Culture

«Les mots récurrents de la vie politique en RD-Congo -1997-2015» de Banza Mukalay dans les rayons

mot
Acteur et témoin privilégié de l’histoire politique tumultueuse de ces décennies, le ministre RD-congolais de la Culture et arts, Baudouin Banza Mukalay Nsungu, ne garde pas souvent sa plume en poche. Il n’hésite pas, si l’occasion se présente, de rédiger des œuvres littéraires comme il en a l’habitude. Des ouvrages qui pourront, sans nul doute, servir des générations futures. Le dernier cas en date est sa récente publication «Les mots récurrents de la vie politique en RD-Congo -1997-2015». A travers cet ouvrage de 68 pages, l’auteur sélectionne quelques mots qui reviennent régulièrement sur la scène politique RD-congolaise pendant cette période.
 
Un bon observateur, Banza Mukalay est très attentif de ce qui se passe non seulement dans la classe politique de son pays mais également dans l’espace public. Avec «Les mots récurrents de la vie politique en RD-Congo -1997 à 2015», le ministre de la Culture et arts revient sur l’évolution observée au niveau du vocabulaire politique, désormais envahi par des nouveaux mots rendant ainsi compte des nouvelles aspirations des nouveaux acteurs tant politiques -partis politiques du pouvoir comme de l’Opposition, que sociaux -Société civile, presse, syndicats…
Baudouin Banza Mukalay, étant lui-même acteur politique très engagé depuis des décennies dans la construction des sens de plusieurs mots, tente de restituer dans leurs contextes les matériaux inventoriés. Il apporte, tant soit peu, un éclairage nouveau sur le réseau des significations véhiculées par le vocabulaire politique.
Certains mots qui font la Une sur les enjeux, les tensions et les contradictions de la vie politique RD-congolaise sont présents dans ce livre. C’est le cas notamment des mots tels que «Alternance», «Alternance démocratique», «Autorité morale», «Arrestation arbitraire», «Bancarisation», «Bana Mura», «Calendrier global», «Carte biométrique», «Cadre de concertation», «Cohabitation politique», «Consommer congolais», «Contrat léonais», «Délestage», «Enquêtes indépendante», «Esprit de mort», «Esprit de vie», «Hold up électoral», «Kuluna en cravate», «Opération likofi», etc.
A cela s’ajoute aussi quelques médias entre autres «AfricaNews», «Forum de As», «Le Soft international», «B-One»… «Grognon». En collectant ces mots, Banza Mukalay essaie de rompre d’une certaine manière avec la tradition qui confine l’étude du vocabulaire et du discours politique dans les sphères des chercheurs spécialisés -sémiologues, linguistes et autres. Cette livraison vise l’intervalle historique 1997-2015: qui va de l’avènement du Président Laurent-Désiré Kabila -1997- à nos jours. La publication intervient après la même analyse faite toujours par le ministre Banza mais, cette-fois là, de la période relative à la transition politique donc de 1990 à 1997.
Préfaçant la première livraison «Les mots récurrents de la transition politique au Zaïre», le professeur Emille Sesep N’Sial notait justement que la période de transition s’éternisa alors qu’elle se voulait, en principe, celle de la traversée rapide vers la démocratie politique et sociale, impliquant plus de dignité, de libertés, de justice et de solidarité.
«La transition politique en République démocratique du Congo fut l’une de plus longues de toute l’Afrique: elle dura de 1990 à 2006, soit près de 16 ans! Une période de débats permanents, de confrontation verbale, physique et militaire», rappelle-t-il. Et de souligner: «ce contexte d’exacerbation politique eut pour effet direct la production et la profusion, dans l’espace public, des mots, des concepts, parfois singuliers, donc incompréhensibles si on ne maîtrise pas la complexité des enjeux du contexte politique RD-congolais». Comme dans la première livraison de la série de «mots récurrents», l’auteur reconnait n’avoir pas recensé tous les mots et expressions récurrents dans la vie politique RD-congolaise. Ce n’est qu’un échantillon qui est repris.
Par ailleurs, le ministre de la Culture et arts n’est pas à sa première publication. Il a signé plusieurs ouvrages ayant marqué les esprits les lecteurs. Notamment «Conviction et espérances pour la République démocratique du Congo», «Ma vérité sur le Maréchal Mobutu et sur la transition démocratique au Zaïre», etc. Banza Mukalay, diplômé en langue et littérature françaises de l’Université de Lubumbashi, poursuit surement ses recherches sur les «mots récurrents» dans la vie politique RD-congolaise.
 
Christian BUTSILA
Patrick NZAZI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer