Dossier à la UnePolitique

Kalumba: zones d’ombre sur l’Airbus A320

Kalumba et Congo airways Airbus A320USD 25 millions au lieu d’USD 7 millions, côté prix… 18 pouces contre 21 pouces à l’avion de CAA, côté performance moteurs… Capacité de décoller de Goma avec seulement 130 passagers à bord contre 170 pour certains concurrents, à en croire des experts aéronautiques… Inquiétude liée à la procédure d’acquisition… Les députés s’indignent de ces détails et jurent de s’y pencher sérieusement en réclamant des éclaircissements au ministre des Transports. Dossier sensible
L’avion acheté pour le compte de la nouvelle compagnie aérienne, Congo Airways, a-t-il vraiment coûté USD 25 millions? Ses moteurs sont-ils aussi puissants que ceux de l’avion Airbus A 320 du concurrent CAA, par exemple? Des experts aéronautiques répondent par la négative. Des députés nationaux doutent aussi et en font une priorité à partir de septembre.
Selon certains élus inspirés par les affirmations des spécialistes aéronautiques, l’ex-aéronef de la compagnie Alitalia, plusieurs fois loué par Gomair avant son rachat par le ministère des Transports, aurait coûté USD 7 millions. Pas plus.
La puissance de ses moteurs serait de 18 pouces. Bien faibles que les 21 pouces de l’Airbus A320 de CAA, qui décolle de Goma avec 170 passagers à bord. Les mêmes sources affirment que l’oiseau négocié par Kalumba ne pourrait décoller de Goma qu’avec 130 passagers à bord. Sinon… Les prochains jours devraient être décisifs: le dossier, apprend AfricaNews, constitue la matrice d’un nouveau contrôle parlementaire en gestation contre le ministre des Transports Justin KalumbaMwanaNgongo et les responsables de Congo Airways.
Les députés s’y activent. Ils affirment que le dossier présente des zones d’ombre. Ils veulent toute la lumière sur le coût de l’opération et des éclaircissements sur la procédure d’acquisition de cet avion d’occasion. «Y a-t-il eu un appel d’offre? Si oui, nous attendons les preuves en septembre. Nous attendons aussi les justificatifs d’achat et de contrôle technique», fait savoir un élu UDPS mêlé aux préparatifs du contrôle parlementaire.
La RD-Congo a acheté deux Airbus A320 d’occasion auprès du transporteur Alitalia pour la compagnie aérienne nationale Congo Airways. Le montant de la transaction est estimé à USD 50 millions, soit USD 25 millions l’unité. Le premier avion a été livré le 30 juillet… Il est vieux de 7 ans. Le deuxième est attendu dans les prochains jours.
Un œuf à peler avec l’Assemblée nationale  
Selon le site Air Journal, le réseau du nouveau transporteur doit compter huit aéroports domestiques selon certaines sources, puis 14 d’ici trois ans, d’autres avions neufs devant rejoindre la flotte. Le gouvernement et Air France-KML avait signé en août 2014 un accord pour le lancement de la nouvelle compagnie aérienne, destinée à succéder aux Lignes aériennes congolaises -LAC-, tombées en faillite en 2003 et à redorer le blason du transport aérien dans un pays dont toutes les compagnies aériennes sont blacklistées par l’Organisation de l’aviation civile internationale -OACI- et l’Union européenne. Depuis 2007, environ 70 crashes ont tué au moins 210 passagers et membres d’équipage en RD-Congo.
Parmi les initiateurs du contrôle parlementaire dont le ministre Kalumba fait l’objet, quelques députés se demandent pourquoi le ministre a opté pour Alitalia au lieu négocier des avions d’occasion auprès de la compagnie Air France, partenaire engagée par un contrat d’assistance technique à Congo Airways?Le ministre des Transports a déjà un autre œuf à peler avec l’Assemblée nationale. Il est visé par une interpellation initiée durant la session de mars mais renvoyée en septembre pour raisons de santé. Ça presse fort.
YA KAKESA

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer