CultureSociété

Le DG Kalama présente l’ABA à l’ambassadeur de l’Union européenne Bart Ouvry

Tête à tête mardi 28 mars à l’Académie des beaux-arts de Kinshasa -ABA- entre le Directeur général de cet établissement, le Prof Henri Kalama Akulez et l’ambassadeur de l’Union européenne en RD-Congo Bart Ouvry. Une visite officielle pour ce dernier qui, reconnaissant que la culture étant importante, a voulu d’abord découvrir l’ABA: son histoire, son fonctionnement. Ensuite, envisager, si possible, un éventuel partenariat dans les mois à venir. Pendant plus d’une heure, les deux personnalités ont abordé plusieurs questions dont la double mission confiée à l’ABA, à savoir: la formation des cadres supérieurs dans le domaine des arts plastiques et des arts graphiques; et la promotion de la recherche des techniques nouvelles dans ce domaine en vue de garantir l’épanouissement de l’art RD-congolais moderne.
Reçu par le Directeur général, Professeur Henri Kalama Akulez, l’ambassadeur de l’Union européenne en RD-Congo, Bart Ouvry s’est fait une idée de l’établissement supérieur d’enseignement artistique: ses origines, son fonctionnement… Abordant l’historique de cet alma mater, le Prof Kalama a fait comprendre à son hôte que l’ABA est une émanation de l’Ecole de Saint Luc de Gombe Matadi, créée en 1943 dans l’actuelle province du Kongo Central par le Révérend Frère Marc Stanislas Wallenda, missionnaire belge de la Congrégation des Frères des écoles chrétiennes. Au départ, cette école ne fonctionnait qu’avec une seule option: la sculpture. C’est en 1949, poursuit-t-il, que l’école Saint Luc fut transférée à Kinshasa et en 1957 puis débaptisée Académie des beaux-arts.
Et, d’autres options ont progressivement vu le jour, à savoir: la Peinture, la Céramique, le Métal battu, la Publicité -actuelle Communication visuelle-, la Décoration intérieure -actuellement Architecture intérieur. Des explications suivies de près par l’ambassadeur Bart Ouvry. Quant à la cadette des filières de l’ABA -Conservation et restauration-, le DG est revenu sur les difficultés rencontrées au niveau de ce département dont la fin du partenariat cette année courant qu’il n’a que deux diplômés. Il a émis le vœu de voir d’autres collaborations visant à soutenir ce département. L’ambassadeur Bart Ouvry a manifesté la volonté d’accompagner les acteurs culturels en général et particulièrement l’ABA dans sa vision d’être compétitif sur la scène internationale.
Voilà, l’un des soucis majeurs du DG de l’ABA et de l’ensemble du comité de gestion qui insistent sur les enseignements répondant aux standards internationaux. C’est possible. Il suffit de mettre une dose de rigueur et de volonté. C’est dans cette optique que le Prof Henri Kalama à fait savoir à l’ambassadeur de l’UE en RD-Congo quelques grands projets déjà élaborés et d’autres encore en études. Entre autres, la création d’un département de Pédagogie de l’art et celui de la Théorie de l’art pour répondre à la demande de certaines personnes intéressées notamment aux pratiques curatoriales et aux techniques de critique d’art. Des filières déjà existantes ailleurs. Une démarche louée par l’ambassadeur Bart Ouvry qui a visité tour à tour différents départements, sections et autres infrastructures encore en chantier. Séduit, l’ambassadeur a promis d’y revenir, sans aucun doute, avec d’autres projets salvateurs au profit de la communauté artistique.
Patrick NZAZI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer