Ecofin

Le son de cloche de Rawbank

 
> «RawBank est l’une des rares banques congolaises qui collaborent avec
> l’Internal Revenue Services/IRS, l’autorité fiscale américaine
> dépendant du Trésor américaine, dans le cadre de la réglementation
> FATCA», se flatte le secrétaire général adjoint Olivier Katuala, fier
> de brandir la preuve de cette franche collaboration: l’attribution à
> RawBank par le Trésor américain d’un identifiant FATCA, le A5XSJ3, et
> d’un Numéro Global d’identification d’intermédiaire, le
> A5XSJ3.99999.SL.180
>
> Vous posez-vous des questions au sujet du son de cloche de RawBank sur
> l’affaire d’importation présumée illicite des devises à l’insu de la
> Banque centrale du Congo? AfricaNews a eu le même souci et s’est
> adressé à la direction de RawBank dans le souci d’avoir l’information
> à la source et concourir à la manifestation de la vérité. Une occasion
> pour la banque de réagir à la manchette de notre dernière livraison
> série II n°1313 du vendredi 2 au dimanche 4 décembre 2016, intitulée
> «RawBank sous surveillance de Washington» et de faire une mise au
> point sur les allégations d’importation illicite de devises étrangères
> mises à sa charge.
> Il est 13h20’ quand j’arrive au siège de RawBank sis sur Boulevard du
> 30 juin dans la commune de la Gombe, dans le centre d’affaires de
> Kinshasa. Monsieur Olivier Katuala -avec qui j’ai pris rendez-vous
> pour une interview un jour auparavant- me reçoit dans son bureau. Il
> est question de parler du contenu du titre évoqué plus haut et de
> recueillir les mises au point de RawBank à ce sujet. Olivier Katuala
> est l’adjoint du Secrétaire général de RawBank. Il est notamment
> chargé de la Gouvernance et des Relations publiques. Répondant aux
> questions d’AfricaNews, il démontre que les bruits d’importation
> illicite de billets de banque mis à charge de cette institution
> financière ne sont pas corrects. Il fait part de la clarté dans
> laquelle opère RawBank, «l’une des rares banques congolaises qui
> collaborent avec l’Internal Revenue Services/IRS, l’autorité fiscale
> américaine dépendant du Trésor américaine, dans le cadre de la
> réglementation FATCA». Comme preuve de cette franche collaboration,
> Katuala brandit une preuve irréfutable: l’attribution à RawBank par le
> Trésor américain d’un identifiant FATCA, le A5XSJ3, et d’un Numéro
> Global d’identification d’intermédiaire, le A5XSJ3.99999.SL.180. C’est
> bien sûr là un signe de transparence de la part de RawBank qui demande
> au public de ne pas donner le moindre crédit aux allégations de sa
> mise sous surveillance par les Etats-Unis et dément avoir importé 2
> milliards de dollars en 2016. On sait désormais ce qu’il en est.
> Interview.
>
> Que répondez-vous à ceux qui disent que RawBank serait dans le
> collimateur du Congrès américain?
>
> RawBank n’est pas et n’a jamais été dans le collimateur du Congrès des
> USA, ni sous surveillance du Trésor américain. Au contraire, RawBank
> est l’une des rares banques RD-congolaises qui collaborent avec
> l’Internal Revenue Service/IRS  – l’autorité fiscale américaine
> dépendant du Trésor américain- dans le cadre de la réglementation
> FATCA. En témoigne, l’attribution à RAWBANK par le Trésor américain
> d’un Identifiant FATCA -A5XSJ3- et d’un Numéro global d’identification
> d’intermédiaire -A5XSJ3.99999.SL.180. Ceci étant clarifié,
> permettez-moi de signaler à l’intention des lecteurs d’«AfricaNews»
> que, contrairement à ce qui semblait transparaitre dans votre dernière
> Une,  RawBank n’a jamais été citée dans les rapports de la commission
> économique et financière du Congrès américain sur des supposées
> opérations d’importation illicite de billets de banque. Une telle
> allégation sans fondement publiée dans la presse est tout simplement
> une imputation dommageable, car cela porte atteinte à notre image de
> marque. Toutefois, nous nous réservons le droit de recourir à toutes
> voies de droit contre les auteurs de ces allégations mensongères en
> vue d’obtenir réparation du préjudice subi.
