Dossier à la UneDossier spécial électionsPolitique

Dossier CENI: Mboso impuissant face au véto des Catholiques !

«À quoi joue le speaker de l’Assemblée nationale?», se demandent les leaders des confessions religieuses autres que les cathos et les protestants, déçus d’être traités comme des Églises de seconde zone…

L’Assemblée nationale avait accordé un délai supplémentaire de 72 heures aux Confessions religieuses courant de samedi 14 au mardi 17 août 2021. Mais les responsables catholiques ont pu obtenir une autre prolongation de 48 heures, après avoir laissé le premier délai s’écouler. Ils ont eu ce privilège à la suite d’une demande formulée par Mgr Marcel Utembi, le président de la CENCO.

C’est à croire que le pays est soumis au calendrier et au bon vouloir de la CENCO, s’écrie-t-on désormais dans certains milieux de la Société civile alors que Mboso semblait avoir pris la décision d’accélérer les choses après avoir reçu les PV du Groupe de 6. «Christophe Mboso, qui est lui-même un fervent catholique, est en train d’accorder un droit de véto à la CENCO, à encourager cette dernière de bloquer le processus de désignation du président de la CENI pour organiser le glissement. C’est un signe d’impuissance», tempête un chef religieux.

Pour ce dernier, «il est difficile de comprendre que ce processus continue d’aller de report en report alors que les responsables catholiques et protestants ont montré leur manque de considération en rejetant et boycottant la Commission mixte paritaire qui est pourtant l’émanation de l’Assemblée nationale, comme l’a écrit Mboso lui-même dans sa lettre à CENCO et ECC».

Dans sa colère, ce chef religieux estime que la CENCO et l’ECC avaient auparavant violé la charte des Confessions religieuses en refusant d’aller au vote après le constat de manque de consensus. Et que, par son attitude, le Bureau de l’Assemblée nationale donne l’impression de vouloir légitimer un groupe de 2 Confessions, en rabaissant une plateforme de 6 Confessions. «De prétendre que les 2 sont les religions les plus populaires est une injustice et une humiliation aux millions des Congolais qui prient dans les 6 autres Confessions religieuses», dit-il avant de questionner: «Sommes-nous moins importants devant Dieu que les catholiques et les protestants?».

Pour leur part, certaines organisations de la Société civiles disent ne pas comprendre «la timidité des 6 autres Confessions religieuses devant tant d’humiliations vis-à-vis d’eux-mêmes, et, ensuite, du candidat qu’ils ont choisi». D’ailleurs, il nous revient de certaines sources que la CENCO et l’ECC profitent de ces prolongations pour approcher au moins 2 des 6 chefs religieux pour qu’ils changent leur choix en se rangeant du côté des catholiques et des protestants. 

Rafiki HAMULI

Correspondance particulière

Articles similaires

Fermer
Fermer