SCPT: Le DG Patrick Umba cible d’une rébellion interne

0

ARTISAN DE LA RENAISSANCE DE LA POSTE EN RD-CONGO

Directeur général de la Société congolaise de poste et télécommunications -SCPT-,Patrick Umba est la cible d’une action judiciaire initiée par un groupe d’agents de cette entreprise publique. Une action qui, selon des sources de la SCPT, pue une cabale montée de toute pièce pour saper les efforts consentis par le DG Umba et son comité en vue de redresser ce ¨Portefeuille de l’Etat, longtemps resté ombre de lui-même.

Dominique Bamoleke, récemment licencié de la SCPT pour malversations financières, est identifié comme leader de la rébellion menée contre le comité Umba, accusé de détournement. «Bamoleke et sa troupe ont lancé une action en justicecontre le Comité Umbaau Parquet Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete», a-t-on appris des sources à la SCPT. Selon leur entendement, le choix du Parquet Matete n’est pas sans raison quand on sait que certains gros poissons de la vie nationale y ont laissé leur peau dans le cadre des enquêtes judiciaires sur les travaux de 100 jours du Président de la République. «Le dossier est un montagepour traîner le comité Umba dans la boue. Ils citent la fibre optique alors que dans cette affaireles procédures légales et les formalités d’usageont été respectées», ontexpliqué nos sources.

Patrick Umba: bosser pour laisser des empreintes à la SCPT

De leur avis, l’objectif de la démarche initiée par Bamoleke et compagnons est de faire tomber le comité Umba en ce moment où les négociations sont en cours entre les responsables de la coalition CACH-FCC en vue de la mise en place des dirigeants dans les entreprises publiques.

«Ils ont juré de ternir l’image de l’équipe Umba et d’obtenir leur départ de la SCPT contre la volonté de nombreux agents et cadres qui ont vu leur traitement s’améliorer au fil du temps depuis l’avènement de Patrick Umba», ont-elles confié à AfricaNews, affirmant que sans la vision managériale de Patrick Umba la Poste en RD-Congo ne saurait renaitre de ses cendres.

Membre du Comité de gestion de l’ex-OCPT depuis 2015, Patrick Umba, fort de son expérience et expertise acquisesen prestant chez les multinationales, a, sans tarder, entrepris de bosser pour y laisser ses empreinteset redorer les blasons ternis de cette entreprise publique.

SCPT: la renaissance

Première étape: un diagnostic profond de l’entreprise dont le siège social a été transformé en lieu de refuge pour les insectes, brigands et sans-abris.A l’échelle internationale, l’ex-OCPT a été blacklistée, parce qu’incapable d’assurer la transaction des courriers d’un point A vers un point B. Pire, les états financiers de la société étaient devenus quasi-inexistants, les agents et cadres accusant jusqu’à240 mois d’arriéréde salaire.Voici ce qui est ressorti de ce diagnostic, a-t-on appris. Et de conclure: «Ce fut une descente aux enfers sans précédent!».

La seconde étape a été celle des actions concrètes avec impact réel pour faire renaitre la SCPT. La stratégie trouvée par Umba et son équipe a été d’associer les quatre entreprises de télécommunication opérant en RD-Congo.Des discussions ont été engagées avec ces entreprises et la SCPT a rassuré de mettre à leur disposition la fibre optique pour une connexion Internet à haut débit.

Quelques temps après, toutes ces sociétés ont été branchées à la fibre optique. La première phase a concerné l’axe Kinshasa-Matadi. «L’axe Kinshasa-Brazzaville, réalisé sur fonds propre, est aujourd’hui opérationnel. A l’heure actuelle, les efforts sont fournis pour intégrer les autres provinces du pays», ont-fait savoir nos sources. Sur le terrain, la réalité semble corroborer leurs propos, tant, à ce jour, les Télécoms offrent à leurs abonnésdes services Internetà haut débit avec un tarif adapté pour différentes bourses. Ce, grâce à la fibre optique.

SCPTdans le giron des pourvoyeurs

En plus, le comité Umba a réussi à relooker le bâtiment abritant le siège social de la SCPTet à rattraper près de 230 mois d’arriéré de salaire. Patrick Umba, il convient également d’inscrire à son actif la remise aux standards internationaux de l’ex-OCPT, rendant notamment la livraison des courriers souple et rapide. A ce jour, un courrier parti de Kinshasa ne met plus que 7 jours pour atteindre les Etats-Unis, 2 jours pour arriver à l’intérieur de la RD-Congo et 3 jours pour atterrir à Bruxelles.

Sans vouloir citer cette autre belle réalisation, Patrick Umba a arraché un contrat avec Huawei pour l’acquisition des équipements flambants neufs à même de générer jusqu’à plus de 4.000 gigas.A l’heure actuelle, la SCPT est sur le pointd’entamer la phase d’exploitation de ceséquipementsfabriqués et installés en RD-Congo par le géant chinois Huawei. Il s’en suivra l’étape de l’acquisition définitive de ces équipements grâce à un paiement progressif et étalé dans le temps, conformément aux termes du contrat conclu entre SCPT et Huawei à la suite de l’approbation du Ministère du Portefeuille, tutelle administrative et financière. 

Voici comment Patrick Umba, à la tête du comité de gestion de la Poste, a réussi à faire du canard boiteux d’hier un pourvoyeur des recettes pour le gouvernement aujourd’hui. Cela tombe à pic étant donnéque l’Exécutif est à la recherche des moyens financiers en ce moment où la crise économique guette le pays à cause du Coronavirus.

Voici que le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi peut compter sur la SCPT pour l’accomplissement des actions promises aux RD-Congolais en ce2020. «Qui de mieux pour continuer à faire de la SCPT un pourvoyeur des recettes que Patrick Umba?», s’interrogent ces sources, tout en faisant remarquer une grosse difficulté à laquelle fait face le comité de gestion depuis bien de temps.

La SCPT compte près de 3.000 agents dont plus de 1.100 actifs et 1.800 retraités. «Cet effectif pèse lourd dans l’enveloppe salariale», ont-ellesdit, rappelant que cette situation est consécutive à la politique de recrutement héritée du Zaïre. Dans le temps, l’ex-OCPT a servi de déversoir aux chômeurs, animateurs de la Mopap, membres du groupe Kake et autres branches du MPR, le parti-Etat.

Pourtant, des études menées par certains experts ont rapporté que cette société peut correctement fonctionner avec un effectif variant entre 300 et 500 agents. «L’effectif étant pléthorique,l’essentiel des recettes réalisées est destiné à la paie des agents», ont constaté ces experts non sans prévenir que cela va causer de temps en temps de grogne sociale comme il en a été le cas l’année dernière.

Nos sources ont également fait part de l’espoir nourri par le comité de gestion de voir le gouvernementRD-congolaiss’acquitter de ses dettes envers la SCPT.

LOI