, uni et prospère. C’est de voir, grâce au sens de responsabilité de chacun, les fils et les filles de ce grand pays, sans distinction de langues, de tribus, de religions, de classes sociales, se donner la main pour faire reculer les frontières de l’injustice, de l’égoïsme, de l’exploitation des pauvres et s’engager à bâtir dans la paix ce Congo de nos rêves. L’œuvre de Dieu pour la renaissance du Congo mais aussi du continent africain, c’est de voir nos dirigeants ne pas se considérer comme des propriétaires de nos pays mais comme des humbles et fidèles serviteurs pour le bonheur de leurs populations».

Selon le prélat catholique, la meilleure façon d’honorer la mémoire de ce personnage, «c’est de s’engager résolument pour que les richesses immenses dont Dieu a doté notre pays servent réellement au bien de nos populations et non à un petit groupe de privilégiés». Il a insisté sur cette lancée. «Honorer la mémoire du Cardinal Monsengwo, c’est aussi devenir des artisans de paix, de la justice, de l’instauration de l’Etat de droit, pour que le vivre ensemble dans la paix et la réconciliation nationale soit possible au Congo», a recommandé le Cardinal Ambongo, visiblement satisfait du parcours religieux du disparu.

Décoration à titre posthume

À la fin de la messe, les présidents Denis Sassou-N’guesso et Félix-Antoine Tshisekedi se sont inclinés devant le cercueil baisant une Bible du Cardinal étalé au milieu de la tribune. Le Cardinal Laurent Monsengwo a été décoré par le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi, à titre posthume. Il est admis dans l’Ordres des héros nationaux Kabila-Lumumba au grade de «Grand Cordon». Il devient ainsi le premier homme d’Eglise à atteindre cette haute distinction honorifique de la RD-Congo, rejoignant des figures de proue de l’histoire du pays tels que Léon Kengo, Antoine Gizenga, Etienne Tshisekedi, Justin-Marie Bomboko…, également «Grand Cordons».

Les voix qui se sont succédées à la tribune dont celles du Nonce Apostolique, du président de la CENCO et celle du président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso Nkodia ont évoqué l’image d’un Pasteur dévoué pour son peuple et un «Grand Esprit». Ayant bénéficié de cet hommage mérité, le Cardinal Laurent Monsengwo sera enterré aujourd’hui mercredi 21 juillet dans la Cathédrale Notre Dame du Congo aux côtés de ses prédécesseurs Joseph Malula et Fréderic Etsou suivant les rites religieux.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer