Dossier à la UnePolitique

Babala vs Lumbi, la guerre continue

Lancées sur les ondes d’une radio kinoise de grande audience, les chaudes empoignades entre le Secrétaire général adjoint du Mouvement de Libération du Congo et le leader du Mouvement Social pour le Renouveau se transposent et s’intensifient sur les réseaux sociaux où leurs lieutenants se cognent sans pitié
Entre les tumultes dans les rangs du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, voici que Fidèle Babala Wandu, secrétaire général adjoint du MLC, député national réélu de la Tshangu, principal lieutenant de Jean-Pierre Bemba et gardien du temple bembiste, a encore fait entendre une voix discordante au sein de l’Opposition. Il a refusé de reconnaitre à Pierre Lumbi le droit de siéger automatiquement à la présidence du Conseil national de suivi de l’accord -CNSA- après avoir été désigné président du Conseil des sages d’une aile du Rassemblement.
Sur les ondes de Top Congo FM le 7 mars 2017, Babala a fondé son refus sur le fait que l’ancien conseiller spécial de Joseph Kabila a, selon lui, fait partie de toutes les stratégies du pouvoir ayant conduit aux répressions des manifestations et des assassinats des opposants.
Des énormités non fondées et des menaces à peine voilées

Hurlements indignés de l’avocat Innocent Kibundulu, conseil de Pierre Lumbi, monté au créneau sur les antennes de la même radio. «Nous avons suivi avec beaucoup d’étonnement Fidèle Babala qui affirme en même temps qu’il n’a pas d’intérêt mais qui se permet quand même de débiter certaines choses et de mettre sur le compte de notre client Pierre Lumbi beaucoup d’énormités qui sont toutes non fondées», a riposté Me Kibundulu.
L’avocat a affirmé que depuis 1990 où il s’est lancé dans la vie publique, rien n’a jamais été reproché à Lumbi dans sa gestion de la chose publique ou ses relations avec ses partenaires politiques, insistant sur son rôle dans l’érection de la Société civile en tant qu’institution en République Démocratique du Congo, demandant au Bembiste de se rappeler son passé à COHYDRO, allant jusqu’à envisager la possibilité d’ester en justice contre Babala.
On a cru cette passe d’armes finie. Erreur. La levée des boucliers continue, elle fait rage… surtout sur Twitter, relayée désormais sous forme d’un choc frontal entre les cadres du Mouvement de libération du Congo -MLC- auquel appartient Babala et ceux du Mouvement social pour le renouveau -MSR- de Lumbi. Et, via cette escalade verbale, ça cogne sans pitié avec des messages d’une rare violence.
Jeudi 9 mars 2017 sur Twitter, Jean-Jacques Mbungani, représentant du MLC au Benelux, a rouvert les hostilités en ces termes: «Pierre Lumbi devrait éviter tout affrontement avec le MLC. En aucune façon, le MLC acceptera sans réagir de la part d’un dissident à Joseph Kabila». Et de poursuivre: «Quelle arrogance de la part de ces dissidents à Kabila et ben, l’avenir est inquiétant avec eux».
Odeur des billets verts du dollar américain ou peur de l’échec/trahison
Réaction virulente de Jean-Claude Kibala, député MSR du Sud-Kivu, sur le même réseau. «On n’accepte pas de leçons de démocratie de la part d’un parti des rebelles reconvertis, qui ont moins d’élus et sont moins représentés que le MSR», a asséné l’ancien ministre de la Fonction publique.
Puis, consécutivement à un commentaire de l’ex-PALU Daniel Mukoko Samba: «Je ne sais pas si c’est l’odeur des dollars ou plutôt la peur de l’échec/trahison qui met en ébullition tous ces politiciens».
Le compte Twitter officiel du MSR est également au front. Il y est expliqué à l’adresse du MLC que Pierre Lumbi fut arrêté et emprisonné à Kinshasa par Mzee Laurent-Désiré Kabila, et Tshisekedi renvoyé en relégation, que pour avoir abandonné le pouvoir pour défendre la Constitution de la République, nul autre parti politique que le MSR et son chef Pierre Lumbi ne peuvent mieux veiller au respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre.
En réponse, Jean-Jacques Mbungani est revenu à la charge avec une ferme volonté d’en découdre davantage: «A ce rythme, le MLC ne va pas rester sans réagir». Les prochaines heures promettent d’être riches en volées de bois vert d’autant plus que certains alliés du MSR sont entrés dans la danse.
C’est le cas notamment du député de Lodja Christophe Lutundula Apala de l’Alliance des démocrates pour le progrès -ADP- parti membre du G7, qui, remonté par les propos incendiaires de Babala, a tenu à tempérer les ardeurs de ce dernier sur les antennes de Top Congo FM, en lui conseillant l’usage d’un langage responsable et non conflictuel au regard de sa situation actuelle, parlant à la fois les cas Babala et Bemba à la Cour pénale internationale -CPI- qu’il ne serait nullement élégant d’évoquer.
AKM

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer