Dossier à la UneNationSports

CAF-C2 : Mazembe dans le dernier carré sans soutien du gouvernement

Malgré cette fierté nationale et ces résultats positifs, ça va faire 6 matchs internationaux que Mazembe joue sans aucune assistance ni paiement du gouvernement central. Les supporters s’interrogent si ce prestigieux club joue pour la République démocratique du Congo ou un autre pays…

Le Tout Puissant Mazembe de Lubumbashi a assuré sa présence dans le dernier carré de la Coupe de la CAF. Le club du chairman Moïse Katumbi s’est qualifié dimanche grâce à leur épatante victoire, 2-0, sur les Égyptiens de Pyramids FC à l’occasion des quarts de finale retour. Au match aller le score était de 0-0. Le club de Kamalondo a ouvert le score à la 33ème minute de jeu grâce à l’Ivoirien Christian Koffi Kouame, bien servi par Kabaso Chongo. Onze minutes plus tard, Jephté Kitambala a réussi à plier le match après avoir bonifié une passe de Philippe Kinzumbi. Au match aller, Mazembe avait contraint Pyramids à un nul vierge.

Cette qualification est «le résultat d’une organisation hyper-professionnelle bâtie par le président Moïse Katumbi», a salué dans un tweet son conseiller magistrat et trésorier du club, Salomon Kalonda, alors que dans les gradins du Stade Kamalondo le public lushois n’a pas arrêté, le long du match, de murmurer en  condamnant l’attitude frisant la négligence et le sabotage de la part des responsables gouvernementaux à Kinshasa, savourant ce succès sur fond d’une grosse déception.

Le motif a été dévoilé dans un tweet du journaliste Stanis Bujakera: «Malgré la ‘’fierté nationale’’ et les résultats positifs, ça va faire 6 matchs internationaux que Mazembe joue sans aucune assistance ni paiement du gouvernement central. Les supporters s’interrogent si ce prestigieux club joue pour la République démocratique du Congo ou un autre pays…».

Par ce temps où le gouvernement s’emploie à éteindre le feu qui couve entre Kasaïens et Katangais, d’aucuns à Lubumbashi se demandent si Mazembe est victime de son appartenance au Grand Katanga. 

Natine K.

Articles similaires

Fermer
Fermer