EcofinPolitique

Bamanisa appelle à la création d’un fonds de développement pour l’habitat

«Comme la production du ciment couvre désormais la demande de la partie Ouest de la RD-Congo, et que la stabilité des prix sera au rendez-vous, il est tout à fait indiqué que chaque citoyen RD-congolais puisse accéder à un habitat décent», a déclaré Jean Bamanisa Saidi au cours du déjeuner-débat organisé samedi 4 mars 2017 au Kempinski Fleuve Congo Hôtel. Cette rencontre axée sur la création d’un fonds de développement pour l’habitat, a réuni de nombreux opérateurs économiques, les argentiers du pays ainsi que les autorités politiques. Elle se situe dans la foulée des recommandations formulées au cours de la 1ère édition de l’Expo-Béton organisé en août dernier par l’ancien gouverneur de l’ex province orientale.
Le financement et l’accessibilité des populations à un habitat décent ne sont pas une innovation dans le monde, encore moins en RD-Congo. L’ancien gouverneur de l’ex Province orientale et homme d’affaires de renom, Jean Bamanisa Saidi, l’a si bien compris qu’il a tenu à associer l’intelligentsia Rd-congolaise à une profonde réflexion sur le sujet.
Des projets sociaux au bénéfice de la classe moyenne
Dans sa communication, l’organisateur de ce déjeuner-débat est parti de l’existant pour démontrer qu’en RD-Congo, plusieurs réalisations datant de l’époque coloniale, notamment l’implantation de nouvelles cités autour des industries minières extractives dans les provinces de l’intérieur du pays, demeurent encore palpables. Dans la capitale, les communes de Bandalungwa, Matete, Lemba, Kalamu, etc. abritent des maisons construites grâce au financement du pouvoir public et leur occupation par les fonctionnaires, les agents et cadres des entreprises de plusieurs secteurs d’activités moyennant octroi de crédits-habitats. Plus près de nous, des projets sociaux au bénéfice de la classe moyenne ont été concrétisés avec la construction des habitats d’un bon standing à la Cité Salongo -Lemba-, la Cité verte -Selembao-, la Cité Mama Mobutu -Mont-Ngafula-, la Cité Oasis -Bandalungwa-, au Motel FIKIN -Limete-, au Pool Malebo -Kinkole-, à la Cité du Fleuve -Limete-, etc.
Besoins spécifiques de l’habitat dans la capitale
Analysant froidement les faiblesses et les points forts du secteur du logement, les opérateurs économiques, le Gouverneur de la Banque Centrale du Congo -BCC-, les membres de l’Association congolaise des banques -ACB-, le Directeur des opérations de la Banque mondiale -BM-, les membres des gouvernements central et provincial, les opérateurs du secteur du bâtiment ont soulevé plusieurs questions. Des échanges de haute facture ont permis de poser un diagnostic sévère, de fixer les objectifs et besoins en logements sociaux dans les villes de toutes les provinces de la RD-Congo. Des pistes de solution ont été dégagées visant à offrir des logements décents au peuple RD-congolais. Dans son exposé, Robert Luzolanu Mavema, ministre provincial du Plan, Budget et Travaux publics, a indiqué que la ville de Kinshasa dispose d’un plan d’urbanisation.
Il a expliqué les besoins spécifiques dans ce domaine dans la capitale, la disponibilité de l’assiette foncière, l’application du Sosak Horizon 2030, qui présente des mécanismes de protection des espaces destinés à la mobilité au travers des infrastructures routières, des chemins de fer, des équipements publics pour la desserte en eau potable et électricité, des espaces verts, écoles, hôpitaux, marchés, etc. De son côté, Charles Médard Ilunga, expert en matière d’urbanisme, a abordé la problématique des infrastructures d’accès pour le désengorgement des agglomérations. Luc Gérard, opérateur économique résidant aux Etats-Unis d’Amérique, a insisté sur la nécessité de commencer petit à petit et d’évoluer graduellement.
Création des banques agricoles et d’habitat parmi les priorités
«L’Etat RD-congolais doit confirmer la viabilité des actions orientées vers l’accès à l’électricité et à l’immobilier qui faciliteront le développement des projets de construction. L’Etat doit soutenir les investissements dans le secteur immobilier. L’Etat peut obtenir auprès de ses partenaires de l’extérieur les crédits avec un taux de remboursement de 2 à 3% étalé sur une vingtaine d’années. Ce qui amortira le coup de l’intérêt bancaire», a expliqué Luc Gérard. S’agissant des outils des financements, Modeste Bahati Lukwebo, ministre d’Etat en charge de l’Economie, a confirmé et assuré que la création des banques figure parmi les priorités du gouvernement de manière à accorder les crédits nécessaires aux demandeurs aussi bien dans les secteurs de l’habitat, de l’agropastorale et autres. Une équipe d’experts est à pied d’œuvre en vue de peaufiner ce dossier. Déogratias Mutombo, gouverneur de la BCC, a reconnu l’importance de l’intervention du pouvoir public dans la matérialisation de ce projet. L’Etat doit mettre en place des terrains viables et d’autres incitations sur le plan fiscal. Il a recommandé la production d’une feuille de route ad hoc assorti d’un chronogramme subséquent.
Apport vital des banques, gouvernement, promoteurs immobiliers
La particularité de ce projet réside dans le fait qu’il intéresse les secteurs public et privé en même temps. Un projet qui se décline sous un angle social pour le plus grand bonheur de la population RD-congolaise. Pour Jean Bamanisa, l’essentiel est que toutes les couches de la population en soient bénéficiaires à condition qu’elles remplissent les conditions d’éligibilité, notamment l’emploi et des revenus sûrs. Pour donner vie à ce projet important, l’apport des banques, du gouvernement, des promoteurs immobiliers s’avère vital. C’est ainsi que l’initiateur de ces échanges a annoncé la création imminente d’une banque pour habitat en RD-Congo. De l’avis de plus d’un analyste, ces investissements devraient bénéficier d’un encadrement efficient du gouvernement à travers l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements -ANAPI- de manière à poursuivre de près le processus de formalisation dénué de toutes les vieilles pratiques de corruption tant décriées, pots de vin, exigence des parts sociales etc. La 2ème édition de l’Expo-Béton est prévue juin 2017.
Bijou KULOSO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer