Culture

Bakolo miziki et Petit Wendo au Centre Wallonie-Bruxelles ce 21 juin

Fêt de la musique
Le 21 juin de chaque année, le monde entier célèbre la journée internationale de la musique. En marge de ladite journée mondiale, plusieurs productions scéniques sont prévues à Kinshasa, dans différents endroits pour célébrer cette fête, entre autre le groupe musical RD-congolais des vétérans Bakolo miziki. Cette formation musicale de compagnons du feu Wendo Kolosoyi se produira le mardi 21 juin prochain au Centre Wallonie-Bruxelles. Le Centre culturel belge va bouger au rythme de la Rumba. Bakolo miziki ne seront pas seuls sur scène, ils s’accompagneront du chanteur kinois incarnant textuellement Wendo Kolosoyi, Petit Wendo.
Datant de 1982, la journée internationale de la musique qui se fêtera le mardi 21 juin 2016 dans le monde entier est à sa 34ème année. A en croire les bruits qui se font sur la toile, la plupart de musiciens de tous les continents a prévu des concerts pour mieux célébrer cette journée qui s’annonce riche en émotion et en couleur. A Kinshasa, capitale de la RD-Congo, hormis les Bakolo miziki et Petit Wendo qui vont comme d’habitude, à travers la Rumba emballer le public du Centre Wallonie-Bruxelles, d’autres rendez-vous musicaux se sont fixés le même jour, dont la rappeuse RD-congolaise Sista Becky qui se produira en plein air sur la place de la Gare centrale.
La fête internationale de la musique est une célébration mondiale annuelle fêtée dans plusieurs pays le 21 juin. Selon les objectifs mondiaux, elle vise à honorer l’art musical, présenter et créer l’échange international de la culture musicale entre les différents pays. Elle a lieu précisément, le soir et la nuit au lendemain matin.
Elle est fêtée à travers la participation de nombreux artistes, groupes et troupes venant de diverses nations. Selon les initiateurs, la Fête de la musique a été fixée à une date unique et symbolique, le 21 juin, jour du solstice d’été. Grande manifestation populaire gratuite et ouverte à tous les musiciens, amateurs de tous niveaux ou professionnels, elle célèbre la musique vivante et met en valeur l’ampleur et la diversité des pratiques musicales, ainsi que tous les genres musicaux. Elle s’adresse à tous les publics et contribue à familiariser à toutes les expressions musicales les jeunes et les moins jeunes de toutes conditions sociales.
Genèse de la journée internationale de la musique
D’après le site internet de la journée internationale de la musique, en 2015, plus de 120 pays dans le monde participaient à cette Fête. La Fête de la musique est aussi porteuse de nouvelles tendances musicales en France. A savoir: renouveau des musiques traditionnelles, explosion des musiques du monde, développement des chorales, apparition du rap, de la techno, des musiques urbaines et autres.
Elle entre également dans les prisons, partage la vie des malades et du personnel de l’hôpital, rapproche les établissements scolaires de la musique, établit des liens et des échanges entre la ville et ses périphéries, irrigue les communes rurales, valorise le travail d’un individu, d’un groupe, d’une association ou de toute une communauté dans le monde.
En octobre 1981, Jack Lang, ministre de la Culture français, nomme Maurice Fleuret au poste de directeur de la musique et de la danse. Maurice Fleuret applique ses réflexions sur la pratique musicale et son évolution et pose les fondements d’une nouvelle conception : «la musique sera partout et le concert nulle part». Il évoque une «révolution» dans le domaine de la musique, qui tend à faire rencontrer toutes les musiques, sans hiérarchie de genre ni d’origine, dans une commune recherche de ce qu’il appelle «une libération sonore, une ivresse, un vertige qui sont plus authentiques, plus intimes, plus éloquents que l’art».
En 1982, ajoute la même source, une grande enquête sur les pratiques culturelles des Français est menée par le service des études et de la recherche du ministère de la Culture et dévoile que cinq millions de personnes, dont un jeune sur deux, jouent d’un instrument de musique alors que les manifestations musicales organisées jusqu’à présent ne concernent qu’une minorité de Français. De ce fait, Jack Lang, Christian Dupavillon, architecte-scénographe, membre de son cabinet et Maurice Fleuret en déduisent que le paysage de la pratique musicale en France reste à découvrir. Alors, ils imaginent une grande manifestation populaire qui permette à tous les musiciens du monde de s’exprimer et de se faire connaître. C’est ainsi que la première Fête de la musique était lancée le 21 juin 1982, jour symbolique du solstice d’été, le plus long de l’année dans l’hémisphère Nord.
René KANZUKU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer