Dossier à la UnePolitique

Paie des fonctionnaires : 15 millions de dollars volatilisés en 3 mois

Alors que certains ont présenté la bancarisation de la paie des fonctionnaires en RD-Congo comme le moyen d’éviter les détournements massifs, le pays vient d’enregistrer de nouvelles fraudes de grande ampleur dans ce secteur, au grand dam de l’Exécutif décidé, cette fois-ci, de sévir  
 
La question de détournements de la paie de fonctionnaires revient sur toutes les lèvres en RD-Congo. Selon le rapport fourni au ministre du Budget par des syndicalistes déployés sur le terrain sur ordre du gouvernement depuis plusieurs mois pour surveiller le déroulement de la paie des fonctionnaires de quatre ministères liés au secteur de la Santé, l’Education et la Recherche scientifique, au total 13,6 milliards de francs congolais, soit environ 15 millions de dollars ont été détournés en trois mois. C’est le premier résultat d’une deuxième mission du genre, après celle de Kinshasa, effectuée dans les ex-provinces du Bandundu, Equateur, Kongo Central et les deux Kasaï. Samedi 13 février, le ministre du Budget, Michel Bongongo, a révélé ces premiers résultats devant des responsables des ministères concernés.
La RD-Congo enregistre de nouveaux détournements massifs de la paie de fonctionnaires. Après Kinshasa, la deuxième mission de surveillance du déroulement de la paie des fonctionnaires menée par des syndicalistes sur demande du gouvernement dans les ex-provinces du Bandundu, Equateur, et les deux Kasaï ainsi que dans le Kongo Central, fait état de FC 13,6 milliards de francs congolais détournés sur un intervalle de trois mois. Soit près de 15 millions de dollars. La palme, apprend-on, revient pour le moment à l’Equateur avec FC 6,9 milliards détournés.
Samedi 13 février, le ministre du Budget Michel Bongongo a révélé les premiers résultats devant des responsables des ministères concernés, entre autres la Santé, l’EPSP… et l’ESU. «Comme à Kinshasa, les montants sont surprenants», a indiqué le ministre du Budget.
A la même occasion, Michel Bongongo a fait savoir que le contrôle n’a pas pu s’effectuer partout de la même manière. A en croire les rapports lui transmis par des enquêteurs, il y a eu de l’obstruction de la part de certains responsables locaux, reconnaissant par ailleurs que leurs équipes sont parfois aussi arrivées en retard sur les lieux, ce qui a empêché la tenue d’un contrôle optimal. C’est notamment le cas dans le Nord Ubangi.
 
Coup dur contre la bancarisation
En outre, si la mission de Kinshasa a révélé que la majorité de détournements concernait les frais de fonctionnement, la réalité est tout autre pour ces cinq provinces, où la fraude se situe cette fois surtout au niveau du paiement des salaires de fonctionnaires: doublons, fonctionnaires fictifs ou décédés. Selon Michel Bongongo, citant le cas de la division provinciale de la Santé du Kongo Central, 547 agents avaient été ajoutés sur la liste des fonctionnaires à payer et 510 étaient fictifs.
Ce n’est pas tout! Cette deuxième mission de contrôle a aussi révélé le rôle trouble des banques. A en croire les enquêteurs, dans l’ex-Bandundu, au Kongo Central ou dans l’ancienne province du Kasaï-Occidental, des établissements bancaires auraient soit retenu une partie des frais de fonctionnement de manière abusive, soit gardé pour leur compte les résidus des salaires et frais de fonctionnement non versés plutôt que de les rendre au Trésor public.
Contrairement à Kinshasa où l’on s’est limité à dénoncer le détournement de près de 12 millions de dollars entre avril et juin 2015, le gouvernement annonce, cette fois-ci, des poursuites administratives et judiciaires contre les responsables des fraudes constatées. L’objectif principal, pour le ministre du Budget, est d’épurer les listes des fonctionnaires pour permettre aux centaines de milliers qui ne sont toujours pas payés de recevoir enfin un salaire de l’Etat.
Pour rappel, le jour de Noël, le ministre du Budget a été une nouvelle fois désagréablement surpris. Michel Bongongo a été informé d’un nouveau détournement de salaires dans la Fonction publique et que, depuis trois mois, les rémunérations des enseignants de l’Institut supérieur pédagogique de Lubumbashi -ISP- n’étaient pas entièrement payées. Seules les primes parviennent au personnel enseignant et administratif. Selon le député national Edmond Kibawa de l’ex-province du Katanga, la base des salaires reste à Kinshasa; sur environ USD 750 000 dollars, décaissés chaque mois, USD 251 000 dollars seulement arrivent à destination. Et dans la ville de Kinshasa, près d’USD 12 millions ont été détournés entre avril et juin 2015. De l’argent qui était destiné à la paie des fonctionnaires et aux frais de fonctionnement de certaines administrations. Cinq ministères avaient été concernés toujours dans les secteurs de l’éducation, la santé et la recherche. Les missions envoyées dans les provinces avaient déjà confirmé d’autres détournements d’une très grande ampleur. Un coup dur à ce jour alors qu’on présentait la bancarisation de la paie des fonctionnaires en RD-Congo comme le moyen d’éviter les détournements.
Olitho KAHUNGU
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer