Dossier à la Une

Le ministre Matuku se fait gronder

La récente sortie médiatique de Lambert Matuku Memas, cadre du Parti lumumbiste unifié -PALU- et ministre du Travail et Prévoyance sociale, a remonté un militant de la formation politique d’Antoine Gizenga.
Ce militant, épris de l’esprit gizengiste, a, via un courrier anonyme adressé au ministre Matuku, craché toute sa colère au sujet du choix des candidats du PALU pour les échéances électorales à venir. Portant l’intitulé «Quand la mangeoire nous tient», l’auteur de cette correspondance estime que «les propos tenus par M. Lambert Matuku Memas en son nom propre ou au nom de son parti révèlent des contradictions flagrantes et démontrent le malaise qui habite certains membres de ce parti, notamment ceux qui détiennent des postes au sein de l’exécutif national depuis que le Patriarche Gizenga est dans l’incapacité physique de conduire le parti». D’où toute son interrogation sur la personne qui tient les rênes du PALU et qui le dirige au quotidien.
De l’avis de ce gizengiste, Matuku a malencontreusement tenté de contredire Muzito, Premier ministre honoraire et cadre du PALU, en défendant l’alliance avec Kabila et la Majorité présidentielle pour justifier sa situation personnelle. «Entre Muzito et Matuku qui était à côté de Gizenga au cœur des négociations pour la conclusion de ladite alliance? Qui mieux, entre les deux, connait la lettre et l’esprit de cette alliance (A)MP-PALU? Où était Matuku à cette époque?», s’interroge-t-il une fois de plus, avant de laisser entendre que cette alliance était liée au premier mandat de Kabila et reconduite au second sans la Primature au PALU. «Or, ce mandat comme celui des autres institutions sont arrivés à terme depuis fin 2016», a souligné ce militant qui, sur un ton interrogatif, s’étonne: «Comment un parti plus que cinquantenaire peut-il s’accrocher à un wagon qui a fini sa course et qui va au garage, et prétendre traverser la frontière?».
Soutenant la logique du Patriarche Antoine Gizenga, qui tient à ce que le PALU aligne des candidats à tous les niveaux des scrutins, ce militant a estimé que le moment est plus que jamais indiqué de faire sortir la mariée pour aller à la rencontre de l’époux alors que le choix des candidats empoisonne la vie au sein du parti.

Laurent OMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer