Dossier à la UnePolitique

OGEFREM: Anatole Kikwa traduit en justice pour détournement de l’IPR et la TVA

Kikwa est accusé par Jean-Cyrus Mirindi Batumike, cadredans cette entreprise publique, d’avoir détourné une somme d’environ USD 6,5 millions destinéeau paiement de la TVA collectée auprès des bénéficiaires des services de l’entreprise ainsi que de l’impôt professionnel sur le revenu des agents
L’air est pollué à l’Office de gestion de fret multimodal -OGEFREM- dont le Directeur général, Anatole Kikwa, a, selon Jean-Cyrus Mirindi Batumike, cadre de cette entreprise publique, détourné environ USD 6,5 millions. Cette bagatelle destinée au paiement de la TVA collectée auprès des bénéficiaires des services de l’entreprise ainsi que de l’impôt professionnel sur le revenu -IPR- des agents, n’aurait jamais été reversée au Trésor public pendant trois années. Mirindi, le lanceur d’alerte, a saisi «par devoir citoyen» le Procureur général de la République -PGR-«au vu du caractère sacré de l’impôt et des intérêts vitaux de la République en jeu», a-t-il justifié.«La conscience républicaine doit agir. Le sieur Kikwa Mwata Mukambo a détourné l’argent de la TVA collectée et de l’IPR», a affirmé Mirindi.

Sacré Mirindi! Ni menace de mort ou de licenciement, ni intimidations, ni trafic d’influence moins encore d’autres actes arbitraires ont pu annihiler la conviction des valeurs républicaines observées par ce cadre de l’OGEFREM. Bravant «toute peur de la mort»,Jean-Cyrus Mirindi Batumikea traduit le DG de l’Office de gestion de fret multimodal, Anatole Kikwa, en justice. Il tient à voir clair sur la somme de 7 milliards CDF ou USD 6,5 millions destinéeau paiement de la TVA collectée auprès des bénéficiaires des services de l’entreprise ainsi que de l’impôt professionnel sur le revenu des agents.
Mirindi est convaincu que «le sieur Kikwa Mwata Mukambo a détourné l’argent de la TVA collectée et de l’IPR». Comme si cela ne suffisait pas, Kikwa a, toujours selon son accusateur, détourné USD 150 mille de la cotisation des agents et cadres sans être inquiété.
Epris de patriotisme et interpellé par devoir citoyen, Mirindi a porté l’affaire au Parquet général de la République après avoir écrit au Directeur Général des impôts -DGI.Dans sa plainte, il exige àKikwa de fournir toutes les preuves de paiement, de versement de ses impôts pour les exercices de 2012 à 2016 ainsi que des cotisations à l’INSS.
Mirindi s’inscrit en faux contre toutes les explications apportées jusque-là par le DG et selon lesquelles il y a morosité économique à l’OGEFREM de suite de la baisse des prix des produits pétroliers et miniers, et la conjoncture économique liée à l’environnement politique. «C’est faux et archifaux. Les secteurs pétroliers et miniers, qui sont fortement frappés par la crise, contribuent à peine à 10% des recettes de l’OGEFREM. Les recettes de l’Office proviennent à plus de 80% de l’importation des produits agro-alimentaires, manufacturiers», a expliqué Mirindi.
Et d’enchaîner: «S’agissant de l’environnement politique, les chiffres du tonnage à la douane à l’import -source DGDA, Banque centrale- ou au niveau des armements, c’est-à-dire dans les ports internationaux RD-congolais ou dans des ports de transit, viennent démentir l’argumentaire de sieur Kikwa».
Mirindi attribue la mégestion de Kikwa à la multiplicité des engagements financiers au-delà des capacités de remboursement de l’Office, de mauvais choix de gestion et d’affectation de fonds, etc. Kikwa brille de mille feux dans la décrépitude alors que l’économie nationale, déjà asphyxiée, est en quête d’une bouffée d’oxygène.
LOI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer