Dossier à la UnePolitique

Kanyama suspendu, Elvis aux commandes

A peine installé, le colonel Elvis Palanga Nawej a organisé deux parades. La première a eu lieu lundi 17 avril devant les officiers supérieurs de la PNC et la deuxième l’a été mardi 18 avril au camp Lufungula devant les hommes de troupe
C’est officiel! Le Colonel Elvis Palanga Nawej est le patron ad interim de la Police nationale congolaise -PNC- dans la ville province de Kinshasa. Jusqu’à nouvel ordre, il remplace au poste de commissaire provincial de la Police le tout-puissant général Célestin Kanyama, suspendu pour insubordination vis-à-vis de la hiérarchie. «Le colonel Elvis -Palanga Nawej- a été désigné commissaire provincial ad intérim de la police nationale congolaise -pour la- ville-province de Kinshasa», a annoncé à l’AFP le porte-parole de la PNC, colonel Pierre-Rombaut Mwanamputu. 
La nouvelle de suspension du général Kanyama est tombée le 15 avril 2017. Les médias l’ont fortement relayée. Le concerné l’a démentie, la qualifiant d’intox. Il n’a suffi que de trois jours pour que la lumière jaillisse. Suspendu effectivement de ses fonctions de commissaire provincial de la Police nationale congolaise -PNC-, le général Célestin Kanyama a été remplacé par le colonel Elvis Palanga Nawej, jusqu’alors commissaire provincial adjoint de la police en charge de l’administration. Le colonel Pierre-Rombaut Mwanamputu, porte-parole de la PNC, l’a déclaré, lundi 17 avril, à l’AFP. «Le colonel Elvis -Palanga Nawej- a été désigné commissaire provincial ad intérim de la Police nationale congolaise -pour la- ville-province de Kinshasa», a-t-il confirmé sans aucun autre détail. «Il n’y a pas d’autres communications à faire à ce sujet», a-t-il noté.
Pour quelles raisons Kanyama a-t-il été suspendu? Pour quelle durée? Toutes ces questions n’ont pas trouvé de réponse. Mais selon certaines sources, le général paye pour son insubordination vis-à-vis de la hiérarchie de la PNC, sa suspension peut aller jusqu’à 45 jours ou plus.
Cette sanction affaiblit Kanyama qui, depuis l’année dernière, est dans l’œil du cyclone pour avoir été sanctionné par l’Union européenne et les Etats unis. En décembre 2016, le galonné de la Police a été interdit de voyager dans l’Union européenne et ses éventuels avoirs dans le vieux continent ont été gelés. Les ministres des Affaires étrangères des pays de l’UE, auteurs de cette décision, reprochent cet officier supérieur de la PNC d’être responsable de la répression violente lors des manifestations de septembre 2016. Kinshasa, circonscription de Kanyama, a connu deux violentes et sanglantes journées -les 19 et 20 septembre 2016- dont le bilan, selon l’ONU, a été d’une cinquantaine de morts.
Bien avant l’UE, les Etats unis sanctionnaient Kanyama en juin 2016. Ils l’ont accusé d’être responsable ou complice d’actes de violences et d’enlèvements ciblant des civils: hommes, femmes et enfants lors des émeutes de janvier 2015. Ils l’ont en plus accusé d’être à l’origine de la disparition ou de la mort d’au moins 41 personnes causée par les bavures de ses éléments entre fin 2013 et début 2014 lors de l’opération «Likofi» menée contre le banditisme urbain.
Kanyama puni, Elvis Palanga prend les commandes. Le désormais chef de la PNC-Kinshasa jouit d’une nette appréciation de la population de Kinshasa qui trouve en lui un homme de terrain, proche de ses hommes.
A peine installé, le colonel Elvis a organisé deux parades. La première a eu lieu, lundi 17 avril, devant les officiers supérieurs de la PNC. La deuxième l’a été mardi  18 avril au camp Lufungula devant les hommes de troupe.
LOI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer