Dossier à la UnePolitique

Bussa et CDER, son parti, chassés de la Dynamique de l'Opposition

L’intéressé dément, affirmant que si pareille décision devait exister, elle serait un tract, une œuvre des bandits et un complot contre sa personne et sa formation politique à la veille des négociations politiques
La Dynamique de l’Opposition est frappée par un vaste scandale d’usurpation des pouvoirs qui coûte à certains cadres leur appartenance à cette plateforme politique. La première personnalité dont cette plateforme politique a décidé de se séparer se trouve être le président du CEDR, le député national Jean-Lucien Bussa Tongba.
Une exclusion décidée à l’issue d’une réunion tenue dimanche 17 juillet à Kinshasa, sanctionnée par une déclaration politique signée par une trentaine de membres de la Dynamique de l’Opposition et remise à la presse par les services de cette plateforme. A l’origine: la réunion que Bussa a eu la semaine dernière avec le Facilitateur du Dialogue, Edem Kodjo.
Les signataires de la déclaration accusent Bussa de violation du contrat de confiance signé le 16 janvier 2016. «Depuis jours, M. Jean Lucien Buassa, s’est illustré par la manipulation et les actes d’indiscipline caractérisés qui violent les principes et les valeurs inscrits dans le contrat de confiance» et «ses agissements ont bénéficié du soutien de son total de son parti politique CDER, membre de la Dynamique», relèvent les signataires rappelant que ces agissements «ont été dénoncés et condamnés par écrit le 15 juillet 2016 par les partis et personnalités politiques de sa propre plateforme, siégeant à la COMSTRAT -NDLR: comité des stratégies-, qui lui ont retiré leur confiance».
Les signataires portent à la connaissance du public qu’il est interdit à Bussa et au CDER d’agir au nom et pour le compte de la Dynamique et de participer à ses travaux.
Joint au téléphone dimanche soir, Bussa a nié être au courant de son exclusion. «Je ne sais pas de quoi vous parler. Si vous avez une décision me concernant, c’est un vrai tract, une œuvre des bandits et un complot ourdi contre ma personne et le CDER par une bande inconnue de la Dynamique de l’Opposition. Notre plateforme est composée des partis et des plateformes politiques.
Elle décide après les réunions de son comité des stratégies, le COMSTRAT. Mais si tel est le cas, c’est un pamphlet contre ma personne et ma formation politique à la veille des négociations politiques», a réagi Bussa. Au téléphone du président de CDER, AfricaNews a pu également parler avec une personne que Bussa a présentée comme le modérateur de la Dynamique de l’Opposition, qui s’est montrée peu bavarde.
Tino MABADA
_20160718_012321 _20160718_012422

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer