Culture

Procès contre le Festival Toseka: l’humoriste RD-congolais Félix Kisabaka obtient gain de cause

Ouvert depuis le mois d’octobre 2016, le procès opposant l’humoriste RD-congolais Félix Kisabaka au Festival international du rire de Kinshasa «Toseka» a finalement été tranché en la faveur de l’artiste. Dans un entretien avec AfricaNews quelques jours après le verdict, Kisabaka, ce professionnel du stand-up, a reconnu l’impartialité de la justice RD-congolaise et le professionnalisme des avocats du cabinet Kapuya & Associés, dans cette affaire. L’artiste a également exprimé sa gratitude à l’endroit de tous ceux qui l’ont, de près ou de loin, accompagné dans sa lutte jusqu’à obtenir gain de cause.
Au micro du journal sis quartier Beau-vent, Félix Kisabaka a exprimé ses sentiments de joie pour avoir gagné ce procès. Il a également vanté la transparence, l’impartialité et l’existence de la justice dans le pays. «La justice a fini par triompher, je me suis plaint auprès de la justice pour une cause noble. Et voilà, comme il y a la justice de Dieu, puis celle de notre chère RD-Congo, les deux se sont associées pour me faire obtenir ce gain de cause, c’est ma plus grande joie. Je n’avais pas peur pour intenter ce procès, parce que je savais que c’était une cause juste. J’avais la détermination d’arriver jusqu’au bout, c’était ça le plus important. Nous avons appliqué une procédure appelée injonction à payer, régie par l’OHADA. Et, j’ai eu un bon conseil d’avocats. En toute franchise, je l’avoue que je suis tombé dans les très bonnes mains. Le cabinet Kapuya & Associés m’a donné des avocats compétents, expérimentés, des professionnels de la justice très doués en la matière. Sans ambages, ils sont jeunes, incorruptibles, infatigables, dynamiques, constants, sympas et d’une éloquence naturelle. Ils m’ont énormément aidé à arriver jusqu’au bout de cette affaire. Ils ont pris ma cause à cœur, ils en ont fait la leur», a-t-il expliqué. Il a poursuivi: «ils m’ont également aidé à entamer la procédure d’abord dans la légalité, respectant le temps et la position de la partie adverse. L’objectif était d’obtenir gain de cause, parce que j’avais travaillé, dépensé mon énergie et transpiré. Le public est témoin. Il fallait que je gagne de ce travail. Alors, lorsque je fais un travail et qu’après, on ne respecte pas mes droits ou mon contrat, c’est là que ça devient un problème. Donc, la justice a fait son travail».
La reconnaissance oblige
Lors de cet entretien, Kisabaka n’a pas manqué d’exprimer ses reconnaissances envers tous ceux qui l’ont soutenu pendant cette longue marche. «Je tiens infiniment, du fond de mon cœur, à remercier la justice RD-congolaise, Maître Jean-Luc Nzabi et tous les avocats du cabinet Kapuya & Associés pour le travail de titan qu’ils ont abattu. Je vous confirme que la justice existe dans mon pays, elle joue réellement son rôle. Mes remerciements vont également droit à la presse RD-congolaise, particulièrement AfricaNews, aux amis et d’autres héros dans l’ombre qui m’ont fortement soutenu et encouragé dans cette lutte», a-t-il fait savoir.
Par ailleurs, ce comique de talent a interpelé la conscience de ses pairs. «Chers amis artistes, toutes les disciplines confondues, sachez que Dieu vous a donné un don et talent qu’il faut remuer. Et, c’est là que réside votre richesse. Que personne, alors personne ne s’en joue. Reveuillez-vous, s’il y a quelqu’un qui veut blaguer avec votre métier, dénoncez-le, faites confiance à la justice RD-congolaise et à Dieu», a-t-il lancé. Et d’ajouter: «lorsqu’un producteur veut vous faire signer un contrat, premièrement, respectez-le, parce que c’est lui qui a les moyens. Puis, ne vous prostituez pas, méfiez-vous de l’applaudimètre. Car, un producteur peut aussi vous applaudir pour vous amadouer. Lorsqu’on est partenaire de l’autre, on ne se prostitue pas, on n’affiche pas sa position de faiblesse. Ça veut-dire, je sais que mon partenaire a beaucoup d’argent, mais je garde mon attitude et je sauve mon honneur. Enfin, donnez de la valeur dans ce que vous faites, mais pas dans l’orgueil, plutôt en toute humilité».
Il a ensuite demandé à l’Etat RD-congolais de soutenir la culture, d’aider les jeunes talents, de les promouvoir parce que, estime-t-il, ce sont eux qui deviennent plus tard les ambassadeurs même d’une nation.
Kisabaka avait intenté un procès au Tribunal des grandes instances de la Gombe contre le festival «Toseka» pour non-respect du contrat de la part du Festival au mois d’octobre 2016.
René KANZUKU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer