Dossier à la UneNationSécurité

La RDC joue sa survie: en soutien aux FARDC, une mobilisation générale décrétée contre le Rwanda!

Ces images montrant des enfants de la République Démocratique du Congo tués dans la cour d’une école à Buhumba par une roquette de l’armée rwandaise, RDF, ont fini par révolter les consciences…

Les combats ont repris mardi en début d’après-midi dans le Rutshuru entre les FARDC et les troupes rwandaises. Les troupes de la République Démocratique du Congo ont bombardé Runyoni et la colline de Chanzu alors que les Rwandais étaient toujours signalés dans la ville frontalière de Bunagana.
Parties de Rutshuru, les FARDC ont fait part, mardi soir, de leur progression vers Bunagana dont elles sont déterminées de reprendre le contrôle.

Pour la première fois depuis l’agression, les États Unis ont donné de la voix mardi via un tweet de leur ambassade à Kinshasa, se disant “extrêmement préoccupés par la présence signalée de forces rwandaises sur le territoire de la RDC”.

Désormais identifié comme auteur de l’agression de la République Démocratique du Congo, le Rwanda aura des difficultés pour continuer à prétexter la menace permanente de sa sécurité à cause de la prétendue présence des FDLR sur le territoire de la République Démocratique du Congo. “Plus de 25 ans après les premières traques lancées contres leurs ennemis hutu des FDLR, après avoir monté successivement RCD, CNDP et M23 pour les mêmes raisons fallacieuses, les citoyens de la République Démocratique du Congo sont aujourd’hui en droit de se demander de quelles FDLR parlent encore Paul Kagame”, a commenté un diplomate européen en poste à Kinshasa, fatigué d’écouter le même refrain du Rwanda après plus de de deux décennies pour justifier sa présence en République Démocratique du Congo.

Aujourd’hui, après les roquettes lancées par les RDF sur une école à Buhumba, au Nord-Kivu, causant la mort des enfants âgés entre 5 et 10 ans, Kagame ne saurait plus cacher son visage de sanguinaire et de prédateur. Il ne saurait plus prouver à la face du monde comment son pays figure parmi les principaux producteurs de coltan sans en avoir un seul gisement. Ces images ont fini par révolter les consciences et monter les RD-Congolais contre l’homme fort de Kigali.

Un milliard de dollars: la proposition de Muzito

Tout le monde a fini par comprendre la stratégie du Rwanda: continuer de vendre le génocide des Tutsi, insister sur la fausse menace des Hutu pour continuer d’envahir la République Démocratique du Congo, massacrer ses populations et piller ses richesses au profit de sa propre économie.

L’agression rwandaise contre la République Démocratique du Congo, en portant la guerre à Bunagana, aux portes mêmes de Goma, ouvre la voie à une incertitude inédite. Elle oblige à trouver des réponses face à l’urgence et à réfléchir sérieusement sur un consensus national. Elle met gouvernants et gouvernés, pouvoir et opposition, devant le plus grand défi que le pays ait connu depuis les sécessions katangaises et sud kasaïennes: l’existence de la République Démocratique du Congo en tant qu’État, dans toutes ses frontières héritées de la colonisation. Savoir y répondre collectivement est une clé de sa survie à venir.

L’heure est à la mobilisation générale en République Démocratique du Congo. À travers tout le pays, la population, convaincue que Kigali fait la guerre à Kinshasa pour des raisons existentielles, manifeste sa détermination à faire la guerre au Rwanda. Peu à peu, un front commun, un front patriotique est en train de voir le jour pour la cause commune.
Au Nord-Kivu, à Goma, la Société civile organise ce mercredi une marche de soutien aux FARDC, après les manifestations du même genre initiée par le parti Envol du député Delly Sesanga, ECide de Martin Fayulu et Nouvel Élan de l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito. Le député Ensemble Jean-Claude Kibala appelle au renforcement des sanctions économiques contre Kigali.

Compté parmi les hommes politiques aux discours virulents contre Paul Kagame, Muzito a suggéré mardi au pays de consacrer un milliard de dollars, dans le contexte des performances actuelles des finances publiques, en plus du budget actuel de la défense, pour livrer une guerre totale au Rwanda.

Selon Muzito, il suffit d’aligner, équiper et motiver 50.000 sur 200.000 hommes contre 32.000 côté rwandais pour mettre les RDF hors d’état de nuire.

L’ancien Premier ministre a indiqué que l’embargo sur les armes plusieurs fois évoqué par certains pour décourager toute la communauté nationale a déjà été levé depuis 2008.

Tino MABADA

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page