Dossier à la UneNationPolitiqueSociété

Exclusif. Dossier cour constitutionnelle: article 70, voici l’arrêt

Saisie en interprétation des articles 70 alinéa 1, 103, 105 et 197 de la Constitution, la Cour constitutionnelle a rendu son arrêt mercredi 11 mai: «Il n’y aura pas de vide juridique au sommet de l’Etat si l’élection présidentielle n’est pas organisée dans le délai constitutionnel. Le Président de la République va rester en place jusqu’à l’installation effective du nouveau Président élu». Alors qu’au regard de la mère des lois, les arrêts de la Cour constitutionnelle sont inattaquables, immédiatement exécutoires et opposables à tous, celui du 11 mai voit désormais deux opinions divergentes s’affronter autour des conséquences devant découler de la fin du mandat du Président de la République, au cas où l’élection de son remplaçant n’est pas organisée dans le délai fixé par la Constitution. AfricaNews a pu se procurer une copie de cet arrêt. Il vous le propose.
ARRÊT
Par requête signée le 14 avril 2016, par eux-mêmes et dépose au greffe de la Cour constitutionnelle le 18 avril 2016, les députés nationaux Ramazani Shadary Emmanuel, Muabilu Mbuyu Mukala Pius, Robota Masumbuko François, Naweji Mundele Charles, Nsaaman-o-Lutu Oscar, Bulambo Kilosho Jean-Marie, Kokonyangi Witanene Joseph, Kaonda Kipanta John America, Kamayi Muangala, Kimbunda Mudikela, Lothape Madimbo Nelson, Kankonde Crispin, Mbayo Kilumba, Koso Diese Kovi, Kasongo Ngoie Géraldine,Lumanu Cimpaka Véro, Daruezi Apendeke Marceline, Daruezi Mokombe Jean-Pierre, Muyamba Ngove John, Kuyngeze Dikalu King, Pelenda Makengo, Mulongo Ngoy Ivan, Iyefa Wessa Pétronelle, Alimasi Tambanakuwinge Joseph, Bulupy Galati Simon, Tchedya Patay Raymond, Akelawa Balondo Ernest, Kasongo Mwadiavita Lucain, Musemena Bongala Gaston, Ndiambu Wolung, Mosende Clément, Dubia Mukombe Douglas, Budu Tandema Vital, Bombelosanda Baluma, Lupula Matshalo Félix, Katanti Mwitwa Philipe,Nkuliu Mwenze, Lumbambu Kasambula André, Apaka Tombila, Ngeleji Augustin, Ikiyo Ingutu, Likinda Fidèle, Batumoko Jean-Pierre, Musodi Salabwe Dieudonné, Senga Paysayo Valentin, Katamuliko Tsongo, Thuambe Egide, Agamile César, Ilunga Kampanyi, Mbwinga Bila Robert, Kutekala Kaawa Albert, Bialalosuka Wata Jonathan, Etibako Edi Ndito, Moleka Wivine, Mwepu Kanyanta-Bilonda, Maelezo Alabu Boris, Pasi Zapamba Buka, Otete-Lokadi, Kasuende Batu Anini Louis, Mutomb-a-Mutomb Lucien Joliety, Lubamba wa Lubamba Alain, Awenze Makiaba Alphonse, Mpande Mwaba Liliane, Mujinga Kayenu Alphonsine, Katumwa Mualay Vicky, Kabwika Mastaki, Lunda Nadalaimaba, Mbilangadi Lungando Anne-Marie, Safari Nganizi, Liyota Ndjoli, Batalingana Kaenga, Bolonya Patrick, Botombula Tabu Albert, Manshimba Manshimba, Kazadi Mwayila Théo, Bazir Serushego Bonaventure, Vahamwiti Mukesyayira Jean-Claude, Dasyo Iyokfe, Adirodu Mawazo Beaudoin, Bokona Wiipa Bondali Mopondi John, Lofimbo Bakundji, Ilunga Lukalaamuri Kabeza Mwenesantu, Enerunga Muunda Anselme, Yuma Ramazani, Banio Debho Donul, Sadiki Byombuka Maxime, Ngoyi Ntambwe Crispin, Mudumbi Biri-omu-Iragi Mulunda Joseph Ilunga Leu Marcel, Nday wa Kumata, Kitwa Godalena Ida, Jemsi Mulengwa Kean Kevin, Matenda Kyelu Athanase, Mbukani Katebwa Dieudonné, Suze Manda David, Inagozi Ibambi Géneviève, Kumu-Badi Samano Pathy, Lomanga Longenga Jean-Robert, Akpanza Mobuli Nicolas, Mashako Mamba Nyenya, Nzau Tsobo Clément, Oleko Mafue a Beombey Stanislas, Yaya Samu Honga Alexis, Balamage Nkolo, Luono Kimbanga, Kezamudru Musisiri, Kambale Lufungula, Sendwe Mputu Péguy, Minaku Ndjaladjoko Aubin, Munebwe Tamukumwe Elysée,Tshimanga-Bwana Jean-Pierre, Kaboyi Bwilu Jean-Bosco, Bokonda Balela Faustin, Berogan Keraure Nono, Indolo-Eyum Yves, Espérance Musafiri, Nsombola Lontulungu Amba, Pikolo Nyonewya Henry, Minganda Mushubangabo Dieudonné, Tibasima Mbogemu Ateenyi, Bababaswe Wishila Zacharie, Mambo Mawa Lebon, Materanya Kabagi, Muhirwa Nalubusi Marie-Claire, Chituli Nabwira Deo, Mavungu Mbunga, Mata Nkumu Pauline, Bushendwa Lubagire François, Lutongo Tshikambi, Alenge Nzokande Remy, Tandjeka Ngelewa André-G., Muhiya Nyembo Matthieu, Komuesa Kalunga Adolphe, Oyapindju Lomena J.B, Djunga-Otshudiema, Tanzi Masela Kilty Zury, Mukulungu Igobo Benjamin, Mbambu Mughole Juliette, Mavinga Domi Daniel, Bompini Balinga Michel, Mwangachuchu Hizi Edouard, Bakonga Wilima Willy, Aundagba Freddy, Tshipasa Vangi-sivavi Venant, Lukono Sowa Dominique, Muzangisa Laurent, Bokolo Nyaswa Vicky, Mashako Mamba Nyenya, Uweka Ukaba Pierrot, Kalau Godé, N’kumu Frey Lungula, Faso Mushigo, Kashiki Mazambo Gaudet, Gize a Samba Masega A.F., Mbaya Kandudi Jean, Kasongo Munganga Constantin, Gabu Ba Mafu, Mbuli Mikobi, Shidi Mikumbu, Kasende Kandolo Fran, Mumpi Nga-Ewum, Oshobale Oscar, Lokola Elemba, Kapaya Ohelo Pene Lombendja Delphin, Mayobo Godefroid, Ngindu Espérant, Edumbadumba Pierre-César, Onosumba Yemba Adolphe, Nku-Imbie David, Mukubaganyi Mulume JP, Chirhulwire Bulala Basengezi, Nzekuye François, Tshitoka Ngalamulume P., Kassako Metela Lhomb Hubert, Kasereka Wanzavalere Timothée, Jules Mugiraneza Ndizeye, Simene wa Simene Samuel, Mulumba Mwana Nshiya Léon, Mukingi Oswald, Karekezi Désiré, Mutula Lungwe Diallo, Ngole Ingemba René, Indulu-Ekuns Deo Gracias, Moleko Moliwo AN, Yvonne Mutumbo, Shemiza Mwanza, Mayaya Richard, Ngandu Mulumbelaye Pierre, Kazundu Mbaya Placide, Wenzi Wa Kuyula Edouard, Bopolo Thomas, Mwehu Kikoko Charles, Matadiwamba Kamba Mutu, MusagaPhasu Madeleine, Sudi Al Amin Zimatoto, Mikulu Pombo Ngoy, Nsuka Aimé, Kalonji Romain, Ngoyi Shabitanda, Mananga Kayembe Cadet, Kabongo Kalomi Athys, Mbawmbaw Yemata, Yaza Tutu, Musenga Benoit, Kota Piem Stéphane, Nzaji Benoit, Katolo Kabongo, Serge Mayambe, Mwamba Benjamin, Mukeba Kande, Mukuna Kalambayi Demis, Kapongo Munyoka Donatien, Ipakala Yobwa Joseph, Ekofo François, Mpanda Kabangu José, Bokole Ompoka Jean-Pierre, N’Sa Mputu Elima Bavon, Mwatshinumo Fedge Georges, Ikulu Lamajano Ibrahim, Makwa Dede, Zabusu Liwolo Zépherin,, Asumani Likalangayo Jacques, Mafuta Talo Jean-Paul, Bamboka Lobendi Pierre Casto, Autsai Asenga Médard, Lukiana Mabondo, Magbengu swa na Emina Monzia Dumas, Mikoka Toni Gaytoni, Bekanga Isomo-Bo John, kenda Jolie Jolie, Mayoma Kalende Louise, Makwenge Kaput Victor, Paysayo Maliako Robert, Kalunga Mawazo Bienvenu, Manara Linga Didi, Masanza Makogu Godefroid, Bandeacha Itendey Willy, Vetshi Bopambo, Kalombo Rombault, Muhona Lumbu Landry, Mandjuandja Mayembe, Kabongo Ngoy Edmond, Mpengele Manengo, Mpengele Manengo Liévin, Pembe, Bokiaga, Pembe Bokiaga Didace, Bitakwira Bihona-Hayi Justin, Lowuya Enzimba Jules, Mutonkole Kinyanga Gaspard, Lubula Kanatina Joachim, Lomeya Atilite Béatrice, Bulukungu Mawe Tony et Katshongo Mbavu Paulin, soit au total deux cent soixante-seize députés nationaux, représentant plus de la moitié des membres de l’Assemblée nationale, sollicitent l’interprétation de l’article 70 alinéa 2 de la Constitution, en combinaison, d’une part, avec ses articles 103, 105 et 197, et d’autre part, avec les articles 75 et 76 de la même Constitution.
Examinant sa compétence, la Cour constitutionnelle relève, des dispositions combinées des articles 161 alinéa 1 de la Constitution, 54 de la loi organique n°13/026 du 15 octobre 2013 portant son organisation et son fonctionnement, ainsi que de l’article 51 de son Règlement intérieur, qu’elle connait des recours en interprétation de la Constitution sur saisine du Président de la République, du Gouvernement, du Président du Sénat, du Président de l’Assemblée nationale, d’un dixième des membres de chacune des Chambres parlementaires, des gouverneurs de province et des président des Assemblées provinciales.
Elle se déclare, dès lors, compétente pour connaitre de la requête sous examen, qu’elle juge par ailleurs recevable, car signée, en leurs noms personnels, par plus de la moitié de cinq cents membres de l’Assemblée nationale.
Pour justifier l’interprétation sollicitée, les requérants expliquent que deux opinions s’affrontent autour des conséquences devant découler de la fin du mandat du Président de la République, au cas où l’élection de son remplaçant n’est pas organisée dans le délai fixé par la Constitution.
Pour les uns, le Président de la République, arrivé à la fin de son mandat, doit demeurer en fonction en attendant l’installation effective de son successeur élu, laquelle est matérialisée par la prestation de serment et la prise de ses fonctions, et ce même au cas où l’élection présidentielle aurait lieu au-delà du délai fixé par la Constitution.
Pour les autres, la fin du mandat non suivie de l’installation effective du nouveau Président de la République élu crée la vacance de la Présidence de la république, conformément aux articles 75 et 76 de la Constitution, auquel cas la fonction de Président de la République est assurée par le Président du Sénat.
Selon les tenants de la première opinion, dont relèvent les requérants, l’interprétation à donner à l’article 70 alinéa 2 susvisé est, mutatis mutandis, celle des articles 103 pour les députés nationaux, 105 pour les sénateurs et 197 alinéa 1 à 6 de la Constitution pour les députés provinciaux, toutes ces dispositions ayant pour finalité, dans l’esprit du constituant, d’assurer, de manière exceptionnelle, la stabilité et la continuité des institutions, en évitant un vide juridique en cas de non-organisation des élections en temps voulu.
Et de conclure, que si la volonté du constituant était de faire valoir le principe de la vacance du pouvoir à la tête de l’Institution Président, à l’instar de l’article 135.1 de la Constitution haïtienne du 29 mars 1987 telle que révisée à ce jour.
A l’appui de la requête, sont produits au dossier de la cause, entre autres pièces à conviction, une liste nominative signée par deux cents soixante-seize députés nationaux, un acte de notification à l’Assemblée nationale le 03 mai 2014, l’arrêt RE 008 du 27 avril 2012 de la Cour suprême de justice, faisant office de la Cour constitutionnelle, relatif à la proclamation des résultats définitifs des élections législatives du 28 novembre 2011, divers procès-verbaux de Séances plénières de l’Assemblée nationale, des listes de présences à ces séances, des listes des députés nationaux dont les mandats ont été validés, des photocopies des «cartes de légitimation» des requérants, une photocopie du Journal Officiel de la République d’Haïti, «Le Moniteur», numéro extraordinaire du 19 juin 2012, un document-synthèse du débat général sur l’avant-projet de la Constitution de la République démocratique du Congo, et le rapport de la Commission politique, administratif et juridique d’avril 2005, relatif au même texte.
Examinant les dispositions constitutionnelles à interpréter, la Cour constitutionnelle relève que les alinéas 2 des articles 70, 103 et 105, ainsi que l’alinéa 6 de l’article 197 de la Constitution se rapportent à la fin du mandat du Président de la République et à celle des députés nationaux, sénateurs et députés provinciaux, tandis que les articles 75 et 76 de la même Constitution règlent la vacance de la présidence de la République.

  1. Concernant la fin du mandat du Président de la République et, incidemment, des membres des Assemblées législatives :

Aux termes de l’article 70 alinéa 2 de la Constitution, «A la fin de son mandat, le Président de la République reste en fonction jusqu’à l’installation effective du nouveau Président élu».
La Cour relève, en outre, qu’étant clair, l’alinéa 2 de l’article 70 ne nécessite pas, en principe, d’interprétation ; elle note cependant que de la synthèse du débat général d’avril 2005 sur l’avant-projet de la Constitution, on peut lire qu’après amendements de ct article, « un deuxième alinéa a été ajouté pour que le Président de la République sortant puisse rester en fonction jusqu’à l’installation effective du nouveau Président élu afin d’éviter le vide institutionnel».
Elle en infère que l’alinéa 2 de l’article 70 permet au Président de la République arrivé fin mandat de demeurer en fonction, en vertu du principe de la continuité de l’Etat, jusqu’à l’installation effective du nouveau Président de la République élu.
La Cour observe par ailleurs que réglée respectivement par les articles 103, 105 et 197 de la Constitution, la situation des députés nationaux, sénateurs et députés provinciaux arrivés fin mandat est proche de celle réglée par l’article 70 alinéa 2.
Elle note que rédigés en des termes identiques, les articles 103 et 105 prévoient que le député national ou le sénateur est élu pour un mandat de cinq ans, renouvelable, qui commence à la validation des pouvoirs par la Chambre parlementaire à laquelle il appartient, et expire à l’installation de la nouvelle Chambre ; mais que contrairement à l’alinéa 1 de l’article 70 qui limite à deux le nombre de mandats auquel peut prétendre le Président de la République, les alinéas 1 des articles 103 et 105 ne fixent aucune limitation au nombre de mandats parlementaires.
La Cour relève, quant à leurs seconds alinéas, qui répondent également au souci de garantir la continuité de l’Etat, que seul le caractère collégial des Chambres parlementaires peut justifier la formule des articles 103 et 105, suivant lesquels le mandat de député ou de sénateur commence à la validation des pouvoirs par l’Assemblée nationale ou le Sénat, selon le cas, et expire à l’installation de la nouvelle Assemblée nationale ou du nouveau Sénat.
Elle constate, en effet, qu’alors qu’avant de quitter le poste, en cas de non-réélection après un premier mandat, ou à l’expiration de son second mandat, le Président de la République attendra de passer le pouvoir à son successeur élu en vue de l’installation effective de celui-ci conformément à l’article 70 alinéa 2 de la Constitution, le parlementaire qui appartient à une institution collégiale voit l’expiration de son mandat conditionnée par l’installation d’une Chambre dans son ensemble.
Elle note également que les développements ci-hauts concernant les députés nationaux valent, mutatis mutandis, pour les députés provinciaux, dont la situation est réglée par l’article 197 de la Constitution, aux termes duquel les membres de l’Assemblée provinciale, appelés députés provinciaux cooptés ne pouvant dépasser le dixième des membres qui composent cette Assemblée, suivant les alinéas 3, 4 et 5, tandis que conformément à l’alinéa 6, l’article 103 de la Constitution leur est applicable, mutatis mutandis.

  1. Concernant la vacance de la présidence de la République:

La Cour relève des articles 75 et 76 de la Constitution que la vacance de la présidence de la République est conséquence de certains événements qui surviennent en cours de mandat: décès, démission ou toute autre cause d’empêchement définitif.
Elle observe qu’aux termes de l’article 75, en effet, « En cas de vacance pour cause de décès, de démission ou pour toute autre cause d’empêchement définitif, les fonctions de Président de la République, à l’exception de celles mentionnées aux articles 78, 81 et 82 sont provisoirement exercées par le Président du Sénat ».
Elle juge en outre que la vacance de la présidence de la République renvoie à l’hypothèse où la fonction présidentielle reste sans titulaire, à la suite du décès du Président de la République, de sa démission ou de sa destitution par une décision de justice par exemple, c’est-à-dire la situation où le poste de Président de la République n’est plus occupé, où est constatée l’empêchement définitif du titulaire de cette fonction, pour l’une des causes énumérées par l’article 75 de la Constitution.
Elle observe par ailleurs que seul un empêchement définitif, défini par l’article 84 alinéa 3 de la loi organique n°13/026 du 15 octobre 2013 portant organisation et fonctionnement de la Cour Constitutionnelle comme la situation où le Président de la République se trouve dans l’impossibilité absolue d’exercer les fonctions qui lui sont dévolues par la Constitution et les lois de la République, permet de constater la vacance de la présidence de la République et d’enclencher la procédure définie par l’article 76 de la Constitution.
La Cour relève que selon l’article 76 alinéa 2 de la Constitution, le Président de la République par intérim, en l’occurrence le Président du Sénat, veille à l’organisation de l’élection du nouveau Président de la République dans les conditions et les délais prévus par les alinéas 3 et 4 de l’article 76 de la Constitution. Autrement dit, il veille à ce que la Commission électorale nationale indépendante-CENI-, organise l’élection du nouveau Président de la République dans un délai qui peut être prorogé jusqu’à cent vingt jours et quatre-vingt-dix jours au plus, délai qui peut être prorogé jusqu’à cent vingt jours au plus en cas de force majeure, après l’ouverture de la vacance ou la déclaration du caractère définitif de l’empêchement.
La Cour observe que conformément à l’alinéa 5 de l’article 76 de la Constitution, le Président élu commence un nouveau mandat, distinct du mandat interrompu au cours duquel la vacance de la présidence a été déclarée.
Elle note, en définitive, que la vacance se produit lorsqu’il n’y a plus de Président de la République, pour cause de démission, décès, ou pour toute autre cause d’empêchement définitif, notamment la maladie, la captivité, la destitution par la Cour Constitutionnelle à la suite d’une condamnation pénale, etc., mettant le Président de la République dans l’impossibilité absolue et définitive d’exercer ses fonctions. Elle doit être formellement constatée par la Cour Constitutionnelle, sur saisine du Gouvernement, conformément à l’article 76 alinéa 1 de la Constitution, tandis que l’intérim du Président de la République est alors assuré par le Président du Sénat, qui veille à l’organisation par la CENI de l’élection du nouveau Président de la République dans les délais constitutionnels.
Elle dira n’y avoir pas lieu à paiement des frais d’instance, la procédure étant gratuite, conformément à l’article 96 alinéa 2 de la loi organique n°13/026 du 15 octobre 2013 portant organisation et fonctionnement de la Cour Constitutionnelle.
C’est pourquoi:
Vu la Constitution du 18 février 2006 telle que révisée à ce jour, spécialement ses articles 70 alinéa 2, 75, 76, 103 alinéa 2, 161 alinéa 1er, et 197 alinéas 2, 4 et 6;
Vu la loi organique n°13/026 du 15 octobre 2013 portant organisation et fonctionnement de la Cour Constitutionnelle, spécialement ses articles 42, 48, 54 et 96 alinéa 2 ;
Vu le règlement intérieur de la Cour Constitutionnelle, spécialement les articles 27 alinéa 2, 34, 35, 36, 37, 38 alinéa 4 et 51;
La Cour siégeant en matière d’interprétation de la Constitution ;
Après avis du procureur général;
Se déclare compétente ;
Reçoit la requête ;
Dit que pour consacrer le principe de la continuité de l’Etat affirmé par l’article 69 de la Constitution, l’article 70 alinéa 2 de la Constitution permet au Président de la République actuellement en exercice de rester en fonction jusqu’à l’installation effective du nouveau Président élu ;
Dit en outre que bien que d’une durée de cinq ans renouvelables, le mandat des députés nationaux, sénateurs et députés provinciaux ne prend pas fin qu’à l’installation d’une nouvelle Assemblée nationale, d’un nouveau Sénat ou d’une nouvelle Assemblée provinciale, en vertu du même principe de continuité de l’Etat, également traduit par les alinéas 2 des articles 103 et 105, ainsi que l’alinéa 6 de l’article 197 de la Constitution;
Dit par ailleurs que les articles 75 et 76 de la Constitution règlent le cas de vacance de la présidence de la République intervenant en cours de mandat, pour cause de décès, démission ou pour toute autre cause d’empêchement définitif du Président de la République;
Dit que la vacance de la présidence de la République nécessite l’intervention de la Cour constitutionnelle qui en fait la déclaration, sur saisine du Gouvernement;
Dit n’y avoir pas lieu à paiement des frais d’instance;
Dit enfin que le présent arrêt sera signifié aux requérants, au Président de la République, au Président de l’Assemblée nationale, au Président du Senat, au Premier ministre, aux présidents des Assemblées provinciaux, et qu’il sera publié au Journal Officiel de la République Démocratique Congo, ainsi Bulletin des arrêts de la Cour constitutionnelle.
La Cour a ainsi délibéré et statué à son audience publique de ce jour, mercredi 11 mai 2016 à laquelle ont siégé Messieurs LWAMBA BINDU Benoît, président, BANYAKU LUAPE EPOTU Eugène, ESAMBO KANGASHE Jean-Louis, FUNGA MOLIMA MWATA Evariste-Prince, KALONDA KELE OMA Yvon, KILOMBA NGOZI-MALA Noël, VUNDUAWE te PEMAKO Félix et MVUMBI-di-NGOMA Jean-Pierre, juges avec le concours du procureur général représenté par le premier avocat général MOKOLA PIKPA Donatien, et l’assistance de Monsieur OLOMBE LOMAMA Charles, greffier.
 
Monsieur LWAMBA BINDU Benoît, président
Monsieur BANYAKU LUAPE EPOTU Eugène, juge
ESAMBO KANGASHE Jean-Louis, juge
Monsieur FUNGA MOLIMA MWATA Evariste-Prince, juge
Monsieur KALONDA KELE OMA Yvon, juge
Monsieur KILOMBA NGOZI-MALA Noël, juge
Monsieur VUNDUAWE te PEMAKO Félix, juge
Monsieur MVUMBI-di-NGOMA Jean-Pierre, juge
Le Greffier : OLOMBE LOMAMA Charles
 
 
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer