EducationHi-TechMédiasSociété

RDC: «Amour Afrique Congo», première plateforme numérique consacrée à la Santé sexuelle et de la reproduction des jeunes

L’ASBL Habari RDC a présenté, vendredi 25 septembre 2020 en la faveur d’une conférence de presse organisée à Kin Plazza, Amour Afrique Congo -AAC-, une plateforme numérique de santé sexuelle et de la reproduction. Lancé le 14 février 2019, AAC se distingue de par sa stratégie de «plaisir positif». Il se donne pour objectif d’encourager les jeunes à parler ouvertement de leurs désirs et besoins liés à la sexualité et à leur offrir un espace d’information et d’échanges sur les questions en rapport avec l’amour, la sexualité, les relations et la santé reproductive. «Nous sommes aujourd’hui fiers de présenter cette plateforme arrivée à maturité», s’est exclamé Guy Muyembe, coordonnateur d’Habari RDC. Pour lui, il ne suffit pas de créer un contenu, il faut surtout que celui-ci soit de qualité.

Justifiant le bien-fondé d’Amour Afrique Congo, Don Momat, coordonnateur d’AAC s’est interrogé: «lorsqu’un jeune garçon constate ses pollutions nocturnes ou qu’une jeune fille a ses premières règles, ils recourent à qui pour avoir des informations?». A l’en croire, Internet est une mine où chacun peut tirer des fortunes diverses mais il se faisait ressentir un manque criant d’informations liées à l’éducation sexuelle dans son appréhension RD-congolaise. Don Momat s’est félicité d’avoir su, en une année et demi, combler ce vide et d’être devenu le pionnier de l’éducation sexuelle en ligne en RD-Congo. Il tient pour preuve de réussite d’AAC, les chiffres éloquents enregistrés jusqu’ici. En moins de deux ans, AAC est arrivé à fédérer près de 200.000 fans sur sa page Facebook et s’attaque actuellement aux autres réseaux sociaux -Twitter, Instagram et Youtube. Son site web enregistre plus de 370.000 sessions pour l’année 2020. Des statistiques ahurissantes qui classent AAC parmi les «plateformes à croissance rapide».

Dans un pays où la sexualité demeure un sujet tabou, AAC propose un contenu éducatif, agencé de manière à ne pas «inciter à commettre des délits». Pour se rapprocher de son public cible, dont l’âge varie majoritairement entre 18 et 35 ans, AAC use des diverses techniques dont la modération de ses communautés. Enfin, ACC, en plus d’être une plateforme numérique, organise des activités offlines en vue de communier en présentiel avec ses communautés.

Désormais mature, AAC est implanté dans plusieurs villes de la RD-Congo. Le succès récolté par AAC a traversé les frontières nationales et son contenu a plusieurs fois été repris dans des médias internationaux.

Egalement présent à la conférence de presse, Claude Kianza, assistant politique du chargé d’affaires des Pays-Bas en RD-Congo, a été émerveillé des prouesses réalisées par ce nouveau média, fruit de la coopération Pays-Bas – RD-Congo.

Dandjes LUYILA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer