ActualitésDossier à la UnePolitique

RDT: Sylvain Mutombo prêche la coalition

Le Rassemblement des démocrates tshisekedistes -RDT- a organisé, samedi 23 novembre 2019 à Kinshasa, sa première matinée politique. Axée sur la problématique politique de l’heure, cette grande messe du «Tshisekedisme» a connu la participation de quelques milliers de militants de cette plateforme politique et électorale membre de Cap pour le changement. Orateur de cette matinée politique, le ministre délégué à la Défense nationale en charge des Anciens combattants, Sylvain Mutombo Kabinga, a brossé les grandes lignes du «Tshisekedisme». A l’en croire, cette doctrine politique, dont il est un des premiers à conceptualiser, prône la tolérance, la réconciliation, l’amour, le respect du Président de la République -anciens et actuel-, et celui des leaders politiques des autres camps. Des vertus héritées, selon lui, de feu Dr Etienne Tshisekedi, grand maître du «Tshisekedisme». «Dans le Tshisekedisme, les qualités des autres leaders sont des atouts», a précisé le ministre Mutombo. Occasion donc, pour lui, de placer un mot sur la recrudescence de la violence constatée ces derniers jours entre les jeunes du Front commun pour le Congo -FCC- et ceux de CACH. «Le Tshisekedisme est une doctrine basée sur l’amour. Kabila n’était pas notre ennemi, plutôt un adversaire. Les donnes ont changé. Il est aujourd’hui un allié. Il faudra savoir le traiter suivant sa nouvelle casquette», a-t-il rappelé. Pour lui, la bonne entente entre l’ancien et l’actuel Président de la République doit servir de lit pour la cohésion nationale. Rien ne sert donc à vilipender l’action gouvernementale sous couvert des couleurs politiques, car cela ne servira pas les intérêts du peuple. «L’échec du gouvernement Ilunkamba est également celui de Fatshi. Considérez-vous désormais comme de véritables alliés du FCC», a-t-il lancé devant ses militants. Et de poursuivre: «ne donnez pas raison aux fauteurs de troubles. Ils veulent faire croire à la crise pour obtenir un dialogue national». Le ministre Mutombo a donc appelé ses militants à soutenir l’action du gouvernement tout entier et à ne pas faire distinction entre un ministre et un autre car chacun des membres du gouvernement a un rôle à jouer dans le bien-être du peuple. «Ce n’est pas facile se mettre sur une même table que ses bourreaux d’hier», a-t-il reconnu avant de plaider pour un pardon «au nom du Tshisekedisme». Cette démarche, le ministre l’inscrit dans le cadre de la recherche du développement de la RD-Congo, qui est plus qu’urgent. «Si le PPRD et l’UDPS mettent leurs différends politiques de côté, le pays ira de l’avant», a-t-il estimé devant des militants qui ont exigé l’arrêt des provocations qui émanent de l’autre camp.  Dans le même ordre d’idées, Pr. Fortunat Kandanda, vice-président du bureau politique du RDT, s’est insurgé contre les fauteurs de troubles, les mécontents qui, déçus de leurs absences au gouvernement, se battent comme un diable dans un bénitier pour obtenir un poste dans la diplomatie ou dans le portefeuille, quitte à mettre le feu dans la maison. «Le mariage FCC-CACH existe et se poursuivra. La preuve, ni le Président Félix Tshisekedi, ni le Président Kabila n’ont mis en doute cette union», a tranché le vice-président du RDT.

Appel patriotique aux jeunes et aux femmes

Aux jeunes et aux femmes, Sylvain Mutombo a exhorté de prendre leurs responsabilités car, selon lui, aucun développement n’est possible sans l’apport de ces deux classes. Autre fléau que le ministre Mutombo a fustiger, le tribalisme qui a «longtemps détruit notre nation». A l’en croire, ce fléau est à la base du pillage des richesses de la RD-Congo durant les 6 dernières décennies, empêchant ainsi les RD-Congolais de jouir de leurs richesses naturelles. «La tribu n’a jamais construit. Inspirons-nous de la France. Après moult conflits internes et une centaines de révisions constitutionnels, ce géant d’Europe a opté pour le concept ‘‘Fraternité’’», a-t-il expliqué. Transfuge de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS-, Sylvain Mutombo n’a pas pour autant couper le cordon ombilical d’avec le parti présidentiel. «Je suis et je resterai combattant de l’UDPS jusqu’à ma mort. Un Tshisekediste meurt opposant même en étant au pouvoir», a-t-il soutenu. Pour lui, le pouvoir de l’UDPS n’est pas un privilège, il a été conquis pacifiquement et sans négociation sur la seule volonté du peuple. Il a par ailleurs vanté le bilan de 10 premiers mois du Président Félix Tshisekedi, notamment sur les aspects de l’effectivité de la gratuité de l’enseignement, du budget estimé à 10 milliards et de la série de grands travaux poursuivie et initiée ci et là à travers la RD-Congo.

Dandjes LUYILA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer