Dossier à la UnePolitiqueSociété

Manifestation de l'Opposition: violences déplorables

A Kinshasa, les organisateurs de la marche n’ont pas respecté l’itinéraire convenu avec le gouvernement provincial, notamment le Bld Triomphal-Avenue de la Démocratie-Terrain à côté de l’hôpital général de Kinshasa-Primature et n’ont pas pu contrôler la suite des événements
Autorisée à Kinshasa et interdite dans d’autres villes du pays comme au Nord-Kivu et dans les provinces issues de l’ex-Katanga, la marche de l’Opposition jeudi 26 mai a tourné à la violence. Des heurts ont éclaté entre la Police et les manifestants. Il est clair que chaque camp rejette la responsabilité sur l’autre. Mais dans la capitale, les organisateurs doivent assumer pour n’avoir pas respecté l’itinéraire convenu avec le gouvernement provincial de Kinshasa.
Vital Kamerhe, Eve Bazaiba, en première ligne, ainsi que leur amis ont préféré le tronçon Triomphal-Avenue de la Libération au tracé Triomphal-Avenue de la Démocratie-Terrain Hôpital général comme accordé avec l’autorité. Dans une mégalopole comme Kinshasa, ne pas mobiliser ne serait-ce que 5.000 personnes après près d’un mois de sensibilisation laisse interroger et frise la disgrâce. Controverse autour du nombre de personnes ayant participé à ladite marche. Les organisateurs disent qu’au moins 250 000 personnes ont manifesté ce jeudi dans la ville de Kinshasa. A décharge des opposants, l’attitude de la plupart des parents, des commerces, écoles ou entreprises, qui ont opté pour la prudence. Mais, «peu importe le nombre, Kamerhe et compagnons se sont laissé guider par leurs hôtes qui ont procédé à la casse et usé contre toute attente du cocktail Molotov contre des agents de la Police nationale contraints de les disperser à coup de gaz lacrymogènes», confient des sources indépendantes.
Les manifestants ont vandalisé des biens publics et privés. D’autres ont insulté les autorités comme ils l’entendaient, apprend-on. La Police a déploré 35 blessés dans ses rangs, affirmant avoir riposté aux caillasses lancées par des bandits déguisés.
Pour le commandant de la Police dans la ville de Kinshasa, Célestin Kanyama, cité par Jeune Afrique, les agents ont été contraints d’intervenir pour rétablir de l’ordre sans utiliser des balles réelles. Faux, rétorque Franck Diongo de l’Alternance pour la République: «nous avons pris l’itinéraire qui nous a été accordé. Bien que cet itinéraire nous ait été changé la veille de notre marche. Impossible de passer aux médias à ces heures-là, nous avons difficilement informé nos militants». Conséquence: l’Opposition se lamente de la violence des agents de l’ordre dont l’intervention a causé plusieurs victimes dans ses rangs. On parle notamment du cas de la Secrétaire générale du MLC, Eve Bazaiba, blessée à la jambe, par balle, selon elle-même. Malgré tout, les leaders de l’Opposition sont satisfaits de la mobilisation pendant que le Pouvoir crie à l’échec.
A Goma au Nord-Kivu, l’Opposition a également appelé au rassemblement malgré le refus du gouverneur Julien Paluku. On y a déploré deux morts, un civil et un policier. Le gouverneur de la province a confirmé la mort d’un civil qui tentait, selon lui, de «ravir l’arme d’un policier de garde» devant une coopérative financière locale. Le n°1 de la province volcanique a également minimisé l’ampleur de la mobilisation anti-Kabila à Goma. «Tout au long de la journée, le centre-ville a été calme parce que nous avons interdit la marche dans le Nord-Kivu qui se trouve d’ailleurs en état de guerre. Mais quelques badauds sont quand même sortis à Ndosho, à 12 km de Goma, pour jeter des pierres sur la route», renchérit la même source.
Selon Paluku, c’est lorsque les forces de l’ordre se sont déployées sur place qu’il y a eu «quelques altercations» avec des manifestants. «Deux ou trois policiers ont été blessés», affirme-t-il, sans donner d’autres détails. Un bilan contesté par la Dynamique de l’opposition/Nord-Kivu qui évoque au moins trois civils et deux policiers tués dans les heurts.
Octave MUKENDI
Barick BUEMA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer