Dossier à la UnePolitique

2 lettres scandales sabotent Kabila

Le secrétaire général de l’UDPS et sa collègue du MLC ont écrit à Jean-Pierre Kalamba et Maguy Kinkela pour obtenir leurs démissions respectives de la CENI et du CSAC, sans mettre en ampliation le Président de la République, garant constitutionnel du fonctionnement régulier des Institutions. Au-delà de l’irrévérence, apparaissent des indices de la conflictualité pendant la période préélectorale
En application de l’Accord du 31 décembre 2016, le Secrétaire général de l’UDPS, Jean-Marc Kabund a Kabund, a sommé, dans un courrier daté du 9 janvier 2017, Jean-Pierre Kalamba de démissionner du fauteuil de Rapporteur de la Commission nationale électorale nationale indépendante -CENI- qui, à son avis, revient de droit au parti d’Etienne Tshisekedi.
Evoquant le même compromis politique, Eve Bazaiba, son alter ego du MLC, a invité, dans une lettre du 13 janvier 2017, Maguy Kinkela à quitter le poste qu’elle occupe au Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication -CSAC.
Les deux correspondances ont une caractéristique commune sur le plan de la forme: les partis politiques via leurs animateurs se sont adressés directement aux délégués dans les Institutions sans avoir l’élégance d’en informer le Président de la République, qui a investi par ordonnance les autorités publiques visées. Deux lettres scandales. Rien d’autre.
Eve Bazaiba a choisi de ne copier que le président de l’Assemblée nationale, l’honorable sénateur Jean-Pierre Bemba, Monseigneur président de la Conférence nationale épiscopale du Congo -CENCO- et le président du CSAC. Elle ne s’est pas sentie obligée de tenir informé le Président de la République, visiblement saboté.
Indices de la conflictualité pendant la période préélectorale
Jean-Marc Kabund, lui, a fait pire, accordant dans ses copies la préséance au président du Comité des sages du Rassemblement, ainsi gratifié de la formule de politesse «avec l’expression de mes hommages les plus déférents» et carrément placé au-dessus du speaker de la chambre basse du Parlement et du président de la CENI.
Excès de zèle, erreur volontaire ou méconnaissance de l’architecture institutionnelle, l’attitude de Kabund et Bazaiba constitue une faute lourde et traduit le mépris à l’égard du Président de la République.
«Au-delà du mépris, c’est la chienlit, ce sont des indices de la conflictualité qu’on veut imposer comme mode de gestion pendant la période préélectorale et c’est hasardeux», a déclaré Me Alfred Esaki, cadre du PPRD, convaincu que «le dénominateur commun de toutes les négociations et des Accords qui en découlent c’est le respect de la Constitution».
Me Esaki a tenu à rappeler au secrétaire général de l’UDPS et sa collègue du MLC que «feu abbé Malumalu et son vice-président André Mpungwe ont rendu leurs démissions respectives au Président de la République et non pas à la Société civile et à la Majorité présidentielle, leurs composantes d’origine», que «le CSAC comme la CENI ne sont pas les faits de Jean-Pierre Kalamba ou de Maguy Kinkela mais des institutions qui existent et fonctionnent du fait de la Constitution».
Le non droit consacré, la CENCO interpelée
Voici que la Loi suprême de la République Démocratique du Congo établit le Président de la République comme seul garant du bon fonctionnement des pouvoirs publics et des institutions.
«Le Président de la République est le Chef de l’Etat. Il représente la nation et il est le symbole de l’unité nationale. Il veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des institutions ainsi que la continuité de l’Etat…», stipule l’article 69 de la Constitution.
«Se passer du Président de la République dans les correspondances destinées à des personnalités investies par lui et au fonctionnement des Institutions tend à consacrer le non droit, le Régime spécial», a encore tapé Me Esaki, non sans interpeler les évêques catholiques, médiateurs du dialogue direct du Centre Interdiocésain entre les forces politiques à l’origine de l’Accord brandi par les auteurs des deux courriers décriés.
KISUNGU KAS

????????????????
????????????????
IMG-20170114-WA0001

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer