Culture

Faustin Linyekula, l’hôte de la Biennale «Artista na Cidade»

Dans le but de faire connaître des œuvres déjà existantes mais surtout de dynamiser des collaborations entre des artistes, des organisations lisboètes et l’artiste invité, la ville de Lisbonne au Portugal accueille, cette année, à travers son programme «Artista na Cidade» -Artiste dans la ville-, le chorégraphe RD-congolais et responsable des Studios Kabako, Faustin Linyekula. Pendant toute l’année, ce dernier, présentera des spectacles dans différents coins de la capitale portugaise. Egalement, il créera tout au long de cette année de nouveaux projets avec des artistes et des étudiants de Lisbonne. Au-delà du travail artistique, l’artiste invité sera aussi en contact avec des habitants de cette ville.
 
Après avoir accueilli Anne Teresa de Keersmaeker en 2012 et Tim Etchells en 2014, voilà aujourd’hui les autorités de Lisbonne ont porté leur choix sur un RD-Congolais. Faustin Linyekula, c’est de lui qu’il s’agit. Au cours d’une conférence de presse tenue jeudi 18 février 2016 à l’ambassade du Portugal en RD-Congo, le chorégraphe a présenté le programme détaillé des activités qui seront menées à Lisbonne durant cette année 2016 ainsi que le travail que réalise sa structure basée à Kisangani. Faustin n’a pas aussi caché sa satisfaction. «Ce travail n’a jamais été mis à l’honneur, comme c’est le cas cette année à Lisbonne», se réjouit-il. De poursuivre: «la ville de Lisbonne a choisi la bonne année pour fêter avec les Studios Kabako ses 15 années d’existence… Les destinés entre les peuples RD-congolais et portugais se sont rapprochés depuis des années. Donc, je me sent chez moi». «Artista na Cidade» a donc choisi un bon moment! Etant un projet inégalé dans le panorama portugais ainsi qu’international, et réunissant plusieurs structures et entités culturelles qui, ensemble, font découvrir au public des propositions très variées d’un unique artiste étranger, «Artista na Cidade» vise non seulement à faire connaitre des œuvres déjà existantes mais surtout dynamiser des collaborations entre des artistes, des organisations lisboètes et l’artiste invité. Et, en choisissant Faustin Linyekula, cette biennale invite un artiste qui met diverses formes d’art -la danse, le théâtre, la musique, la littérature- au service d’une œuvre résolument politique. Tout en se définissant comme étant un citoyen ayant un rôle dans la société, Faustin montre, à travers ses spectacles, comment l’histoire a traversé les corps et les cœurs des RD-Congolais depuis l’indépendance. Il dénonce également plusieurs maux qui rongent son pays. Qu’à cela ne tienne, la beauté de la RD-Congo, la générosité et l’allégresse de ses peuples trouvent aussi leur place dans son travail artistique.
La population de Lisbonne sera alors bien servie avec des spectacles de haute facture. Notamment, «Le cargo», «Sur les traces de Dinozord», «The dialogue séries: IV. Mova», «Voz Alta», «Sans titre», «Statue of Loss», «Triptyque sans titre», «More More More…Future». A cela s’ajoute également des interventions avec des artistes locaux, des conférences, des créations avec les étudiants de dernière année de l’Ecole supérieure de théâtre et de cinéma -ESTC. L’art n’étant pas exclusivement réservé aux beaux quartiers, Faustin a jugé utile de présenter son spectacle «Le cargo» dans des quartiers périphériques de la ville de Lisbonne. Un moyen pour lui de rencontrer la population notamment la Diaspora africaine et des associations de la ville.
Revenant, par ailleurs, sur le choix de Faustin Linyekula, Joao Côrte-Real, ambassadeur du Portugal en RD-Congo, qui était présent à la conférence de presse, a soutenu que le chorégraphe RD-congolais a toute une histoire très connue de tous. «Ce n’est pas par hasard que les responsables de la mairie de Lisbonne ont porté leur choix sur lui», assène Joao Côrte-Real.
15 ans durant, le travail des Studio Kabako ne fait que séduire et d’être reconnu à travers le monde. Cette fois-ci, c’est la mairie de Lisbonne qui fait l’honneur non seulement à Linyekula mais aussi aux Studios Kabako. Depuis, cet espace accompagne de jeunes artistes RD-congolais -danseurs, comédiens, musiciens, auteurs- et reçoit régulièrement des artistes africains en résidence. Toutefois, les Studios Kabako développent des projets artistiques tout en portant un regard sur le milieu. Ils restent très ouverts à d’autres structures en vue de créer un réseau fort et dynamique pouvant proposer des solutions idoines à certains problèmes qui gangrènent dans le paysage artistique RD-congolais, souligne Faustin Linyekula.
Patrick NZAZI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer