Dossier à la Une

Elections 2014-2016: Les grands partis affichent complet

Le président de la CENI, Abbé Apollinaire Malulu et le patron de la MONUSCO, Martin Kobler, au sortir d'une audience
Le président de la CENI, Abbé Apollinaire Malulu et le patron de la MONUSCO, Martin Kobler, au sortir d’une audience
La Centrale des élections est assurée d’attirer non seulement un grand monde mais aussi et surtout les grosses écuries ce samedi au Palais du peuple à la faveur du lancement du Code de bonne conduite et la signature du protocole d’accord mettant en place du Comité de Liaison entre la CENI et les partis politiques en vue d’une meilleure communication
Les élections sont avant tout une affaire technique. La CENI en est consciente. La Communauté internationale partage aussi cet avis. Cette unanimité a amené le président de la CENI Apollinaire Malumalu et le représentant du Secrétaire général de l’ONU en RD-Congo Martin Kobler à envisager la possibilité du soutien du PNUD au cycle électoral 2013-2016 déjà lancé avec la présentation, devant la plénière de la chambre basse du Parlement, du projet de la feuille de route y relative. Soudain, Malumalu met le turbo.
Il déclenche deux étapes décisives dès ce samedi au Palais du peuple devant des représentants des 451 partis politiques auxquels les services de la CENI ont fait parvenir des cartons. Au menu: la signature du protocole d’accord mettant en place le Comité de liaison entre la CENI et les partis politiques pour une meilleure communication et le lancement du Code de bonne conduite des partis politiques. Le succès est assuré. Raison: dans la mesure où, à l’Opposition comme à la Majorité présidentielle, les grosses écuries affichent complet.
Peu à peu, la CENI met en place l’architecture électorale. En l’espace d’un mois, elle va envoyer deux, voire trois signaux indéniables. Après la présentation de la feuille de route devant la représentation nationale, le team de Malumalu s’apprête à franchir deux pas décisifs samedi 8 janvier au Palais du peuple.
Coup sur coup, elle va signer le protocole d’accord mettant en place le Comité de Liaison avec les partis politiques et lancer le Code de bonne conduite, a indiqué le rapporteur de la CENI, l’UDPS Jean-Pierre Kalamba Mulumba Ngalula, à la faveur d’un point de presse jeudi 6 février à Kinshasa. Sont attendus à ce double événement: 451 partis politiques dont AfricaNews publie la liste actualisée au 27 janvier 2014 par le ministère de l’Intérieur, les regroupements politiques et leurs mandataires.
Le rendez-vous de grosses écuries
La CENI récolte une moisson abondante en dépit de l’appel au boycott lancé par les FAC Lisanga et Fayulu. Selon les statistiques disponibles, déjà 325 partis sur les 451, soit 72,16%, ont accrédité 626 mandataires à la CENI, soit 69,71% avec 409 hommes représentant 65,34% et 217 femmes, soit 34,66%. Dans le lot, des partis de l’Opposition. Entre autres MPR-Fait privé représenté par Jean Michel Tokombe Temy et Liliane Musitu Ambantan; MPCR de Jean-Claude Mvuemba, représenté par Bashidikie Evile et Bulungu Ibola Elvis; UDPS-Kibassa, qui mandate Jeanne Musiwa Byalweza et Guy Si-Nyembo Kalenge; UDPS-Tshisekedi, représente par Jacob Ilunga Kabeya; UNC de Vital Kamerhe, représenté par l’honorable député Mushizi Mfundiko Kizito et Alain Mbaya Kakasu; le MLC de Jean-Pierre Bemba, représenté par Fifi Osambia Kpwata et Guy Katsuva Mohindo…
Côté Majorité, les poids lourds comme le PPRD, le PALU, le MSR, AFDC, ARC, CCU,… ont déjà souscrit. Ils ont respectivement mandaté l’honorable Shadari Ramazani et Jacqueline Penge Sanganyoyi; Basile Gambembo Mikhamba et Léontine Mapembe Kitambala; Julien Lukengu Dibinga et Gertrude Ekombe Ekofo; Albert Oyasase Okako Osolongo et Solange Masumbuko Nyenyezi; Georgette Songo Byebye et André Shikayi Luboya; Omer Muswanza … Que du beau monde! Que de grosses écuries!
Jusque jeudi après-midi, la CENI avait délivré près de 300 invitations aux partis politiques, sans compter les présidents des partis qui ont préféré, eux-mêmes, retiré les cartons à la Maison des Elections, à l’ex-Kin Mazière.
Selon les experts de la CENI, le Comité de Liaison est un cadre d’échange, d’information électorale et de dialogue permanent entre la CENI et les partis politiques légalement constitués sur le processus électoral. Il se  réunit régulièrement entre les membres de la CENI et les partis politiques légalement constitués en raison de deux représentants dûment accrédités, dans le respect de l’équilibre Genre.
«En période électorale, les  mandataires des regroupements politiques et des candidats à l’élection  présidentielle participent aux réunions du Comité de Liaison, avec voix délibérative. Et c’est le Président de la CENI qui préside les réunions du Comité de Liaison et en assure la police des débats», a-t-on ajouté avant de continuer: «Les membres du Comité de Liaison jouissent du droit d’accès à l’information électorale en temps réel et de manière équitable ; d’accès aux outils de sensibilisation et d’éducation civique électorale ; d’accès au cadre légal et réglementaire du processus électoral; de renforcement des capacités, suivant un programme arrêté de commun accord».
Les membres du Comité de Liaison  n’ont pas que de droits. Ils ont aussi des devoirs, consignés dans le Code de bonne conduite qui sera rendu public ce samedi 8 janvier au Palais du peuple et dont AfricaNews a pu obtenir une copie -Lire en page 5. «Une fois signé, le Code de bonne conduite des partis politiques, des regroupements politiques et des candidats aux élections en République Démocratique du Congo pour le cycle électoral 2013-2016 est applicable à tous», a averti Jean-Pierre Kalamba.
C’est dire toute l’importance de ce texte qui soumet les partis politiques et les candidats à la courtoisie de langage, au respect de l’opinion des autres et à la déférence mutuelle. Il demande aux partis de s’engager à  lutter contre toutes formes de violence, de corruption et de concussion. Autres obligations faites aux partis et aux candidats: «S’interdire toute activité, toute attitude, tout comportement  ou tout propos de nature à porter atteinte à la vie privée et à la dignité des autres; Respecter la Constitution, les lois de la République et l’autorité de l’Etat».
YA KAKESA 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer