EducationHi-TechSociété

L’ARPTC installe des espaces Wi-Fi scolaires dans 5 provinces

L’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo -ARPTC- est résolument impliqué dans la gratuité de l’enseignement, programme phare du quinquennat du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi. Tout juste quelques semaines après le lancement du projet Système d’interconnection des entités éducatives -SINTED-, ce service spécialisé rattaché à la présidence s’est de nouveau illustré en installant 500 sites Wi-Fi dans les écoles, à travers 5 provinces. Ceci dans le souci de permettre aux apprenants d’accéder plus facilement aux contenus éducatifs proposés par des plateformes numériques œuvrant en RD-Congo.

Les ministères des Postes, télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication -PTNTIC-, de l’Enseignement supérieur et universitaire -ESU- et de l’Enseignement primaire secondaire et technique -EPST- ont développé un projet avec la plateforme éducative numérique Schoolap en vue d’interconnecter toutes les entités éducatives en RD-Congo, afin de contribuer progressivement l’accès à l’Internet aux écoles et universités, pour réduire la fracture numérique dans ces milieux éducatifs. Ce projet qui s’appelle SINTED.  Il s’agit d’un projet qui va commencer avec la connexion internet sur 500 sites déjà équipés, disséminés à ce jour dans cinq provinces pilotes, ayant pour ambition de s’étendre partout, offre de belles perspectives pour rehausser la qualité de l’enseignement en RD-Congo.

Entrant dans le cadre du projet SINTED, exécuté avec le concours des ministères de l’ESU, de l’EPST et des PTNTIC avec l’appui de Schoolap, cette démarche vise à réduire la fracture numérique dans le milieu éducatif. Au total, ce sont 326 établissements scolaires de Kinshasa, Kwilu, Lualaba, Nord-Kivu et Haut-Katanga qui ont été connectés à Internet. La province du Kwilu, avec 186 sites, dame le pion aux autres. Suit en deuxième position Kinshasa, avec 113 écoles servies depuis l’an dernier. Le Nord-Kivu en possède 13, le Lualaba 12 et le Haut-Katanga 2 écoles.

Pour cette première phase, plus d’un million d’élèves sont concernés. Cette connexion Internet est rendu possible grâce au bénéfice du Registre d’appareils mobiles -RAM.

Il est indéniable que, à la différence de l’enseignement traditionnel, Internet ouvre l’accès à un plus large éventail de données pour l’enseignement et l’apprentissage. La large gamme de données et la qualité du matériel ainsi disponible va compléter valablement les programmes. Ils seront enrichis à souhait: les enseignants se servent du matériel en ligne pour préparer les leçons, et les étudiants de leur côté élargissent leur gamme d’apprentissage.

Les méthodes d’enseignement interactives, propulsées par Internet, permettront aux enseignants de mieux suivre individuellement les élèves. Dans cette même lancée, l’ARPTC entend également fournir l’accès à Internet aux administrateurs de l’éducation. A terme, l’objectif est d’améliorer la qualité de l’enseignement tout en réduisant au minimum le coût.

Christian BUTSILA

Articles similaires

Fermer
Fermer