>
> Est-ce que RawBank importe des billets de banque étrangers? Si oui,
> quelle en est la destination?
>
> Oui, RawBank, à l’instar de toutes les banques de la place, importe
> des devises étrangères, principalement les dollars américains. Pour
> votre gouverne, en RD-Congo, l’importation physique de billets de
> banque libellée en monnaies étrangères est autorisée. Elle ne vise
> uniquement que l’approvisionnement de l’encaisse locale. Ne perdons
> pas de vue que plus de 90% des dépôts du secteur bancaire RD-congolais
> est constitué en devises étrangères.
>
> S’agissant de l’importation des billets de banque, il semble que rien
> que pour l’année en cours -2016-, RawBank en aurait importé pour USD 2
> milliards environ.
> Que répondez-vous à cette affirmation?
>
> Je réfute ces allégations. Je pense que les sources d’«AfricaNews»
> sont mal renseignées car ce montant, grossièrement exorbitant, est
> largement supérieur au montant total des billets de banque importés
> cette année par notre banque. Pour vous en convaincre, il vous suffit
> de vous rapprocher de la BCC pour vérifier ces informations.
>
> Quid alors de l’affirmation selon laquelle ces opérations
> d’importation de billets de banque seraient illicites?
>
> Je m’inscris en faux contre cette allégation, car importer
> illicitement des devises étrangères est tout simplement inimaginable
> en RD-Congo au regard, d’une part, de la réglementation en la matière
> en vigueur et, d’autre part, du contrôle effectué par les différents
> services et organismes étatiques qui interviennent en amont comme en
> aval à l’occasion de chaque opération d’importation physique de
> billets de banque libellée en monnaies étrangères. Je m’explique. En
> RD-Congo, l’importation physique de billets de banque libellée en
> monnaies étrangères est soumise au régime de l’autorisation préalable
> de la Banque centrale du Congo. Par ailleurs, une fois que les billets
> importés arrivent sur le sol RD-congolais, les services de l’Etat tels
> que l’ANR, la DGM et la DGDA procèdent aux vérifications requises pour
> s’assurer de la régularité et de la conformité de l’opération
> d’importation.
>
> Et la banque ING? Serait-ce également des simples allégations à son sujet?
>
> Là encore il s’agit d’allégations sans fondement. La banque ING, qui
> est l’un des principaux correspondants bancaires de RawBank à
> l’étranger, n’offre pas de service d’import-export de billets de
> banque. Pour vous en convaincre, je vous recommande vivement de
> consulter le site internet de la banque ING et de vérifier cela. Pour
> votre gouverne, l’import-export de billets de banque est dorénavant le
> métier des organismes tels que TRAVELEX BANKNOTES LTD basé à Londres
> et CPOR DEVISES basé à Paris, pour ne citer que ceux-là.
>
> Que dites-vous en guise de conclusion?
>
> J’invite les lecteurs d’«AfricaNews» à n’accorder aucun crédit aux
> allégations sans fondement des personnes qui ne souhaitent que nuire à
> l’image de marque de RawBank. Qu’à cela ne tienne, je tiens à rassurer
> l’opinion publique que RawBank va continuer à renforcer son leadership
> sur le marché bancaire RD-congolais, étendre son réseau
> progressivement sur l’ensemble du pays et pérenniser ses résultats,
> gages de solidité, de sérieux et de fiabilité au profit des clients.
>
> Monsieur Olivier Katuala, merci.
>
> C’est moi qui vous remercie.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer