Dossier à la UneSécuritéSociété

Kinshasa: kidnapping et insécurité au centre d’une réunion à l’Hôtel de ville

Le gouverneur de la ville de la Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a présidé, jeudi 10 septembre en son cabinet de travail, la réunion de sécurité provinciale élargie aux Procureurs de la République et responsables de sociétés de télécommunication. Un seul point était à l’ordre du jour: le phénomène de kidnapping des filles, mamans et jeunes hommes et l’insécurité croissante dans la ville de Kinshasa.

Dans son compte-rendu fait à l’issue de cette rencontre, le ministre provincial de l’Intérieur et sécurité, Sam Leka, a indiqué, devant les opérateurs téléphoniques et les Procureurs présents à cette réunion, que le Conseil a commencé par faire le point de la réunion précédente du comité restreint tenue le 07 septembre dernier. Prenant la parole sur autorisation du gouverneur de la ville, le Commissaire provincial de la Police nationale congolaise/ville de Kinshasa, Sylvano Kasongo, a évoqué l’expérience du Nord-Kivu, tout en proposant de mettre en place un service de call center et d’alerte Police comme solution pour démanteler les auteurs de ces forfaits.

Une idée à laquelle a adhéré le Directeur général de Airtel Congo qui a promis, au nom de ses collègues, de coopérer conformément aux procédures légales en vigueur. Pour sa part, rapporte le ministre Sam Leka, le Procureur de la Cour d’appel de Matete a souhaité qu’il soit désormais informé de toutes les opérations de transferts des prévenus en vue de faire le suivi. Il s’est également engagé à collaborer avec la Police nationale congolaise -PNC- pour l’élaboration des dossiers de justice fiables. Selon le ministre provincial de l’Intérieur, l’autorité urbaine a, in fine, proposé la mise en place d’une commission ad-hoc qui devra siéger en urgence dès ce vendredi 11 septembre, sous la supervision des ministres provinciaux de l’Intérieur et sécurité et celui de Transports, avec la participation de la Police nationale congolaise et les autres experts de l’Autorité des régulations de télécommunications et postes -ARTP.

Sam Leka a indiqué que le REDOC de la ville province de Kinshasa, le Directeur général de la Direction générale de migration -DGM- ainsi que d’autres services feront aussi partie de cette commission qui vise à examiner les voies et moyens de mettre fin à ces phénomènes dans la capitale. Depuis quelques semaines, le phénomène d’enlèvement des personnes à l’aide des taxis communément appelés Ketchs a refait surface dans la ville de Kinshasa. A cela, s’ajoute l’insécurité croissante causée par des kuluna.

Olitho KAHUNGU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer