Ecofin

Kin-kiey tient à la relance de la poste

Le ministre des PT-NTIC serrant la main au secrétaire d'Etat belge en charge de l'informatisation des services publics
Le ministre des PT-NTIC serrant la main au secrétaire d’Etat belge en charge de l’informatisation des services publics
Le ministre RD-congolais des Postes et télécommunications affirme toute sa détermination à relever le secteur postal national, en panne depuis plusieurs années. Quelques actions de grande envergure sont déjà inscrites à son agenda et n’attendent que leur matérialisation
Le vendredi 21 février 2014, au salon Virunga de l’hôtel Memling, le ministre des Postes, télécommunications et Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Tryphon Kin-kiey Mulumba, a procédé à la clôture des travaux de la première réunion extraordinaire des Commissions techniques et administratives de l’Union panafricaine des Postes -UPAP. A la tribune, devant les délégués de tous les pays d’Afrique et d’ailleurs, le ministre des PT-NTIC, représentant personnel du Premier ministre Augustin Matata, a réaffirmé la volonté du gouvernement de redynamiser le secteur postal national. A l’en croire, dans un pays aussi vaste comme la RD-Congo, la poste est censée jouer un rôle très primordial pour le développement social et économique durable. 
Quatre jours durant, une centaine des délégués venus de tous les pays d’Afrique et ceux venus de la RD-Congo ont cogité sur plusieurs maux qui rongent la poste en Afrique de manière générale. Répartis en 5 sous-commissions, les représentants des opérateurs postaux de référence, les régulateurs et autres spécialistes du secteur ont passé au scanner l’état de la poste en Afrique et ont trouvé des solutions présentées sous forme de recommandations qui seront soumises à chaque Etat pour leur application. Au cours de ces travaux, tous les participants sont parvenus à une seule conclusion: rien ne remplacera la poste.
Beaucoup sont ceux qui avaient cru qu’avec l’avènement de l’internet, la poste n’allait plus existé. Faux! «Même si vous avez acheté votre article sur internet, il vous faudra toujours recourir à la poste pour la livraison», commente le ministre des PT-NTIC. Il est clair qu’aujourd’hui, toutes les avancées technologiques considérées jadis comme rivales à la poste sont plutôt complémentaires… «L’internet ne devrait donc pas faire peur aux postiers», ajoute Younouss Djibrine, SG de l’UPAP, au sortir d’une audience au cabinet du ministre des PT-NTIC, peu avant la cérémonie officielle de clôture.
En fait, pour la deuxième fois depuis l’ouverture des travaux, Tryphon Kin-kiey avait tenu à rencontrer le SG de l’UPAP ainsi que tous les chefs de délégations pour des échanges beaucoup plus approfondis. Au cours de l’entretien, l’état de la Société congolaise des postes et télécommunications -SCPT- n’a pas été oublié.
Tout en reconnaissant des efforts déjà consentis, Younouss Djibrine, SG de l’UPAP, a demandé au ministre de se faire porte-parole de la SCPT auprès du gouvernement RD-congolais pour le relèvement du secteur postal national.
Participants et comite de gestion de l’UPAP se sont unanimement accordés sur la réussite de ces assises. Dans leur mot de remerciement, ils n’ont pas manqué de mentionner la qualité de l’organisation impeccable de travaux de Kinshasa.
«Si prochainement il m’est demandé de faire mon choix sur un pays qui devra accueillir le Sommet de l’UPAP, je choisirais sans hésiter la RD-Congo», a affirmé dans son mot de clôture, le SG de l’UPAP, avant de charger le ministre de transmettre toutes les félicitations des participants à tout le gouvernement et au Président de la République. Flatté, KKM n’a pas eu d’autre mot que dire merci à tous les participants pour la qualité des travaux et, au comité organisateur, pour la qualité de l’organisation.
Ce fut une expérience réussie. Tout le monde en est fier. Tous les postiers africains en visite à Kinshasa sont répartis avec une bonne impression de la première réunion extraordinaire des Commissions techniques et administratives de l’UPAP.
HMK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer