Culture

Le FICKIN s'installe à l'échangeur de Limete!

Tshoper Kabambi, responsable du FECKIN
Tshoper Kabambi, responsable du FECKIN
Ayant pour l’un des objectifs, la facilitation des productions de films en RD-Congo, par ses citoyens et de tout étranger désirant tourner dans ce pays, le Festival international du cinéma de Kinshasa -FICKIN- ouvre ses portes à la Place de l’Echangeur de Limete ce 27 juin 2014. Pour l’heure tout est fin prêt. Aucun problème d’ordre technique et logistique ne peut survenir à l’instant. La confirmation a été donnée, mardi 24 juin 2014, par le comité organisateur au cours d’une conférence de presse tenue au lieu de l’événement. Initié par Bimpa Production en partenariat avec le Festival international du court métrage Clermont Ferrant, ce rendez-vous du 7ème art qui connaîtra la participation des réalisateurs RD-congolais et d’ailleurs, s’étendra jusqu’au 30 juin 2014.   
Plus de 32 films de différents genres -fiction, documentaire, animation- dont 14 déjà projetés  au Festival du court métrage Clermont Ferrant font partie de la sélection officielle de la première édition du Festival international du cinéma de Kinshasa qui se tient à Kinshasa du 27 au 30 juin 2014 à la Place Echangeur, dans la commune de Limete. Six RD-congolais seront donc à l’honneur et présenteront leurs réalisations au grand public durant ce rendez-vous cinématographique.
Il s’agit entre autres, de Georges Kabongo, Tshoper Kabambi, Clarisse Muvuba, Armel Pululu, Phil Kennan et Irène Vaweka. Dans la sélection des films, le comité organisateur s’est focalisé plus sur la qualité artistique ainsi que le professionnalisme, a indiqué Tshoper Kabambi, cinéaste, réalisateur, producteur et directeur de Bimpa Production. Pour la réussite de cet événement, une équipe de jeunes dynamiques et passionnés du 7ème art met la main dans la patte en associant aussi leurs énergies pour faire rayonner le cinéma en RD-Congo grâce au FICKIN. Plusieurs autres activités seront organisées autour du festival. Notamment les ateliers et les conférences.
La création de ce festival est donc le fruit d’un travail et d’une détermination de la nouvelle génération des cinéastes qui, après avoir remarqué l’absence depuis des années du cinéma RD-congolais sur la scène nationale et internationale pendant plusieurs années, se sont lancés avec ou sans moyen à la production des films, qui de plus en plus suscite la curiosité des cinéphiles.
Présent lors de cet échange avec la presse, Antoinne Yvernaud, chargé de la coopération audiovisuel et cinéma à l’ambassade de France en RD-Congo, un des grands partenaires de ce festival, a salué l’initiative prise par Bimpa Production en organisant le Festival international de cinéma de Kinshasa.
«L’idée nous a paru excellent lorsque Tshoper nous a présenté ce projet du festival qui va vers le public. Je pense que le film doit être en contact avec le public», a reconnu Yvernaud avant de souligner qu’il n’y a que l’Institut français de Kinshasa et le Centre Wallonie-Bruxelles qui accueillent les projections des films. Ce que certains amoureux du cinéma déplorent. L’on espère que le FICKIN contribuera au mouvement de l’émergence du cinéma en Afrique, et surtout il participera à la renaissance de la culture cinématographique en RD-Congo.
 
Patrick NZAZI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer