Politique

UDRC reconnait l’opportunité du dialogue

«La crise politique ne doit être traitée que par le dialogue afin d’éviter l’effusion inutile du sang du peuple à la solde des manœuvres politiciennes. Sur ce, nous reconnaissons l’opportunité du dialogue et en sommes partie prenante», a dit le secrétaire général adjoint en charge de l’implantation et de la mobilisation, Raphaël Amuri Kahama
Le secrétaire général adjoint en charge de l’implantation et de la mobilisation de l’Union des démocrates pour la renaissance du Congo -UDRC-, Raphaël Amuri Kahama, a reconnu l’importance du dialogue comme seule alternative de sortie de crise en RD-Congo. «Il n’y a que deux enjeux qui nous préoccupent à un haut point: l’issue positive du dialogue et la tenue des élections», a-t-il déclaré.
A travers une matinée politique le 26 janvier dernier à Kinshasa, l’Union des démocrates pour la renaissance du Congo -UDRC- a parlé le même langage avec tous les partis politiques prenant part aux travaux du Centre interdiocésain. Dans son adresse à la base de son parti, le secrétaire général adjoint en charge de l’implantation et de la mobilisation de l’UDRC, Raphael Amuri Kahama, a éclairé les militants sur le choix du parti à prendre part aux travaux du Centre interdiocésain. «La crise politique ne doit être traitée que par le dialogue afin d’éviter l’effusion inutile du sang du peuple à la solde des manœuvres politiciennes. Sur ce, nous reconnaissons l’opportunité du dialogue et en sommes partie prenante», a-t-il dit.
Il a par ailleurs invité les militants à se préparer aux prochaines élections et de ne pas se laisser distraire par ceux qui ont toujours un seul objectif de semer le chaos. Et c’était aussi une opportunité d’évaluer la santé du parti qui est actuellement présent à l’intérieur du pays notamment dans les Kasaï Central et Oriental, Lomami, Kwango, Kongo Central et le Sud-Kivu. Quant à la tournure que ce dialogue tend à prendre, la jeunesse de ce parti n’est pas restée aphone face à ce qu’elle considère comme un des derniers virages de cette page historique. «Le fait que la CENCO met une pression sur les délégués n’est pas une mauvaise chose. Les évêques doivent mettre en exergue leur côté spirituel qui leur permet de réunir tous les acteurs pour préserver la paix malgré les caprices des uns et des autre», a indiqué Abigael Wanzambi, vice-président de la Ligue des jeunes de l’UDRC. Pour son collègue Alain Lohata, «les acteurs doivent voir au-delà de leur couleur politique, car le pays a énormément besoin d’une bouffée d’air. Nous, jeunesse, avons besoin des réformes majeures créatrices d’emplois, élément indispensable à l’épanouissement de la jeunesse au développement du pays».
Raphaël Amuri a exhorté les militants de l’UDRC à ne pas se laisser distraire par ceux qui n’hésitent pas d’user de mensonge et de la démagogie pour discréditer le parti et son président Bruno Mavungu.
Brice NLANDU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer