Ecofin

Blue Sky Airlines: vol inaugural interdit a N’djili

Stravos Papaioannou, boss de Blue Sky Airlines
Stravos Papaioannou, boss de Blue Sky Airlines
Blue Sky Airlines, nouvelle compagnie aérienne dans le ciel RD-congolais, subit déjà son premier accroc. Son vol inaugural, prévu dimanche 22 mars 2015 à destination de Lubumbashi, a été interdit par la Régie des voies aériennes -RVA. Selon les passagers à bord, tout est prêt pour que l’appareil amorce son décollage. Le go pass, les taxes  de la ville et autres formalités ont été remplis quand, soudain, la RVA s’est mise à verbaliser les responsables de Blue Sky Airlines non sans leur demander d’exhiber différents papiers.
«Les responsables de Blue Sky Airlines ont présenté tous les documents que la RVA leur demandait. Il s’agissait du certificat de navigabilité de l’aéronef délivré par l’Autorité de l’aviation civile -AAC-, des papiers attestant l’origine de l’avion et autres documents. Après vérification, la RVA a carrément ordonné l’arrêt de l’embarquement au motif que Stavros Papaianou, propriétaire de Blue Sky Airlines aux commandes du vol,  devait de l’argent à l’Etat RD-congolais à l’époque où il dirigeait Hewa Bora», a expliqué un témoin.
Gros déboires pour Stavros Papaianou, ex-actionnaire dans Hewa Bora. Après le crash de son appareil à Kisangani, Hewa Bora a changé de nom pour devenir Flycongo et l’actuel patron de Blue Sky Airlines s’est dessaisi de ses actions au profit d’un autre actionnaire, devenu le principal ou l’unique patron de Flycongo. Après les enquêtes, ce malheureux crash a été imputé aux mauvaises conditions climatiques. Le boss de Flycongo a pris à sa charge le passif et l’actif de HEWA BORA.
«Comme passif nous pouvons citer l’indemnisation des victimes du crash qui a concerné près de 80 personnes dont 65 ont déjà été indemnisées à ce jour à raison de 85.700 USD par victime tandis que  cinq  autres dossiers  déclarés éligibles à l’indemnisation par l’assureur sont en passe d’être liquidés», rappelle-t-on avant de préciser: «dans tous les cas, le résidu du passif de Hewa Bora endossé par Flycongo est assumé par un liquidateur de Flycongo opérant à partir de Lubumbashi». Raison pour laquelle les fins observateurs estiment que Stavros Papaianou n’a rien à avoir avec l’ex-Hewa Bora. Ils pensent qu’interdire son aéronef de décoller et Blue Sky de démarrer ses activités au motif qu’il doit de l’argent à l’Eta RD-congolais est totalement incompréhensible. Visiblement, c’est à Stavros qu’on en veut.
BBS
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer