Dossier à la UneNationPolitique

RDC : La tête de Mabunda mise à prix à USD 7000 par député

Pendant ce temps, les enseignants poursuivent leur grève et l’insécurité bat son plein en Ituri, Beni et les restes des provinces, les moyens de l’État sont dilapidés pour corrompre les élus nationaux en vue de se défaire du perchoir de la Représentation nationale…   

Incroyable mais vrai. Ceci ne peut se passer qu’en RD-Congo. Pendant que les élèves du primaire et du secondaire n’étudient pas depuis le 12 octobre, jour de la rentrée scolaire, à cause de la grève de leurs enseignants, les militaires, policiers et agents de l’Etat attendent l’augmentation de leurs salaires, c’est plutôt le moment où l’on cherche à corrompre les députés pour faire tomber le Bureau de l’Assemblée nationale. Quel paradoxe!

Gardienne du temple et véritable œil de la population, la Société civile sonne l’alerte. «7000 USD sont remis à chaque député pour signer la pétition initiée contre le Bureau de l’Assemblée nationale. Voilà de l’argent qu’on cherche pour payer les enseignants, les militaires, policiers et agents et fonctionnaires de l’Etat», indiquent les acteurs de la Société civile dans un document qui circule dans les réseaux sociaux.

Et d’ajouter: «les députés provinciaux demeurent impayés mais l’on trouve mieux de corrompre les députés nationaux en vue de chercher la tête de la présidente de l’Assemblée nationale. Est-ce qu’une telle pratique existe-t-elle dans un Etat de droit? N’est-ce pas là la corruption tant décriée et qui appauvrit la population?», continue de s’interroger la même Société civile.

Puis: «il n’est pas possible qu’un honorable député soit acheté à moins cher qu’une jeep: USD 14.000. Incroyable. Le prix d’un parlementaire sur mesure d’un régime revient à USD 7000 pour avoir un Parlement à sa guise alors que la traque contre les groupes armés en Ituri, au Nord-Kivu, Sud-Kivu et dans l’Ex-Katanga n’évolue pas par manque des moyens. D’où vient alors cet argent distribué aux députés en vue de les débaucher?»

Dans l’entendement de la Société civile, la RD-Congo ne doit pas continuer de sombrer à cause de la corruption et autres pratiques qui frisent le sous-développement et la misère du peuple. «Il est étonnant que les donneurs des leçons, les chantres de la bonne gouvernance, de l’État de droit passent outre. Hier, on parlait de la majorité mécanique fabriquée à la CENI. Et aujourd’hui, deviendra-t-elle automatique parce que fabriquée au moyen du débauchage monnayé!», s’étonnent les signataires du document qui lance la sonnette d’alarme.

À les entendre, il sera facile cette fois de connaître ou d’identifier les députés corrompus. «Ce qui prime dans un Etat de droit, c’est le respect de la Constitution et des lois de la République. Et non la corruption. «Nous attendons voir les signatures de cette pétition pour avoir une idée sur les députés corrompus», ont-ils souligné.

Tino MABADA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer