Dossier à la Une

Comment Kabila négocie un 3ème mandat

Le Président Joseph Kabila et le couple Obama à la Maison blanche
Le Président Joseph Kabila et le couple Obama à la Maison blanche
A Kinshasa, la capitale de la RD-Congo, les rencontres de Kingakati autour de Joseph Kabila ne passent pas inaperçues et à l’issue de la dernière en date, convoquée lundi 25 août après le doute jeté par le MSR de Pierre Lumbi, on a perçu la détermination du Régime à rempiler
Fini le suspense. Réunie autour de son chef Joseph Kabila Kabange lundi 25 août dans la ferme de Kingakati, dans la banlieue Est de Kinshasa, la Majorité présidentielle -MP- a donné sa position officielle sur la révision constitutionnelle. Des sources ont confié à AfricaNews que les sociétaires ont reçu de l’Autorité morale des orientations claires, sans équivoque, sur l’organisation d’un référendum populaire. Du coup, l’horizon s’éclaircit: la MP négocie un 3ème mandat pour Kabila.
A Kinshasa, la capitale de la RD-Congo, les rencontres de Kingakati autour du Président Joseph Kabila ne passent pas inaperçues et à l’issue de la dernière en date, convoquée lundi 25 août après le doute jeté par le MSR de Pierre Lumbi, on a perçu la détermination. La Majorité ne fait plus secret de son projet de réviser la Constitution. Officiellement, l’objectif est d’organiser un référendum populaire.
Appelant sa légion à la cohérence et à la discipline, Kabila, qui a personnellement conduit les débats, a donné des orientations claires: l’organisation du référendum est sans équivoque. Selon certaines indiscrétions, Kabila a laissé entendre que pour lui, il n’y a jamais eu des doutes à son niveau, les choses ayant été clarifiées à l’issue de la réunion de mars dernier à Kingakati. La répétition a été sans ambigüité: c’est le combat, il faut des combattants… C’est comme à la guerre, où on n’aligne pas les peureux. Un signal en direction du MSR sérieusement indexé et malmené. Moment terrible pour le parti du conseiller spécial Pierre Lumbi tenté de se rebeller contre son géniteur.
Le doute n’étant plus permis, la machine est mise en branle pour assurer un 3ème mandat pour Kabila. La question agite depuis quelques mois le gotha politique RD-congolais, voire une partie de la scène internationale. Mais le Régime est inébranlable. C’est une question de souveraineté. C’est encore une question de droit. C’est aussi histoire de s’adapter au nouveau contexte, la Constitution de 2006 ayant été concoctée au sortir d’une situation de conflit. Jugée sensible, la question de la révision a été abondamment évoquée en marge du sommet USA-Afrique début août à Washington, aux Etats-Unis, où les émissaires de la MP ont expliqué la légalité et la légitimité de leur démarche.
Succès à la clé. Des sources rapportent que l’Administration Obama a fait une courbe rentrante. Sa réticence s’est réduite à une double suggestion: la prise en compte des aspirations populaires et la gestion d’une bonne frange de l’Opposition. Soudain, l’équation est devenue jouable pour le Régime, son option de départ ayant été le référendum, un processus qui tend justement à laisser le peuple s’exprimer sur son avenir.
Selon certains analystes, les considérations d’ordre logistique plaident également en faveur de cette dynamique. Selon Colette Braeckman, «aujourd’hui déjà, les observateurs voient mal comment la RDC peut être prête, financièrement et techniquement, à organiser les élections présidentielles dans les délais prévus en 2016, compte tenu du fait que ce scrutin devrait être précédé d’autres élections, au niveau local et provincial, afin de conforter, enfin, les bases de la pyramide démocratique. Un recensement général est aussi prévu, exercice important certes, mais coûteux et qui pourrait bien engloutir les fonds mis à la disposition de la Commission électorale nationale indépendante -CENI».
A en croire d’autres sources, la mise en place, sous peu, d’un gouvernement de cohésion nationale ouvert à quelques personnalités de l’Opposition reste l’une des étapes du dispositif arrêté lundi à Kingakati.
AKM

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer