Dossier à la UneNation

RDC-Belgique: à Bruxelles, Bahati obtient un accord de coopération parlementaire

La RD-Congo et la Belgique ont conclu, le jeudi 2 juin 2022 au siège du Parlement fédéral belge, un accord de coopération interparlementaire. La délégation RD-congolaise, composée de 9 sénateurs sous la conduite de Modeste Bahati Lukwebo, président du Sénat de la RD-Congo, a été chaleureusement accueillie par la présidente de la chambre des représentants belges et le président du Sénat belge, Eliane Tillieux, qui a signé cet accord avec Modeste Bahati. Selon Modeste Bahati, cet accord de coopération inaugure une nouvelle ère des relations interparlementaires entre les deux pays.

A l’en croire, cet accord vient renforcer les capacités institutionnelles, techniques et administratives des députés et sénateurs mais également de l’ensemble du personnel technique des chambres du Parlement RD-congolais. Il permet également de consolider les liens d’amitié à travers des échanges interparlementaires dans un climat de dialogue permanent, sans masque et ouvert.

Aussi, fait remarquer modeste Bahati, la coopération conclue prévoit des missions officielles et des visites de travail des parlementaires, des fonctionnaires et des membres de gouvernements de deux pays. A cela s’ajoutent des missions d’étude par les parlementaires, des stages de perfectionnement et des bourses d’études, des missions d’échange d’expérience et de formation. «Des missions économiques, politiques ou privées font partie intégrante de cette coopération», complète-t-il.

Profitant de son séjour bruxellois, Modeste Bahati Lukwebo a rehaussé de sa présence la plénière de deux chambres du Parlement fédéral belge.

Christian BUTSILA


Adresse de l’Honorable Professeur Modeste Bahati Lukwebo, président du Sénat de la République démocratique du Congo à l’occasion de la Signature de l’Accord de Coopération interparlementaire entre la Belgique et la République démocratique du Congo

 Honorable Présidente de la Chambre des Représentants;

 Honorable Présidente du Sénat du Royaume de Belgique;

 Excellence Monsieur le ministre d’Etat du gouvernement fédéral du Royaume de Belgique, et Président honoraire de la Chambre des Représentants, Président de l’amitié interparlementaire;

 Honorables députés et sénateurs, chers collègues;

 Mesdames et Messieurs les ministres;

 Monsieur le bourgmestre de la ville de Bruxelles;

 Monsieur l’ambassadeur de la République démocratique du

Congo auprès du Royaume de Belgique, du Grand-Duché du

Luxembourg et de l’Union européenne;

 Mesdames et messieurs;

 Distingués invités; en vos titres et qualités respectifs;

C’est pour moi un grand honneur et un immense plaisir de me présenter devant cette auguste assemblée, à quelques jours d’une visite historique que le couple royal belge compte effectuer en République démocratique du Congo, un signal fort dans le renforcement de liens d’amitié et de solidarité historiques qui unissent nos deux pays.

Notre présence ici en ce moment précis démontre, une fois de plus, la détermination de nos dirigeants respectifs, à savoir Sa Majesté le Roi Philippe du Royaume de Belgique, et le Président de la République démocratique du Congo, Son Excellence Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, de regarder vers l’avenir en vue d’assurer un avenir radieux à nos deux peuples.

C’est ici également l’occasion de réaffirmer la volonté de nos Etats respectifs à respecter les règles et principes universellement reconnus du droit international, de la Charte des Nations unies et de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme;

C’est aussi le moment de souligner les efforts que ne cesse de déployer le Président de la République démocratique du Congo en vue de renforcer la paix, la stabilité, la démocratie et la bonne gouvernance ainsi que l’Etat de droit comme vecteurs du développement économique et du progrès social en RDC, depuis sa prise des fonctions à la tête de notre Pays en date du 24 janvier 2019.

Honorables;

Excellences;

Distingués invités;

Depuis l’accession de notre pays à l’indépendance, les relations entre nos deux pays ont par moment été émaillées des soubresauts, mais elles sont demeurées bonnes.

Depuis 1994, année au cours de laquelle le Zaïre redevenu la République démocratique du Congo connait une grande tragédie ayant causé des millions de morts congolais, dérangé l’écosystème et occasionné des déplacements répétitifs des populations innocentes dans la partie Est du pays sans compter les victimes des viols et des violences sexuelles avec une incidence négative sur l’économie et l’environnement.

Cette situation a engendré les groupes armés nationaux et étrangers ainsi que la naissance des rébellions soutenues par des pays voisins plongeant ainsi cette partie du territoire national dans l’instabilité et l’insécurité entretenues par des criminels économiques. Tout ceci dans l’indifférence ou mieux l’hypocrisie de la communauté internationale.

A toutes ces populations victimes des affres de guerre, à ces innocents, à ces femmes, à ces hommes et à ces enfants fauchés par des conflits armés qui perdurent, nous rendons un hommage déférent et vous prions d’observer une minute de silence en leur mémoire.

Dans l’optique de contribuer à la paix et au développement dans la région des Grands Lacs, la Déclaration de Kigali du 09 mars 2011 a été signée par les Présidents des Parlements de la République du Burundi, de la République démocratique du Congo, de la République du Rwanda et du Royaume de Belgique.

Cette déclaration a souligné la nécessité de renforcer la diplomatie parlementaire dans la sous-région, à travers la relance des partenariats bénéfiques aux populations de tous les Etats impliqués et la création des groupes d’amitié parlementaires.

Honorables;

Excellences;

Mesdames et Messieurs;

Distingués invités;

En 2011, alors Député national élu de la circonscription électorale de Kabare dans la province du Sud-Kivu, puis ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance sociale de la RDC -2012 à 2014-, j’avais initié plusieurs contacts formels et informels allant dans le sens de raviver le partenariat interparlementaire entre la Belgique et la RDC.

Aussi avais-je initié, dès mon élection à la tête du Sénat en mars 2021, des réformes institutionnelles de la Chambre haute de notre Parlement dans le but de rapprocher les élus du peuple des réalités auxquelles leurs électeurs sont quotidiennement confrontés à la base, à travers les Assemblées et les gouvernements provinciaux.

Nous avons mis en place un cadre de concertation, de dialogue et d’interaction interinstitutionnelle républicaine entre le sénat, les Assemblées provinciales et les Entités territoriales décentralisées et dont le premier congrès s’est tenu à Kinshasa au mois de novembre 2021.

La redynamisation de la diplomatie parlementaire vecteur du développement constitue un des sept piliers des réformes.

Elle passe par le renforcement du particularisme de l’activité sénatoriale internationale et en revivifiant le réseau de la coopération interparlementaire.

C’est dans ce cadre que nous avions activé des échanges fructueux avec quelques membres du Parlement de Belgique.

C’est le cas notamment des sessions de travail engagées avec le président honoraire de la Chambre des Représentants et président honoraire de l’amitié interparlementaire belgo-congolaise, le ministre d’Etat André Flahaut à qui je rends ici un hommage mérité pour le combat continu et sans relâche qu’il mène, avec ses collègues et collaborateurs pour qu’on en arrive là aujourd’hui.

Honorables;

Excellences;

Mesdames et Messieurs;

Distingués invités;

La cérémonie qui nous réunit ici ouvre une nouvelle ère dans le cheminement de la coopération parlementaire. Cette coopération augure d’importantes opportunités pour nos deux parlements et nos deux pays.

En effet, l’Accord signé ce jour permettra de renforcer les capacités institutionnelles, techniques et administratives de nos députés et sénateurs et de l’ensemble du personnel technique des deux chambres de nos Parlements respectifs, tout en consolidant nos liens d’amitié par des échanges interparlementaires basés sur un dialogue permanent pouvant aborder, sans tabou, toute matière d’intérêt commun pour nos deux pays.

Cette coopération interparlementaire sera concrétisée, entre autres par des missions officielles ou des visites de travail des présidents et des bureaux des Assemblées, des parlementaires et des fonctionnaires, des membres de gouvernements, des missions d’étude par les parlementaires, des stages de perfectionnement et des bourses d’études, des missions d’échange d’expérience et de formation. Des missions économiques, politiques ou privées font partie intégrante de cette coopération.

Le forum économique belgo-congolais qui vient de se tenir avec succès à Kinshasa il y a deux mois, et celui qui aura lieu à Bruxelles sous peu, font partie de cette dynamique.

La dotation d’une unité de recherche et de documentation aux deux chambres composant le Parlement congolais, le transfert de l’expertise et la formation en matière de communication et de démocratie parlementaire pourraient faire partie des éléments clés de cette coopération interparlementaire entre nos deux Etats.

Il y a lieu de rappeler ici que cet échange d’expériences portera également sur des matières juridiques et législatives, notamment sur le contrôle parlementaire, l’administration parlementaire, le rapportage parlementaire, la technologie de l’information et de la communication parlementaire avec un accent particulier sur l’information des citoyens et ses relations avec les médias…, le protocole parlementaire ainsi que la coopération avec la société civile. Toutes ces actions seront fondées sur des valeurs du Genre et des Droits humains de la femme, de promotion des droits de l’Homme, de bonne gouvernance, etc., des valeurs auxquelles je reste très profondément attaché en ma qualité d’enseignant, de croyant et d’ancien président de la Société civile du Congo.

Honorables;

Excellences;

Mesdames et Messieurs;

Distingués invités;

Au moment où la République démocratique du Congo est contrainte de consacrer plus de 40% de son budget annuel aux dépenses militaires, pour faire face à une guerre injuste lui imposée depuis plus d’une génération dans plusieurs parties, les plus riches en ressources naturelles de l’Est du pays, cet Accord tombe à point nommé. Car, s’il peut contribuer à sensibiliser les acteurs concernés à revenir à la raison, à travers une coopération interparlementaire fondée sur une communion des valeurs et des intérêts, dans une logique des échanges économiques, éthiques et équitables profitables à toutes les parties, il aura atteint son objectif ultime, à savoir celui de contribuer à l’avancement et au développement harmonieux de nos pays respectifs.

Tel est le souhait ardent de nos Chefs d’Etats et de nos peuples qui attendent beaucoup de cette initiative parlementaire.

Pour notre part, nous prenons l’engagement de mettre rapidement en œuvre cet Accord afin que les Belges et les Congolais s’approchent davantage dans une coopération mutuellement avantageuse.

Que vive le Royaume de Belgique;

Que vive la République démocratique du Congo;

Que vivent les relations interparlementaires belgo-congolaises,

Je vous remercie.

Professeur Modeste BAHATI LUKWEBO

Président du Sénat de la RD-Congo

E-mail: [email protected]

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page