Culture

Lydie Okosa expose ses deux collections le 25 juin prochain

La jeune styliste-modéliste Lydie Okosa a fait forte impression le 4 juin dernier, lors de la présentation de sa nouvelle collection de vêtements dénommée LFG, entendez «Ligne et formes géométriques», sur la scène de la Halle de la Gombe à la faveur de la Semaine française. Ce talent de la couture, que certains dans le milieu de la mode donnent comme une révélation, a su lier l’influence occidentale à ses racines africaines pour un résultat des plus beaux: Costumes-homme classiques confectionnés avec des tissus européens aux couleurs chaudes habilement mariés à la fraicheur des pagnes africains. Ou encore, des magnifiques robes-tailleurs au ton agréablement froid descendant jusqu’aux genoux assortis aux bas pour les dames. En gros, Lydie Okosa a, cette fois-ci, opté pour des habits de saison; élégants et agréables à porter en ville ou dans des soirées, particulièrement dans ce climat généralement doux et changeant. Juste quelques jours après, Lydie Okosa, imaginative, annonce une expo de ses deux collections, ABC, présenté en décembre 2015, et LFG, pour le samedi 25 juin au restaurant Lapina de la Gombe. Sans doute, la patronne de LokStyle tient à faire connaitre sa marque et son savoir-faire. Mais pas que ça. Okosa fait également dans la promotion des jeunes talents. «En même temps, nous profiterons de cette occasion pour présenter des jeunes stylistes qui sont encore dans les coulisses», a-t-elle confié. Il est à noter que ces derniers sortiront, pour la plupart en tout cas, de l’Institut supérieur d’enseignement de techniques d’arts et métiers -ISETAM- de la 13ème Rue Limete, où Okosa est enseignante. Depuis un moment déjà, LokStyle recrute des jeunes stylistes qui sortent de l’université et leur offre l’occasion de participer à la réalisation de ses différentes collections. «Il est vrai que ces jeunes constituent une main d’œuvre pour LokStyle, mais en même temps ils bénéficient d’une formation gratuite. Nous leur assurons quand même un petit transport», a expliqué Okosa qui ne cache pas ses ambitions: «je compte disposer dans un avenir proche d’outils de production. Là, je vois une bonne quantité de machines à coudre et d’autres matériels. Ce qui permettra d’accueillir davantage les candidats».
Guylain LUZAMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer