Dossier à la UnePolitique

Candidats présidents potentiels : la guerre des livres fait rage

L’opération séduction auprès des élites est ouverte. Joseph Kabila, Vital Kamerhe, Matata Ponyo, Noel Tshani… Un après l’autre, les prétendants à la magistrature suprême font part de leurs visions et projets de développement de la RD-Congo dans un livre
L’influence des intellectuels et des élites est importante dans le landernau politique, à la veille du crucial rendez-vous électoral. Peu à peu l’opération marketing et séduction auprès de cette catégorie des compatriotes est lancée. Les potentiels candidats à la prochaine élection présidentielle leur font part de leurs projets et visions respectifs pour le développement de la RD-Congo. La guerre des livres fait rage. Il n’y a qu’à voir la frénésie de ces derniers jours pour s’en convaincre.
 
Après la publication haute en couleur du Plan stratégique de développement de la RD-Congo, œuvre du Président de la République Joseph Kabila, jamais écarté de la course à la prochaine présidentielle par de sérieux analystes, la réponse de Vital Kamerhe, sérieux prétendant au fauteuil, ne s’est pas fait attendre. L’actuel locataire du Palais de la Nation  affiche l’ambition de doter désormais le pays d’une boussole destinée à guider les prochains programmes gouvernementaux avec l’émergence comme objectif final. Après l’expérience accumulée pendant 15 ans passés aux commandes du pays qu’il dirige depuis 2001, Kabila semble désormais avoir ses propres idées sur le destin de la RD-Congo et sa trajectoire économico-financière.
A l’opposé, Vital Kamerhe, l’auteur de «Pourquoi j’ai choisi Kabila», a changé de camp depuis et y croit après une première tentative malheureuse en 2011. S’il est toujours de s’élancer dans la compétition après avoir soutenu un ancien candidat, Kamerhe, peut-être pour l’honneur, tient à mener son nouveau combat jusqu’au bout. Dans «Les fondements de la politique transatlantique de la République Démocratique du Congo», préfacé par le Français Michel Rocard et publié aux Editions Larcier, Kamerhe présente sa vision-programme pour un Congo nouveau, moteur du développement africain. Dans un Tweet posté le 14 mars, le président de l’UNC invitait le public à lire cet ouvrage pour rehausser le débat.
Premier ministre en poste, Matata Ponyo s’est signalé, pour sa part, à travers «Pour un Congo émergent», un livre-entretien dans lequel il tient à partager son expérience aux générations actuelles et futures, où il raconte son parcours et sa détermination mais aussi sa recette et sa conception du développement. Confession d’un homme au cœur du pouvoir depuis plus de 6 ans, cette publication constitue aussi le bilan provisoire si pas définitif de son action à la tête du gouvernement.
Très présent dans les médias et les réseaux sociaux à travers ses tribunes dont le nombre est désormais porté à 11, l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito n’entretient cependant pas le mystère de regrouper les différents thèmes exploités et avenirs dans un ouvrage. Sa dernière tribune est une réaction au projet de son successeur à la Primature, à qui il fait remarquer qu’élever un pays sous-pauvre comme la RD-Congo avec un PIB/hab de 500 dollars à fin décembre 2015, est utopiste si on ne bataille pas avant tout pour la sortir de cette zone pour celle de la normalité.
Dans cette bataille des idées pour l’émergence se mêle une autre personnalité, un autre économiste, lui aussi candidat à la présidentielle, Noël Tshiani. Haut fonctionnaire international à la Banque mondiale, Tshiani annonce la publication le 8 avril à Paris de son livre intitulé «La Force du changement: Bâtir au pays plus beau qu’avant». Ce livre de 480 pages est accompagné d’un deuxième support de 120 pages qui en constitue la synthèse. Son titre: «Aux grands maux, les grands remèdes: Un Plan Marshall pour la République Démocratique du Congo». Tshiani prétend y présenter une nouvelle vision de développement du pays. Il affirme que ces ouvrages constituent un appel au rassemblement populaire pour le sursaut national et le développement durable.
Sans nul doute, l’opération séduction auprès des élites est ouverte. Joseph Kabila, Vital Kamerhe, Matata Ponyo, Noël Tshiani… Un après l’autre, les prétendants à la magistrature suprême révèlent leurs visions et projets de développement de la RD-Congo dans un ouvrage. Alors que les livres font tendance dans les états-majors des potentiels candidats, il s’en trouve des analystes pour faire remarquer que l’appui des intellectuels n’est pas déterminant pour gagner une élection dans un pays où le taux d’analphabétisme est important mais ne pas les avoir avec soi peut faire perdre tout candidat sérieux. Clair que la bataille des idées fait rage avant même l’entrée en campagne. La liste pourrait s’allonger, les autres prétendants n’ayant pas encore dit, chacun, son dernier mot.
AKM
 
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer