ActualitésSociété

INPP : Patrick Kayembe signe le PV du Projet avec la JICA

La coopération est au beau fixe entre l’Institut national de préparation professionnelle -INPP- et l’Agence japonaise de coopération internationale -JICA-. En témoigne la signature, lundi 18 octobre 2021, entre le directeur général ai de l’INPP, Patrick Kayembe Nsumpi, et le Représentant résident de la JICA en poste en RD-Congo, Shibata Kazunao, du procès-verbal du Projet de renforcement des capacités de cet établissement public RD-congolais spécialisé dans la formation professionnelle, Phase 2.

Cette cérémonie haute en couleur s’est déroulée sur la 11ème rue dans la commune de Limete, en présence du président du Conseil d’administration de l’INPP, Léonard Mota Ngaliema, du représentant de la ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance sociale et des agents et cadres de l’Institut national de préparation professionnelle.

Le Représentant Résident de la JICA à Kinshasa a fait savoir que ce nouveau projet de coopération technique sera exécuté sur une période de 4 ans à partir de mars 2022 à l’horizon 2026. Le projet mettra l’accent sur l’institutionnalisation du cycle de gestion de la formation -CGF- et de la formation des formateurs pour permettre à l’INPP de pouvoir mener la formation de qualité de manière autonome, efficace et innovante sur l’ensemble du territoire national.

«Ce projet s’étendra de la direction générale de l’INPP aux neuf directions provinciales tenant compte de six zones industrielles désignées dans le Plan directeur d’industrialisation dont les directions provinciales de Kinshasa, Kongo central -Matadi et Boma-, Sud-Kivu -Bukavu-, Nord-Kivu -Goma-, Haut-Katanga -Lubumbashi-, Equateur -Mbandaka-, Kasaï Oriental -Mbuji Mayi- et Ituri -Bunia-», a souligné le Représentant Résident de la JICA.

Pour sa part, le DG ai de l’INPP, Patrick Kayembe, ce projet qui fait suite à la 1ère phase porte principalement sur deux objectifs à savoir: l’institutionnalisation du cycle de gestion de la formation ainsi que celle de la formation des formateurs. Il a rappelé que la phase I du projet solide qui prendra fin en février 2022 poursuivait 6 résultats dont le premier est l’amélioration de l’environnement de la formation et le deuxième est le cycle de gestion de la formation élaboré et diffusé dans toutes les Entités.

A ce jour, le DG ai Patrick Kayembe a indiqué que la philosophie KAIZEN a été introduite à l’INPP en 2015 ainsi que la compréhension des 5 S. «Deux sites ciblés à savoir: la direction provinciale de Kinshasa et celle du Haut-Katanga. A ce jour, 8 maîtres-formateurs ont été formés par l’expert Japonais. Un manuel KAIZEN agents et cadre INPP élaboré et diffusé», a-t-il ajouté. Et de renchérir: «le troisième résultat reste la formation des en mécanique automobile assurée et les ateliers équipés. Ainsi, 10 maîtres-formateurs ont été formés par l’Expert Japonais et les équipements ont été fournis. Un manuel de formation standardisée en moteur essence élaboré et diffusé dans toutes les entités. Le quatrième résultat reste les formations spécialisées en soudure, hydraulique et pneumatique, automates programmables industriels assurés. A ce jour, 24 maîtres-formateurs soit 8 par spécialité ont été formés par les experts Japonais, Sénégalais et Marocains et les équipements ont été fournis dans chaque spécialité. Le 5ème résultat, c’est le système d’aide au placement et à l’entrepreneuriat qui a été amélioré. Ici, le guide du bureau des conseillers en formation et insertion professionnelle a été élaboré et diffusé aussi dans toutes les entités. 8 maîtres-formateurs en entrepreneuriat ont été formés par un expert Congolais».

Pour ce qui est du 6ème résultat poursuivi par la 1ère phase de ce Projet solide, Patrick Kayembe  a parlé du mécanisme facilitant l’accès des anciens stagiaires à la microfinance qui est établi», a expliqué le DG ai de l’INPP.

Ainsi, Patrick Kayembe a signalé qu’à ce jour, 10 entrepreneurs ont bénéficié de l’appui financier du Projet solide qui continue ses consultations avec Finca. «Ces différents acquis de la 1ère phase sont capitalisés par leur internationalisation dans la pratique de l’INPP grâce au transfert des compétences opéré par la JICA en faveur des maîtres-formateurs INPP», s’est réjoui Patrick Kayembe. Et de conclure:  « Ceci pour affirmer haut et fort qu’à l’INPP des avancées significatives sont visibles et qu’avec cette seconde phase du Projet, l’INPP répondra aux besoins réels des entreprises par des formations de qualité en lien avec le Plan de développement industriel de la RDC».

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page