Dossier à la UneJustice

Kinshasa : DGPEK présente son calendrier fiscal 2021

La Direction générale de publicité extérieure de Kinshasa -DGPEK- table sur la maximisation des recettes afin de doter le gouvernement provincial de Kinshasa des moyens de sa politique. Le week-end dernier, la Directrice générale de cette régie financière, Régine Kingunza, a présidé une cérémonie dans la salle Samuel Kitoko à l’Hôtel de ville de Kinshasa, au cours de laquelle elle a présenté aux responsables des agences de publicité, le calendrier fiscal pour l’exercice 2021.

Dans son mot de circonstance, la DG Régine Kingunza a indiqué que ce calendrier fiscal qui va du 01 décembre 2020 au 31 novembre 2021, vient répondre aux préoccupations des agences publicitaires sur les difficultés souvent rencontrées lors de la déclaration et de l’affichage de leurs produits.

«Ce calendrier concerne toutes les agences des publicités agréées opérant dans la ville de Kinshasa et assujetties à la taxe publicitaire conformément à l’édit 004/2007 portant implantation et affichage publicitaire dans la ville de Kinshasa», a-t-elle expliqué avant d’appeler à la franche collaboration entre la DGPEK et ses partenaires, pour une bonne image de la ville de Kinshasa actuellement dirigée par Gentiny Ngobila Mbaka.

Concernant les différentes échéances sur les droits, taxes et redevances publicitaires que contient ce calendrier, Régine Kingunza a souligné que la date de retrait et de dépôt des formulaires de déclaration étant fixée pour ce premier décembre 2020, la liquidation et paiement du premier acompte de la taxe d’implantation, soit 50% du montant global annuel, interviendra du premier février jusqu’à fin mars.

A l’en croire, la mission de contrôle s’effectuera à la fin du mois de mai 2021. Prenant la parole en dernier lieu, le ministre provincial en charge de la Décentralisation et aménagement du territoire qui a aussi pris part à cette cérémonie, a édifié les partenaires économiques sur la différence existant entre l’aménagement, d’une part, et l’urbanisme et habitat, d’autre part.

Didier Tenge Te Litho a précisé qu’il est nécessaire pour les opérateurs économiques de toujours en tenir compte lors de leur implantation. «Leurs constructions doivent commencer par l’aménagement, car la qualité du bien-être de tous les Kinois en dépend», a-t-il conclu.

OK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer