Culture

Poète Olivier Sangi: «La bonne musique est celle qui a les paroles sensées»

Le poète RD-congolais Olivier Sangi Lutondo a indiqué, jeudi 1er octobre 2020, que la bonne musique est celle construite à partir des paroles sensées, capables de convertir les cœurs des humains, lors d’un entretien avec le journal Africanews à l’occasion de la journée internationale de la musique célébrée chaque année en cette date, dans son bureau de travail à Lingwala.

Selon lui, les paroles pleines de sens viennent facilement et généralement d’une construction poétique, parce que ces deux arts sont liés à la mélodie, au rythme agréable à l’oreille et salutaire pour le cœur. «C’est ici que siège le rapport entre ces deux arts sœurs inséparables que sont la musique et la poésie. Car, déjà la poésie en elle-même est une parole mélodieuse qui donne l’espoir aux humains à vivre sur la terre malgré toutes les difficultés et souffrances», a-t-il fait savoir.

Et d’expliquer: «elle contient le rythme, le mouvement et la vie, éléments procurant du plaisir et de la joie à la personne qui l’écoute». Le poète Sangi a aussi relevé que les bonnes paroles de la musique transforment le cœur de l’homme, c’est pourquoi il est dit que: «la musique adoucit les mœurs».

Pour ce poète, la plupart des bons musiciens sont ceux-là qui travaillent en collaboration avec des paroliers profonds. La poésie, a-t-il dit, est la parole sage qu’elle livre à la musique pour la rendre agréable, ces paroles qui éduquent et initient le peuple à la vie, la victoire de la vie sur la mort. Il a en outre signifié que la musique et la poésie accompagne la vie de l’homme dès avant la conception, durant le temps de la conception, à la naissance et la mort. 

Qui est Olivier Sangi?

Le poète et ambassadeur de la paix, Olivier Sangi Lutondo, est également le directeur de recherches et des publications du Centre d’études et de recherches sur les valeurs africaines -CERVA- et chef de division de recherche à l’Institut national du travail social -INTS. Il a réalisé plusieurs publications en rapport avec la musique et le musicien surtout dans la revue «Rétro histoire et mémoire Lutumba Simaro, musicien et poète» fondée par feu Mfumu Difua Disassa, qui était le président du Comité scientifique pour l’inscription de la Rumba comme patrimoine de l’UNESCO et expert du symposium scientifique du FESPAM.

Parmi ses publications, on note: un article publié chez L’Harmattan en 2007 intitulé: Ciyanda cokwe et Samba brésilienne: lecture comparative de la parenté in héritage de la musique africaine dans les Amériques et les Caraïbes; Critique d’Arts musique, avec Herman Bango Bayo, Mayengo Kulonda, Olivier Sangi.

Parousia MAKANZU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer