Dossier à la UnePolitique

Election du 2ème vice-président au Parlement: Remy Massamba élu

L’ancien secrétaire général de l’UDPS auréolé des désistements du redoutable Serge Mayamba, susceptible de déranger ses calculs, et d’Emmanuel Mbuela, candidat du Caucus des députés du Kongo Central, a été néanmoins contraint au second tour par Toussaint Alonga, la grande surprise de cette élection
Tout s’est joué dans les couloirs, dans les coulisses. Une demande d’un bonze de la Majorité présidentielle à Serge Mayamba, qui s’est désisté en faveur de Remy Masamba, imité par Emmanuel Mbuela, candidat du Caucus du Kongo Central, puis un autre UDPS, a permis d’ouvrir la voie royale à l’ancien secrétaire général du parti, malgré le deuxième tour lui imposé par le surprenant Toussaint Alonga, porté par les députés de l’ex-Equateur. Mardi, au terme du scrutin organisé pour combler le poste de 2ème vice-président de l’Assemblée nationale resté vacant après le décès du doyen Timothée Nkombo Nkisi, Remy Massamba l’a emporté devant le président de son groupe parlementaire, Samy Badibanga, sorti dès le premier tour. Vainqueur avec 227 voix engrangées sur les 352 votants, l’ancien député de l’ère Mobutu, a délivré le message ci-après à ses collègues: «Je vous assure de mon engagement renouvelé pour les démarches toujours constructives marquées par la collaboration la plus franche au sein de notre bureau pour mériter la confiance dont vous venez de nous offrir».
Les urnes ont livré leur secret au terme du scrutin organisé mardi 14 juin en vue de pourvoir au poste du 2ème vice-président de l’Assemblée nationale resté vacant après le décès au mois d’avril à Paris de Timothée Nkombo Kissi. Remy Massamba de l’UDPS a été le vainqueur de ce scrutin. Malgré les 186 voix engrangées au premier tour, l’ancien SG de la fille aînée de l’Opposition RD-congolaise a été contraint au second tour par Toussaint Alonga, classé deuxième avec 70 voix sur les 400 votants. 15 voix ont manqué à Massamba pour s’emparer du fauteuil dès le premier tour en dépit du retrait du redoutable Serge Mayamba, qui avait son mot à dire mais a été prié de se désister sur demande de la MP, a-t-on appris, et de deux autres candidats UDPS.
Au second tour, Alonga ne se rattrapera pas du retard accusé. Et la plainte en faveur de la représentation de l’ex-province de l’Equateur qu’il a lancée, n’a apparemment trouvé un écho favorable qu’au sein du Caucus des députés originaires de l’ex-Equateur. Pas suffisant pour terrasser Massamba, qui a triomphé avec 227 suffrages exprimés en sa faveur, contre 122 au respectable Alonga.
Sacré vainqueur par le 1er vice-président, qui a conduit la séance plénière élective après le départ du président Minaku dépêché à l’aéroport international pour accueillir au nom du président de la République Joseph Kabila le président kenyan en visite officielle en RD-Congo, Massamba a, dans son mot de circonstance, témoigné sa reconnaissance et gratitude à ses collègues ainsi qu’au bureau pour l’organisation de ce scrutin, avant de féliciter les concurrents pour le fair-play. «Je considère que les collègues qui m’ont légués leurs voix me donnent une véritable leçon de démocratie mais aussi d’amitié et d’amour. Je les en remercie. Je mesure à sa juste valeur l’immensité des tâches difficiles mais aussi importantes qui m’attendent», a-t-il dis. Puis: «je suis persuadé qu’ensemble nous réussirons à relever les défis extraordinaires de représenter au mieux les institutions républicaines. Je vous assure de mon engagement renouvelé pour les démarches toujours constructives marquées par la collaboration la plus franche au sein de notre bureau pour mériter la confiance dont vous venez de nous offrir».
Le triomphe de Massamba s’est dessiné dès le premier tour à l’issue duquel le désormais 2ème vice-président de la chambre basse du parlement a distancé ses concurrents sans toutefois s’assurer l’essentiel. Il a terminé premier avec 186 voix et suivi d’Alonga 70, talonné de près par Basile Olongo -64. Vient alors Samy Badibanga -41- et André Paluku -22. Papy Niango a fermé la marche avec 11 voix. Sur les 400 électeurs de ce tour de départ, 6 ont donné leur langue au chat au travers des bulletins nuls.
Laurent OMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer