Culture

Une statue en hommages à Kimpa Vita sera érigée à Bruxelles

Après l’exposition «Kimpa Vita et ses héritières», les Asbl Isee you -ISY-, Belgian entreprenoires et Afreekam ont organisé, dans la soirée du mardi 2 juillet 2024, au centre Wallonie-Bruxelles de Kinshasa, une conférence axée sur le thème: «Réinventer la place des femmes africaines: défis culturels et sociaux». De ce fait, ces trois associations ont pris l’engagement d’honorer la mémoire de Kimpa Vita, brûlée vive le 2 juillet 1706. Elles ont, pour ce faire, promis d’ériger une statue durable et accessible dans un lieu public de Charleroi rebaptisé en son nom.

En effet, cet événement s’est inscrit dans le cadre d’un projet international portant sur la visibilisation des femmes africaines dans la culture, l’histoire et l’espace public. Dans son entrée de jeu, Leslie-Yosra Lukamba, fondatrice de la structure I see you, a remercié tous les participants d’avoir répondu présents à ce grand rendez-vous historique et symbolique. Elle a, ensuite, présenté sa fondation comme un laboratoire créatif d’utopies futuristes pour soutenir et valoriser les femmes noires et afro-descendantes dans les espaces publics, culturels, dans les organes de pouvoir et dans les espaces où les femmes ne sont pas valorisées.

De plus, elle a fait savoir que leur projet vise à honorer la mémoire de Kimpa Vita en érigeant une statue durable et accessible dans un lieu public de Charleroi rebaptisé en son nom, offrant ainsi un modèle inspirant par les générations actuelles et futures. «Tout comme Kimpa Vita, nous pensons qu’un royaume qui n’est pas unifié court à sa perte», a-t-elle souligné lors de cette conférence, riche en échanges et perspectifs.

Son engagement en faveur de la liberté et de l’indépendance de son peuple, a-t-elle soutenu, en fait une figure historique d’une importance capitale. «Toute personne habilitée par une volonté de liberté peut voir en elle une icône à se réapproprier, au-delà de son genre et de ses origines, afin de se laisser emporter par le même désir de changer le monde», a-t-elle fait cerner.

Pour sa part, David Thonon, délégué général de Wallonie-Bruxelles en RD-Congo, a, dans son allocution, précisé que cet événement est l’une des initiatives porteuses de changement et de progrès. Il a expliqué que la mémoire de la Prophétesse Kimpa Vita constitue un hommage puissant et nécessaire à la visibilité et à la représentation des personnes africaines, en particulier les femmes africaines dans l’espace public.

«Parce que ça peut vous paraître bizarre mais on ne sait pas bien la RD-Congo en Belgique. On n’enseigne pas bien la RD-Congo en Belgique. Pourtant, on a l’histoire commune. Vous avez parlé, tout à l’heure, madame du mot colonial, mais c’est vrai. On a gros morceau ensemble qui doit nous pousser à faire de belles choses ensemble», a-t-il démontré avant de rappeler un extrait de son discours dont il avait prononcé le 27 septembre 2023, dans lequel il lance un appel d’unité et de solidarité. «Ensemble, on peut faire mieux; ensemble, on doit faire mieux», a-t-il exhorté.

Ainsi, le représentant diplomatique des gouvernements wallons en RD-Congo a affirmé que Kimpa Vita était une figure emblématique et visionnaire du 18ème siècle qui a courageusement défié les normes sociales et religieuses de son époque. Car, a-t-il approfondi, son engagement en faveur de la justice de la paix et de la dignité humaine continue d’inspirer et de résonner les générations futures.

«Dans un contexte où l’Est de la RD-Congo est secouée par le conflit violent, il est plus crucial que jamais de se rappeler et de célébrer des figures comme Kimpa Vita. Elle a incarné la résilience, la quête de justice et l’espoir de l’avenir meilleur et de valeurs dont nous avons tous besoin pour surmonter le défi actuel et œuvrer pour la paix et la stabilité», a-t-il lâché.

Poussant plus loin ces analyses, David Thonon a indiqué que cette initiative met en lumière le talent local et renforce les lieux culturels entre deux communautés. Au cours de cette conférence, les panelistes Ital Yambo, Noushika Lusett Teixeira, colonel Nenette Mukembe, Myra Dunoyer et Itela Mobila Kimpa Vita ont, toutes, souligné la nécessité de reconnaître et de réhabiliter l’histoire et les contributions des femmes africaines, ainsi que d’éduquer toutes les générations sur l’importance de l’égalité des genres et de la diversité. Elles ont également encouragé une participation active des communautés pour une transformation sociale durable, en utilisant l’art et la culture comme moyens d’exploration et de représentation de futurs envisagés.

Hénoc AKANO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page