Dossier à la UneNationSociété

Kabila et Katumbi se serrent la main: les frères ennemis se parlent dans l’ambiance du Forum de l’unité et la réconciliation des Katangais initié par l’Église!

Pour en arriver là, il a fallu un homme inspiré, Mgr Fulgence Muteba, et l’implication de toute l’Église du Katanga dans sa diversité. Tout a commencé au mois de juillet 2021, dans la discrétion la plus totale…

Une poignée de main historique a eu lieu entre le Président de la République honoraire Joseph Kabila et l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga Moïse Katumbi, dans l’ambiance de la clôture du Forum pour l’unité et la réconciliation des Katangais. L’impensable s’est produit dimanche le 22 mai, dans un temple de Dieu, la Cathédrale de Lubumbashi pleine comme un œuf, en présence d’une assistante impressionnante, constituée des pères de l’Église, des chefs traditionnels, des membres du gouvernement Sama Lukonde, d’autres leaders et notables du Grand Katanga ainsi que des fidèles. Avant de se serrer la main pour la première fois après près de huit ans de brouille, Kabila et Katumbi ont échangé quelques mots et un sourire…au grand bonheur de leurs frères et sœurs.

Mgr Fulgence Muteba a gagné le pari de réunir et réconcilier les Katangais

Dans la salle, des pleurs, des cris de joie, des sueurs et des danses. Puis, ils sont sortis ensemble pour se laver les mains devant l’autel de la Cathédrale, imités par les autres participants au forum. “Je n’ose pas vous avouer mon émotion”, s’est lâché le professeur Félix Momat, un des jeunes loups de la scène politique katangaise.

La même ambiance a continué autour du repas, à l’immeuble Hypnose, croisement des avenues Kapenda-Tabora. À la table, autour de Kabila, le pasteur Vano Kiboko et le professeur Huit Mulongo, deux proches collaborateurs de Moïse Katumbi, respectivement emprisonnés en 2014 et 2016. Larges sourires aux lèvres, Vano Kiboko et Huit Mulongo ont rejoint la farandole improvisée dans la salle pour esquisser quelques pas de danse traditionnelle du Katanga, alors que le pasteur Théodore Ngoy, autre ancien opposant au président honoraire, jubilait non loin de là. *

La veille, le public a vécu des moments similaires au stade de Mazembe, où des fils et filles de l’espace, toutes tendances confondues, ont livré des matches de football. Des images émouvantes ont immortalisé ces trois grands moments. “Elles montrent que les choses se passent plutôt bien. Tout à l’honneur des frères Katangais. Vivement le même élan dans le Kongo central et dans l’ancien Bandundu”, a commenté dans un forum un enseignant. Nul besoin d‘être spécialiste en sémiologie pour se rendre compte du bonheur incommensurable éprouvé par les uns et les autres.

10 mois des travaux en coulisses !

Pour en arriver là, il a fallu de l’audace, le dépassement de soi et la volonté entre toutes ces personnalités. Il a fallu un homme inspiré, Mgr Fulgence Muteba, et toute l’Église du Katanga dans sa diversité.

Tout a commencé au mois de juillet 2021, dans une totale discrétion. Le 8 août 2021 à Manono, l’homme de Dieu a lancé le tout premier appel à l’unité des Katangais. Et après dix mois des travaux en coulisses et les assises du Centre pastoral Mgr Jean-Pierre Tafunga, il a dit toute sa joie d’avoir gagné le pari, avec le concours de tous, évoquant une réconciliation effective et affective, recommandant la franchise aux et aux autres. Il a salué le soutien du Président de la République Félix Tshisekedi, du gouvernement provincial du Haut-Katanga et de la mairie de Lubumbashi.

“Nous nous sommes parlés et nous nous sommes compris. Nous sommes réellement frères et sœurs appelés à nous pardonner”, s’est réjoui Mgr Fulgence Muteba. Et d’ajouter: “Nous avons la fierté de réaffirmer que frères et sœurs, nous le sommes vraiment, frères et sœurs nous le sommes pour toujours. La fraternité est pour nous incassable, indéboulonnable. Je garderai de vous les souvenirs vivants”.

Au-delà des personnes de Kabila, Katumbi et les autres frères jadis brouillés, le Katanga se devait de se pencher sur plusieurs dossiers sensibles. Entre autres, le pillage des minerais dont regorge son sous-sol, les conflits récurrents entre différentes communautés du Tanganyika, à Nyunzu avec des dizaines de milliers de déplacés, du Haut-Katanga à Mitwaba et Pueto, et du Haut-Lomami ainsi que la situation explosive entre différents leaders et peuples du Lualaba.

C’est une révolution !

Peu avant le rite du lavement des mains, le père jésuite Jean Nyembo a donné lecture des recommandations du forum. Parmi elles: la création d’un Conseil d’arbitrage et de conciliation et la création d’un centre d’études et de recherches katangais. La recommandation aux autorités provinciales à mettre fin aux flux migratoires sauvages.

L’appel aux Bakata-Katanga de déposer les armes, un lobbying pour favoriser le développement rapide du fédéralisme, obtenir la libération des Katangais injustement emprisonnés et le retour au pays des Katangais injustement traqués et en exil. La suggestion d’initier une loi qui devra aboutir à l’uniformisation nominale de toutes les provinces issues du démembrement du Katanga en mettant en exergue la dénomination Katanga.

Puis: “Révolté par les pillages abusifs et systématiques des minerais particulièrement ces derniers temps et plus souvent illégalement sans créer ni emploi ni valeur ajoutée ni bénéficiant nullement au Katanga pas plus qu’au reste du Congo. Conjuguer des efforts pour défendre un leadership katangais fort dans tous les domaines, au plan politique, national, local et international, protéger la langue Swahili dans le support de communication, surmonter la division car l’heure est au rassemblement de tous, socle de notre réconciliation, faire barrage au pillage systématique des minerais bruts sous le regard complice de nos autorités établies. Aux filles et fils du Katanga de préserver l’unité du Katanga et de résister contre toute menace à l’identité katangaise d’où qu’elle vienne, de garantir la maîtrise de l’espace politique socio-économique culturel du Katanga par les Katangais”, a-t-on lu dans le rapport.

“Le plus important n’est pas la cérémonie de réconciliation ni la lecture des résolutions mais plutôt la mise en œuvre de ces résolutions”, a insisté Joseph Kabila, dont la prise de parole devant les médias a toujours été rare, estimant que cette rencontre consacre une révolution.

Pour sa part, Katumbi a fait savoir que le plus important c’est l’unité, la paix et l’essor économique du Katanga et de toute la République Démocratique du Congo.

AKM

Articles similaires

Fermer
Fermer