Dossier à la UnePolitique

Dialogue: 2 ultimes requêtes de Tshisekedi

Le leader de l’UDPS et président du Comité des sages du Rassemblement réitère son refus de voir Kodjo maintenu à la facilitation mais demande désormais que le groupe de soutien se mue en groupe de facilitation puis en comité préparatoire du dialogue
Contre vents et marrées, Etienne Tshisekedi campe sur sa position. Jeudi 4 août 2016 dans l’après-midi, le président de l’UDPS et président du comité des sages du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement s’est entretenu avec le groupe de soutien à la facilitation à la 10ème Rue Limete. L’homme a adressé deux nouvelles requêtes à la Communauté internationale. A en croire Bruno Tshibala, porte-parole de l’UDPS, l’échange entre les deux parties a tourné autour du dialogue politique et de la facilitation.
«Pour le groupe de soutien, il est impérieux que le dialogue puisse commencer le plus rapidement possible», a confié Tshibala à AfricaNews soulignant que ce groupe a parlé de malentendu survenu entre le Rassemblement et le facilitateur Edem Kodjo. Puis: «Ce qu’ils appellent malentendu, c’est notre récusation du facilitateur. Nous avons exprimé notre volonté de voir ce groupe de soutien se transformer en groupe de facilitation et aussi en comité préparatoire du dialogue». A ces nouvelles demandes, le Rassemblement a réitéré ses exigences de voir le pouvoir en place libérer tous les prisonniers politiques et d’opinion ainsi que mettre fin au dédoublement des partis politiques observé ces derniers temps.
Tshibala est clair dans ses propos: «S’agissant de notre récusation, le groupe a laissé entendre que le remplacement de Kodjo pourra pendre beaucoup de temps alors que le dialogue doit se tenir le plus vite possible en vue d’organiser l’élection présidentielle. Cependant, le groupe a promis d’aller en discuter avec l’Union africaine».
Aux dires de Tshibala, concernant la mutation du groupe de soutien en groupe de facilitation puis en comité préparatoire souhaitée par la Rassemblement, les représentants de l’UE, OIF, l’ONU et SADC ont pris bonne note et promis d’aller en débattre. Une nouvelle rencontre est prévue avec Tshisekedi en vue de se mettre d’accord sur ces questions rester pendantes.
Déjà le mercredi, les ambassadeurs de l’Union africaine avaient rencontré le facilitateur Kodjo en qui ils ont réitéré leur soutien. Le jeudi dans l’avant-midi, le groupe de soutien au dialogue a rencontré le facilitateur togolais avant de se rendre chez Tshiskedi dans l’après-midi. Aujourd’hui vendredi, ce groupe va rencontrer la Majorité présidentielle -MP.
Au sortir de chez Kodjo, Koen Vervaeke, envoyé de l’Union européenne -UE- pour la région des Grands Lacs, a appelé jeudi le gouvernement RD-congolais à libérer des détenus politiques pour faciliter un dialogue avec l’opposition en vue de la tenue de l’élection présidentielle. «Nous encourageons le gouvernement à aller plus loin dans la libération des détenus politiques et prisonniers, parce que c’est un élément important des mesures d’apaisement qui peuvent contribuer à créer des conditions propices pour ce dialogue», s’est-il confié à la presse. Et de renchérir : «Notre présence physique témoigne de l’urgence de pouvoir lancer ce dialogue».
Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer