Culture

FIEP se tient ce samedi 23 janvier

A l’Académie des beaux-arts de Kinshasa, les artistes vivant avec handicap seront sous les feux des projecteurs, samedi 23 janvier 2018, à l’occasion de la première édition du Festival international des arts «Eza possible» -FIEP.
Des artistes de différentes disciplines sont au menu de cet événement qui va se dérouler en deux temps. Le premier temps, programmé de 9h à 17h, est consacré aux expositions alors que le second est centré sur un spectacle inédit de danse et de musique.
En marge de ce festival, organisé sous le haut patronage du ministère des Affaires sociales, il est prévu des stands de présentation des œuvres et ouvrages, une scène pour la prestation des différents artistes venus du monde entier, un écran grand format pour le passage en boucle des showreal, des bandes d’annonces, etc.
Selon Jaydeep Pandya et Papy Misenga, organisateurs du festival, la 1ère édition du FIEP constitue le passage de flambeau entre «Eza possible» comme simple spectacle et «Eza possible» comme festival international des arts. Ainsi, «Eza possible n’a plus seulement le chant et la danse mais beaucoup d’autres formes d’expressions artistiques», ont-ils souligné lors d’une conférence de presse tenue jeudi 21 juin 2018 au Congo trade center à Gombe. Ils ont en plus fait savoir que plusieurs nationalités seront représentées durant le festival, dont la RD-Congo -pays hôte-, le Congo-Brazza, l’Espagne, la Belgique, l’Haïti et l’Inde.
Cette première édition du FIEP est organisée sous le thème: «Les meilleurs sont réunis pour soutenir les personnes vivant avec handicap». Ce thème souligne l’apport considérable des différents partenaires et artistes qui ont bien voulus accompagner cet événement.
Du côté des artistes, il s’agit notamment de Jean-Goubald, Alexia Waku, Mohombi, Kyara Chalupa, Patrice Jocelyn, Coco Sanza, Visha, etc.
Du spectacle au festival
Œuvrant depuis 2007, Nina académie des performances et des arts -NAPA- est une initiative de Jaydeep Pandya et Papy Misenga, tous deux chorégraphes et danseurs interprètes professionnels. Elle a été mise en place afin de permettre des échanges culturels entre les danseurs et les chorégraphes RD-congolais et ceux d’ailleurs puis de se faire remarquer par un travail inventif et créatif. A travers NAPA, les deux artistes ont, par le passé, organisé plusieurs ateliers de danse et musique en RD-Congo et à l’étranger au profit des jeunes RD-congolais. «En ce moment, NAPA encadre plus de 4.500 danseurs, dont 2.000 vivent avec handicap», ont-ils précisé non sans signifier que NAPA est actuellement représentée dans 8 pays: les USA, Congo-Brazza, Népal, Russie, Canada, Inde, Afrique du Sud et Zambie. En 2013, le tandem Jaydeep Pandya-Papy Misenga a fait ce constat: «En RD-Congo, les droits des personnes vivant avec handicap sont minimisés». Sur base de ce constat, le tandem a levé l’option de «travailler avec eux sur le plan artistique et culturel afin de leur offrir de l’espoir et du travail». Avec le concours de la HJ foundation, la NAPA a pu créer le projet de spectacle «Eza possible» présenté pour la première fois le 18 juin 2017 au Théâtre de verdure. Un autre spectacle a eu lieu le 25 novembre 2017. Très rapidement, le spectacle «Eza possible» s’est mué en Festival international des arts «Eza possible» -FIEP-, servant de vitrine aux artistes vivant handicap afin de leur offrir une forte visibilité au vu des talents qu’elles regorgent.
Laurent OMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer