Culture

Chikito Makinu reçoit son baptême de feu à l’Echangeur

Chikito Makinu
Chikito Makinu
Chikito Makinu, transfuge de «Jet set» de Ferre Gola, artiste musicien RD-congolais, poursuit sa nouvelle carrière. Il est désormais leader de son propre groupe. Sa première prestation publique a eu lieu le vendredi 9 janvier 2015, à la place Echangeur dans la commune de Limete. Malgré sa belle voix, Chikito n’a pas pu convaincre les mélomanes venus de communes environnantes. De quoi se poser des questions sur le succès de son Opus «Hiroshima».
Morceau dur pour Chikito. Un timbre vocal rappelant Ferre Gola, ce jeune chanteur a eu son baptême de feu à l’Echangeur. Après l’interprétation de son nouveau morceau déjà dans le bac intitulé «Ba conseillers», timidement acclamé, Chikito a fait face au caprice du public. Il a été contraint à chanter «Match kwata» tiré de l’album «Boite noire» de son ancien patron. Un Chikito chante Ferré improvisé! Déphasé, ce jeune artiste RD-congolais a ensuite repris deux autres titres de Ferré Gola, notamment «365 jours» de l’album  «Sens interdit» et «Andy Mputu» de «Qui est derrière toi». Ce qui lui a permis de conquérir durant un instant le public.
Drôle de scénario pour ce musicien qui se réclame un avenir sûr dans la rumba RD-congolaise. Certaines personnes venues assister au concert estiment que Chikito n’a pas encore le charisme d’un leader d’un orchestre. «Il devait plutôt demeurer sous les ailes de Ferré pour acquérir l’expérience nécessaire. Pour moi, il n’a pas livré un concert avec son groupe, il a au contraire chanté Ferré», confie un Kinois. Et un autre de poursuivre: «il chante bien, il a une très belle voix à l’instar de Gola. Mais, ce qui est vrai, il a encore une bonne marge de progrès à faire, notamment dans la chorégraphie et le leadership».
Cet ancien chef d’orchestre de Ferré Gola et ressortissant de Matadi, dans le Bas-Congo, a été reconnaissant envers son ancien boss et l’a également reconnu comme Père. « Avant tout, je veux vous demander d’acclamer très fort pour Ferré Gola, car il est pour moi un Père, il m’a formé, il m’a élevé j’en suis très reconnaissant fier. Alors que je suis un jeune poli,  je  ne peux pas le nier comme le font certains. Il m’a tiré de loin dans le Bas-Congo. Donc, si je suis Chikito aujourd’hui, c’est grâce à lui. Avant de poursuivre, laisse-moi vous informer que je suis le fils de Ferré Gola et petit-fils  de Werrason, JB Mpiana et Koffi Olomide», reconnait Chikito Makinu, et d’ajouter : «chers Kinois, je vous demande tout simplement de me faire confiance, car le début a toujours été difficile. Bientôt, c’est mon tout premier album «Hiroshima». Et, je promets de vous apporter la gaieté à travers de très belles paroles dans mes chansons». Le jeune artiste RD-congolais ne s’est découragé. Après les chansons de son ancien maitre, il a exécuté deux de ses chansons dont il a gardé secret les titres. De leur côté, ses animateurs ont essayé de bouger la cour de l’Echangeur avec la danse «Yaka nalakisa yo Bord». Il importe de signaler qu’avant Chikito, ce podium a accueilli Werrason, Brigade Sarbaty, Fabregas Karmapa, Mabele Elisi…
René KANZUKU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer