Dossier à la UnePolitique

Gouvernement: 141 candidats pour 47 postes

C’est de l’arithmétique: 30×100:65=46,1. Le Premier ministre a demandé aux groupes consultés de lui présenter 3 candidats pour un poste ministériel, promettant de réduire la taille du gouvernement de 30%

Les consultations initiées par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en vue de la formation de son gouvernement débutées le lundi 22 février se sont clôturées le lundi 1er mars. Pendant 7 jours, le chef du gouvernement a consulté 56 groupes composés des forces politiques et sociales, à l’exception de confessions religieuses. Il se dégage quelques points importants: la réduction de la taille du gouvernement de 30%, la représentativité mais aussi les candidats doivent être d’une bonne moralité, intègre, compétent, expérimenté, disposant un casier judiciaire vierge.

Les priorités du nouveau gouvernement s’articuleront autour de quelques axes prioritaires: restauration de la sécurité et paix à travers le pays, la réforme du système électoral, de la fiscalité et des régies financières, la lutte contre la corruption, l’impunité et le détournement des deniers publics, la bonne gouvernance ainsi que la redevabilité.   

Le Premier ministre Sama Lukonde Kyenge a balisé le chemin pour former son gouvernement en consultant 56 groupes des forces politiques et sociales du lundi 22 février au lundi 1er mars. Au vu de ce qu’il a dit à ses hôtes concernant la taille du gouvernement et les critères qui doivent caractériser ses membres, «AfricaNews» a fait un calcul simple: 30×100:65 = 46,1. Le Premier ministre a demandé aux groupes consultés de lui présenter 3 candidats pour un poste ministériel, promettant de réduire la taille du gouvernement de 30%.

Par rapport au gouvernement sortant qui comptait 66 membre y compris le Premier ministre, le futur compterait environ 47 si l’on tient compte de la réduction de 30% annoncée par Sama Lukonde. Les consultations étant finies, la publication du futur gouvernement est imminente. Juste le temps de permettre au Premier ministre de faire la sélection entre les 3 noms qui lui sont proposés à chaque poste.

Les candidats ministrables devront remplir un certain nombre des critères. Il s’agit notamment de la bonne moralité, intégrité, compétence, expérience et disposant d’un casier judiciaire vierge. Les membres du gouvernement pourraient signer un acte d’engagement. A cet effet, les priorités du nouveau gouvernement reposeront sur quelques priorités: la restauration de la sécurité et de la paix à travers tout le pays, la réforme du système électoral, de la fiscalité et des régies financières, la lutte contre la corruption, l’impunité et le détournement des deniers publics, la bonne gouvernance ainsi que le devoir de la redevabilité.

Au dernier jour, Sama Lukonde s’est entretenu avec 14 groupes. La Dynamique des députés nationaux pour la solidarité nationale conduite par Serge Khonde a indiqué qu’elle est venue apporter sa contribution au programme du prochain gouvernement. Pour leur part, les artistes musiciens ont demandé au Premier ministre de nommer à la tête du ministère de la Culture une personnalité dotée d’un «vecteur culturel». Selon le chef de la délégation, Josard Nyoka Longo, «avec le mandat actuel du Chef de l’Etat RD-congolais à la tête de l’Union africaine, c’est le moment de créer un lobbying culturel, politique voire économique au niveau international. Une véritable opportunité à capitaliser par la RD-Congo».

Dans cette logique, la délégation de l’Association nationale des théâtres populaires et cinéma -ANTPC-, conduite par l’artiste Masumu Déblindé, a fait part de ses attentes au Premier ministre. Le Groupe des députés nationaux indépendants ayant adhéré à l’Union sacrée de la nation -G26-, conduit par Basile Olongo, a demandé au chef du gouvernement de privilégier la mobilisation des recettes dans son programme, tout en réclamant deux postes ministériels car disposant de 16 députés nationaux. Pour sa part, le Groupe de 13 députés nationaux et personnalités politiques -G13-, conduit par Delly Sesanga, l’élu de Luiza, a recommandé la mise en œuvre «immédiate» des réformes pour le succès de l’action gouvernementale.

L’Ordre des avocats n’a pas été du reste, il a transmis son cahier de charges à Sama Lukonde. «Nous soulignons l’importance du barreau dans un pays. Le barreau, c’est la défense de tous, surtout des pauvres, des démunis. C’est pour cela que nous lui avons remis notre cahier de charge», a déclaré le bâtonnier national Matadi Wamba, chef de la délégation, en soulignant: «avec plus de 18.000 membres, les barreaux de la RD-Congo constituent une force au sein de la Société civile».

Les Forces politiques alliés de l’UDPS -FPAU-, avec à la tête Laurent Batumona, ont proposé leur expertise au Premier ministre. Ces démocrates Tshisekedistes ont fait savoir que les défis qui attendent le gouvernement sont, entre autres l’éducation, la santé, le bien-être de la population, la sécurité et la paix dans la partie Est et au Katanga. Quant à l’autorité morale de Bundu Dia Mayala, Zacharie Badiengila, alias Ne Mwanda Nsemi, il a exprimé son intention de faire partie de l’équipe gouvernementale en composition par Sama Lukonde. Les chefs coutumiers conduits par Mant Yav III Godefroid Munungo, le Congo positif de Dieudonné Nkishi, l’Union pour le développement du Congo -UDECO-, conduite par Max Mayaka, l’Union nationale de la presse du Congo -UNPC- ont été également reçus par le chef du gouvernement.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer